Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°051
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°051


GRANDE EXPLOITATION

HYPER GRÈVE A CASINO

Mis à jour le :15 décembre 2007. Auteur : Gilles Lucas.

La grande distribution, c’est de la camelote plein les rayons pour les clients et des tonnes de mépris pour les salariés. Les grévistes d’un hypermarché de Marseille peuvent en témoigner. Dont acte.

LUNDI 3 DÉCEMBRE. Les caddies qui bloquaient les portes du Casino de Sainte-Anne, dans le 8e arrondissement de Marseille, ont été retirés. Depuis maintenant huit jours, 80 % des salariés sont en grève. Seuls les chefs travaillent.Dans le hall,une gréviste s’énerve : « La direction nous a dit que si nous libérions le passage, elle ouvrait les négociations. Et toujours rien.Un coup, ils disent qu’ils passent les CDD en CDI, un coup non… On va bloquer les camions ! » Jean-Marie, vingt ans de boîte, montre son bulletin de paye : « 800euros par mois pour trente heures par semaine ! Certains bossent ici depuis quinze ans et touchent, à temps complet,1000euros. » Il poursuit : « Le 24 novembre, il y a eu une action nationale pour les salaires. Plus de 120 supérettes ont baissé le rideau. Nous, on a continué sur la lancée. On veut que les CDD soient embauchés et que les grilles de salaires soient respectées. Et aussi, une prime de 700 euros. » Il montre un échafaudage qui masque un flanc de l’hyper. « Des travaux pour un nouveau concept : un “marché à l’ancienne”, avec boucherie traditionnelle et pâtisserie artisanale… Pour attirer la clientèle aisée du quartier. Les travaux devaient durer six mois,mais ils l’ont fait en deux mois. Résultat : de la poussière partout et le boulot rendu infernal. »
Dans les stocks, impossible d’utiliser les engins électriques pour déplacer les palettes. C’est à la main qu’il faut charger et décharger, prudemment, dans d’étroits labyrinthes de cartons. « Ici, on n’est pas très nombreux, mais solidaires. Ce n’est pas la CGT, bien que majoritaire, qui a lancé la grève. Ce sont les salariés, le syndicat a suivi », reprend Jean-Marie. Un autre gréviste intervient : « Le groupe Casino a fait un bénéfice de 680 millions d’euros en 2006. Les dividendes des actionnaires ont augmenté de 71 %… Pour nous, rien. Depuis trois ans,les intéressements au bénéfice ont même été supprimés parce que, soi-disant, ce magasin marche mal… Et puis, avec la loi Fillon de 2003 [1], les patrons n’ont pas intérêt à augmenter les salaires. » Une cliente s’approche : « J’ai parlé avec un manager.Il m’a dit en douce être d’accord avec vous ! » Jean-Marie sourit : « Quand tu vois qu’ils font venir des chefs d’autres magasins et que tout leur est payé, hôtel, resto… À nous, on nous parle de polyvalence.Il faut être sur tous les postes, au stock, dans les rayons, et tout ça sans augmentation… » Un retraité intervient : « Ici, on a tous soutenu les cheminots en grève. C’est grâce à eux qu’on arrivait encore à tenir. S’ils sont liquidés, on va tous y passer. De toute façon,ça peut pas durer comme ça. Ça va péter, je vous le dis. » Un chef en cravate passe. Il semble guetter quelque chose. Des grévistes accourent : « Venez tous, un camion va sûrement arriver ! » La petite troupe se précipite. Les chariots sont à nouveau renversés en travers de l’entrée. Un magasinier reprend : « Huit jours de grève, ça fait beaucoup d’argent en moins pour nous… » « Heureusement qu’il y a un peu de solidarité dans le quartier. Des salariés de Carrefour, de Renault, d’EDF sont venus nous soutenir. Des habitants de la “maison du fada” [2] viennent nous aider », précise une caissière. Pas de camion à l’horizon,mais il faut s’organiser pour la nuit.
Quant aux valeurs du groupe Casino proclamées sur leur site (« respect et écoute »), pas de nouvelles non plus. La direction de l’hyper a raccroché au nez du Clébard rouge. Le directeur des ressources humaines est « en réunion ».Quant au service de presse, il fait son boulot. Scrupuleusement, il a rappelé pour dire : « Pas de commentaire. » Cruel éclairage sur le baratin de la com’d’entreprise.

Publié dans CQFD n°51, décembre 2007.


[1] Loi qui a mis en place un système de diminution des cotisations patronales pour les bas salaires.

[2] La Cité Radieuse, bâtiment construit selon les plans de Le Corbusier.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |