Accueil
Sommaire du N°053
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°053



LES BRÈVES DU N°53

Mis à jour le :15 février 2008. .


Proctologie
Que la politique se préoccupe des fondements de la société n’est pas chose nouvelle. Mais c’est avec une précision anatomique qu’aujourd’hui les dirigeants améliorent leurs méthodes. Le 29 avril 2005, une majorité avait dit Non au traité. Cause toujours ! Même pas deux ans après, les représentants du peuple balaient cette déconvenue d’un revers de main. Le 14 janvier, Sarkozy annonce un moratoire sur le maïs OGM. Victoire, crient les faucheurs. Trois semaines après, le ministre de l’Agriculture s’en torche et annonce l’autorisation d’essais OGM en plein champ, tandis que le Sénat vote une loi aggravant les peines contre les faucheurs. Comme dit Dédé, du Narval : « À force de gouverner par les orifices, c’est une grande claque dans la bouche qu’ils vont se prendre. »

Kill the poor
Comme il semble encore délicat d’abroger le RMI, la solution est encore de faire disparaître les RMIstes. Déjà accablés par 320 000 contrôles de situation par an, tous ces fraudeurs en puissance vont être soumis par un décret du ministère du Budget à une évaluation de leurs biens et de leur train de vie. Propriétaires d’un logement, d’une voiture, d’une chaîne hi-fi ou d’un ordinateur, mais sans revenus, vous voilà bientôt contraints à brader votre mirifique patrimoine pour survivre. Dans la France inversée du sarkozysme, être pauvre constitue un privilège que l’on ne peut attribuer qu’à une élite restreinte : celle dont le seul placement est celui de sa carcasse dans un sac de couchage, avec un gentil chien et un chouette coin sous un pont.

Morne Plaine
Ahraaah, se réjouissait le patron d’une terrasse à bobo du quartier de La Plaine, à Marseille. Le bougre, dernier vice-champion d’Europe français en catégorie mi-lourds, s’est acoquiné avec la mairie pour éradiquer un mini-terrain de foot gratuit pour les minots, et le remplacer par un terrain de boules gratuit pour ses clients. C’était sans compter avec l’esprit frondeur des gremlins du quartier. Dès qu’un matériau arrivait sur le chantier, il était brisé en mille morceaux. Les mômes ont même organisé une manif avec banderole pour alerter les clients du bar de l’injustice tapie au fond de leur verre. Résultat, le limonadier a fini par lâcher l’affaire et la mairie a promis de reconstruire l’équipement précédent. Elle est pas belle, la vie ?

Le prolo est ingrat
Ça commence à bien faire. Voilà que les employés se mêlent d’ausculter les comptes de leurs patrons ! Sous prétexte que leur boîte a engrangé « plus de trois millions et demi d’euros de profit en 2006 et 2007 », les ouvriers de l’usine Cottes, à Fosset (Ariège), se plaignent des cadences, en augmentation de 17 %, et déclarent que ce ne sont pas les « 8 euros de plus par mois qu’on nous propose qui paieront notre productivité ». Insolents, cent sur cent dix salariés sont en grève depuis le 4 février et bloquent l’entrée des camions de livraison. Patron et tribunal sont d’accord : c’est un scandale ! Ordre a été donné au préfet de faire intervenir les forces de police. Avec, en guise de vaseline, l’arrivé imminente d’un médiateur. Évidemment.

Ça botte l’otage
Mercredi 23 janvier. « En raison de problèmes techniques, le TGV aura environ une heure et demie de retard, etc. » Des passagers croisent leurs regards, pendant que d’autres, au bout du wagon, organisent des tours de garde devant les toilettes pour fumer une cigarette. Les contrôleurs sont pris d’assaut. L’un d’eux confie à quelques voyageurs complices : « Il y a eu des actes de malveillance sur les voies. À Rennes et Valence, des câbles ont brûlé. Il faut bien connaître le réseau pour faire ça sur des points aussi stratégiques… » De la porte coulissante surgit une femme excédée : « Y en a marre d’être pris en otage » Le contrôleur écarquille les yeux : « Ingrid ?! Vous ici ! On n’était pas prévenus, sinon on aurait organisé quelque chose ! »






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |