Accueil
Sommaire du N°051
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°051



COURRIER DES LECTEURS

Mis à jour le :15 décembre 2007. .


USAGER EN COLÈRE
Cela fait quarante mois que je suis incarcéré à la maison d’arrêt de Fresnes et je travaille depuis trente-six mois. Pour le travail, il n’y en a pas assez et en plus, c’est à la tête du client, car il n’y a qu’un surveillant qui gère les travailleurs et d’ailleurs toute la division, c’est à coup de menaces que les détenus parviennent au travail. Heureusement, les anciens comme moi et bien d’autres sommes tranquilles, ayant été classés avant son arrivée. Je me rappelle quand Rachida Dati est venue en visite, ils ont fait travailler les peintres même le week-end très tard, pour repeindre tout le couloir, les sanitaires, quelques cellules, c’est vraiment se foutre de la gueule des gens, car la vérité, c’est que c’est toujours aussi sale, les douches sont cauchemardesques, les cellules crades, non par la saleté, mais par les nombreuses fuites, les fissures dans les murs, les carreaux cassés… Il n’y a pas de séparation pour les toilettes. Cellules de 9m2, avec trois gars dedans, condamnés ou pas, correctionnel ou criminel dans le même bain. Alors la tension monte et un jour cela fera boum ! Les cantines ! N’en parlons pas, c’est la seule prison où tu n’as droit à rien.Tous ceux que j’ai vu arriver des autres établissements déprimaient à cause des cantines. On a par exemple beaucoup de fromages, mais pas de frigo, alors c’est bien que l’hiver. Ils te vendent des pastilles pour faire le repas, alors que cela est destiné à allumer un barbecue et que ça ne doit pas être respiré car c’est cancérigène. Ils se foutent de ça alors que c’est inscrit sur le paquet. Les détenus atteints de gros problèmes ne sont pas protégés comme on le prétend. Un mec s’est coupé les veines un vendredi matin, il est conduit à l’hôpital puis reconduit en fin de journée à la prison, où il a regagné sa cellule. Le samedi matin, rebelote mais un peu plus grave, cette fois il est resté une nuit à l’hôpital, puis de retour le dimanche après midi, il a regagné à nouveau la même cellule, sans avoir vu de personnel médical. Puis ce qui devait arriver arriva : lundi à 7h, à l’ouverture des portes, il était mort, ils l’ont retrouvé pendu. En langage pénal, cela se dit non-assistance à personne en danger, mais ici ça s’appelle « un de moins ». Pour éviter d’avoir à écouter, le SMPR délivre des médicaments à tout le monde, comme il gaverait des oies.Tu prends des médocs que tu n’aurais jamais pris dehors, ils disent que cela apaise les tensions… Ne soyons pas étonnés si les gens deviennent fous et ne croient plus à la réinsertion, tellement endoctrinés par un système endogène. Pour vous donner un exemple très concret, ils sont en train de changer tous les grillages des fenêtres des cellules, avec pour conséquence de réduire et nuire à la vue des détenus, ce qui est strictement interdit par la cour européenne des droits de l’Homme, mais ils préfèrent payer une amende tous les ans plutôt que de se conformer aux normes humaines européennes.

Un détenu à Fresnes

PAS POSSIBLE !
Je vous écris afin de vous demander de ne plus me faire parvenir le journal CQFD car je ne le trouve pas intéressant. Je tiens à vous remercier et je vous souhaite une bonne continuation dans votre travail.

Ali B., centre de détention.

Tttt, bizarre… Sûrement un coup de l’administration pénitentiaire.

La rédac’

MAMIE CRAMÉE
Monsieur,
Je suis une mamie passionnée par les objets publicitaires, mais ma collection principale concerne les autocollants. Aussi, si vous en avez vous serait-il possible de m’en envoyer quelques-uns de chaque pour agrandir ma collection et pour me permettre de faire des échanges avec mes correspondants ? (autocollants = stickers) D’avance, je vous remercie. Bien amicalement,

La mamie JT

ARE YOU TALKIN’TO ME ?!
Madame, Monsieur,
Nous avons l’honneur de vous annoncer la création prochaine d’une Licence professionnelle de journalisme à l’université de Nancy 2. […] Nous vous tiendrons au courant de l’avancée du dossier, et espérons pouvoir vous compter au nombre de nos partenaires futurs.

Le directeur de l’UFR Lettres.

Si les médias mentent, c’est bien qu’ils l’ont appris quelque part.

La rédac’

GÉGÉ LA MENACE
Peu importe mon « budget », surtout quand on est en invalidité, les temps sont difficiles, retirez le chèque tout de suite. […] Au fait, si vous attendiez mon réabonnement, moi j’attends toujours une réponse sur ma boîte vocale d’un de vos copains sur Rouillan. J’ai téléphoné au journal, pas de réponse… Je ne suis pas très content !! En espérant vous rencontrer un jour !!!

Gérard, un anarchiste, mais pas autoproclamé.
P.S. : Bien l’article sur Onfray, je lui pisse au cul à ce bobo.

WELCOME BACK !
Bonjour à tous,
Ancien abonné, j’ai dû arrêter en juin faute de blé… Je suis à nouveau suffisamment riche pour mettre les vingt-deux euros à la caisse. Amitiés,

Hervé.

J’AIME LIRE
Lecteur passionné du Plan B et grand admirateur d’Acrimed, j’entends souvent parler de votre journal et de son bouledogue rouge. Aujourd’hui, après quelques heures passées à lire vos articles sur Internet, je franchis le pas et m’abonne ! Merci !

Clément C.

À la bonne heure !

La rédac’
RADIÉE RADIEUSE
[…] Depuis, j’ai été radiée : ayant eu une longue panne téléphonique permettant de recevoir des messages mais pas d’émettre des appels,j’ai tardé à pointer. J’ai reçu la lettre de radiation avant même la classique annonce téléphonique de retard. Étant chômeuse non indemnisée,je ne « coûtais » rien, mais le zèle de certains agents ANPE à collaborer à ces nouvelles règles de « nettoyage » est malheureusement plus courant que les postures de résistance. C’est toujours un plaisir de vous lire,ça calme pas,mais bon,je m’abonne quand même.
Astrid G.
ON VOUS L’AVAIT BIEN DIT
Salut,
Merci pour le livre Dialogue entre un prêtre et un moribond que je viens de recevoir ces jours-ci et qui tient ses promesses ! […]
Max

Article publié dans CQFD n° 51, décembre 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |