Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°051
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°051


MA CABANE PAS AU CANADA

L’ANNEXE ROUGE DU MINISTÈRE

Mis à jour le :15 décembre 2007. Auteur : Antoine Chapo.

Un toit au bord du Cher, c’est cher, trop cher. Dans un faubourg de Tours, depuis le 22 octobre, une joyeuse équipe du DAL, du CSDASP (le collectif de soutien aux demandeurs d’asile et aux sans-papiers) et d’erroristes de tout poil a pris possession d’une maisonnette ironiquement baptisée Ministère des sans-logis et de tous les Sans.

Cette occupation se veut figure de proue dans la lutte pour la réquisition des 2 000 logements vides (selon le maire) pour les sans-logis et les mallogés, pour la régularisation de tous les sans-papiers et l’obtention de droits « pour tous les Sans ». Pour le DAL et le CSDASP, « l’instauration des fichages ADN, prévus dans la loi Hortefeux, mais aussi la légalisation des fichiers ethniques (une première depuis 1940, avec l’instauration des fichiers juifs par le gouvernement de Vichy) dans cette même loi, nous renforcent dans notre détermination à lutter pour l’égalité des droits. » Tout le monde est invité à se présenter au Ministère, 244, rue Auguste Chevalier, pour y rencontrer les habitants-activistes, pour envisager la prochaine victoire des « Sans » face à ceux qui ont tout, pour discuter de la vie du lieu autour d’un café préparé par Marco ou pour se laisser émoustiller par la gouaille de Momo. Pour le moment, l’expérimentation sociale tient bon. C’est plutôt l’annexe rouge du Ministère qui, régulièrement, va s’échouer dans les flaques d’eau du parking devant le commissariat central.
Il faut dire que la bande a la peau dure. Depuis l’ouverture du Ministère, elle installe un après-midi sur trois une toile de tente rouge sur la rue Nationale, grande artère des bibelots commercialisables. Bouts de cuir, pinard de chez Nicolas et de la FNAC, avec affiches, tracts et voix. Le préfet renâcle à la vue de cette couleur rouge qui rappelle au chaland, même s’il ne regarde que TF1 et ne lit que Paris Match, l’enfilade des tentes sur le Canal Saint-Martin. Si la troupe n’est pas vraiment Don Quichotte dans l’âme, elle utilise ce moyen devenu populaire pour sensibiliser au droit du logement.
Sans sa tente rouge, la mauvaise graine peut toujours entonner avec La lutte en chantier (chorale militante),monter un tas de cartons sur le trottoir, accrocher des banderoles, planter une tente rose, jaune ou verte, qu’importe. Mais quel plaisir de voir la bleusaille galérer à replier la toile pour la fourrer dans leur coffre. À la première sortie, le camarade Lionel s’est fait ramasser avec l’annexe rouge et il rigole encore quand il nous raconte comment l’igloo,mal démonté, s’est déplié dans le fourgon. C’est en copain embastillé qu’un avocat se charge du dossier. C’est tous ensemble qu’ils vont chercher plus tard la tente au commissariat pour la déplier quelques centaines de mètres plus loin. L’annexe rouge du Ministère, en véritable piquet de rêve, continue son combat malgré la répression. Samedi dernier, ils ont tenu quarante-cinq minutes avant l’arrivée de deux paniers à salade. Petite course, bousculades et tonfas en l’air ont démontré que la flicaille commençait à s’énerver. Surtout quand ils entendent gueuler « Des logements pour toutes et tous ! » au moment où ils embarquent la tente sous le regard des passants.
Avant le retour au Ministère pour certains, la bande finit au bistro. Et quand elle « reprend la petite sœur », cela veut dire que bientôt elle remettra ça, messieurs les policiers. Ils feront de votre commissariat un camping municipal, parole !

Publié dans CQFD n°51, décembre 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |