Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°051
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°051



20 MINUTES POUR SAUVER LES OTAGES !

Mis à jour le :15 décembre 2007. Auteur : Marco Pilori.


Les grèves ne font pas que des malheureux, elles font aussi des victimes. 20 Minutes, désormais premier quotidien en nombre de lecteurs, quasi 2,5 millions, était prêt à faire le décompte des morts lors de la grève des transports. Son édition du 21 novembre déplore 70% de blessés en plus dans les rues,dont 12% de cyclistes ! Mais ce n’est pas tout. En sus des larmes de Laurence Parisot sur la croissance menacée,on pleure sur le sort des petits vieux dont les auxiliaires de vie n’ont pas pu se déplacer (20 Minutes, 23/11/07) ; des automobilistes ayant enduré un surplus de pollution (« l’air à l’intérieur des voitures est en effet deux fois plus pollué que celui que respirent les piétons », selon Airparif, 22/11/07) ; les travailleurs, car « s’inquiéter pour arriver au travail, puis s’inquiéter pour repartir,cela participe au stress » ; les mères de famille dont l’« inquiétude [est] majorée » ; et les sportifs, car « si vous faites partie d’un club de sport, vous ne pouvez pas y aller » (un médecin du travail, 20 Minutes du 20/11/07). En irriguant ainsi de compassion le cerveau de ses lecteurs, dont « les jeunes urbains actifs » sont le cœur de cible, le PDG de 20 Minutes, Pierre-Jean Bozo a atteint son but : que ceux-ci soient « suffisamment matures et citoyens pour se forger leur propre opinion à partir de faits vérifiés. » (interview sur imédia.biz, 11/07/05).
Aux heures sombres qu’a connues la France, la tradition Beurre-Œufs-Fromage des enrichis de temps de crise a pu manifester son esprit entrepreneurial. Et bien sûr, le gratuit s’en fait le relais. Ainsi,certains magasins de cycles ont connu, dès le premier jour, une augmentation de « 30% sur la vente d’accessoires et sur les réparations de vieux vélos que les gens avaient achetés lors des précédentes grèves », au point que le responsable du magasin Bicloune à Paris, « en [venait] à espérer que la grève “se poursuive”car “cela donne l’habitude aux gens de rouler en vélo même en temps de pluie” » (14/11/07). Mais cette ambiance cataclysmique aura vu, aussi, comme à chaque fois que l’homme est confronté à des conditions extrêmes de survie, se développer, aussi, de véritables trésors d’ingéniosité, que d’autres médias, aussi, n’ont pas manqué d’évoquer, aussi. Un cadre du quartier de La Défense déclarait sur une télé nationale qu’il avait audacieusement mis des baskets et remplacé son costard par un jeans, parce qu’il allait « devoir marcher dans les rues » ! Un autre Indiana Jones, faisant preuve d’une témérité impensable,annonçait sur France-Info qu’il allait « prendre en stop des gens qu’il ne connaît même pas » ! Dans sa voiture ! Waoh ! Des trucs de ouf !

Publié dans CQFD n°51, décembre 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |