Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°052
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°052



SIMPLE COMME CONNARD

Mis à jour le :15 janvier 2008. Auteur : Nicolas Arraitz.


« ET POURTANT J’AI LA HAINE. Je l’avoue. La tristesse, c’est-à-dire la douleur, m’envahit à l’idée de l’existence de ces connards de FARC. En voyant la photo dans la presse d’Ingrid Betancourt, on se dit que leurs cinquante ans de guérilla pour changer le monde n’ont abouti, à force de traitements inhumains, qu’à faire perdre trente kilos à une femme qui en pesait cinquante. Pauvres merdes. » [1] On aimerait oublier Philippe Val, le patron de Charlie-Hebdo. Mais il fait tellement d’efforts pour se faire remarquer…
« Par leur faute [ces « pauvres merdes » de FARC], on se prend à faire le rêve imbécile de s’imaginer en Rambo, déboulant dans leur camp, harnaché de grenades, de bazookas et de lance-roquettes, pour dézinguer tous les méchants et libérer tous les bons. » Prends ton envol, cœur vaillant !
Comme Nicolas Sarkozy, Philippe Val a fait un rêve, et même s’il est « imbécile », on voudrait qu’il le réalise en levant son cul de son fauteuil pour aller, si ce n’est faire le Rambo, du moins se proposer comme monnaie d’échange pour la libération d’Ingrid. Ça nous ferait des vacances. Car Philippe, féru de philosophie spinozienne, souffre trop dans notre France étroite, arc-boutée sur ses acquis ergonomiques. Sa grandeur d’âme percute trop souvent les limites de l’esprit bas de plafond de ses contemporains pour qu’il n’en ressente non seulement une douleur à l’occiput, mais surtout une amertume de plus en plus difficile à réprimer. « Leur insondable imbécillité nous renvoie dans un monde binaire, brutal, sans pensée, un monde de l’émotion débile et criminelle. Honte à eux. Comment des petits-bourgeois gauchistes peuvent-ils encore nourrir quelque indulgence pour ces minables au prétexte qu’ils sont les derniers combattants de la révolution marxiste-léniniste ? […] ils sont les derniers avatars du poster de Che Guevara qui surplombe encore quelques chiottes d’idéalistes constipés. » Ouch ! Épuisée la métaphore fécale, que peut-on jeter au visage de « ces connards de FARC » ? Une idée, vite ! « Ces crétins des FARC n’ont besoin d’aucune administration pour inventer le goulag. Ils n’ont pas de territoire ? Qu’importe, ils créent un goulag itinérant, constitué de ce qu’ils appellent des otages, et qui ne sont que les individus qui leur sont absolument nécessaires pour exercer le pouvoir suprême de dépouiller les humains de leur humanité. » Mais de quoi qu’il cause ? De Charlie Hebdo ?

Publié dans CQFD n°52, janvier 2008


[1] Édito de Philippe Val du Charlie Hebdo du 5 décembre 2007.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |