Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°054
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°054



LA FAIM JUSTIFIE CES MOYENS

Mis à jour le :15 mars 2008. Auteur : Marie Nennès.


DISSENSIONS ET LUTTES de pouvoir n’épargnent pas les Amap. En Provence, le mouvement s’est scindé en trois entités, d’accord sur l’essentiel (développer un partenariat solidaire paysan-consommateur) mais pas sur les moyens d’y arriver. Les Paniers Marseillais sont les derniers nés et regroupent la moitié des Amap marseillaises. « On était en désaccord sur plusieurs points », explique Monique Diano, une des fondatrices des Paniers.
« D’abord l’organisation : Créamap et Alliance Provence veulent une fédération pyramidale, avec un contrôle accru des membres. Nous, nous prônons plutôt une organisation en réseau, horizontale, avec une large autonomie des groupes et des groupes pas trop importants, sinon c’est ingérable et on déresponsabilise les gens. »
L’accompagnement des producteurs ensuite : « La plupart viennent de l’agriculture conventionnelle, voire de la monoculture. Or, produire pour une Amap n’a rien d’évident : il faut planter une grande diversité de légumes, planifier tout ça, plus acquérir les techniques du bio. Tout seul, on a vite fait de se noyer. Nous n’avons pas été entendus au sein d’Alliance Provence, alors nous avons créé les Paniers Marseillais. Nous allons salarier un maraîcher consultant, qui a une grande expérience, pour aider les jeunes qui s’installent. »
Le foncier enfin : les prix pratiqués ici le rendent quasi inaccessible. Les Paniers ont donc initié la création d’une SCI (société civile immobilière), joliment baptisée Robin des Champs, pour acheter des terres et les donner à bail aux producteurs. Les adhérents des différentes associations sont invités à prendre des parts (à cent euros pièce) pour aller plus loin dans la solidarité. La faim justifie ces moyens !

Publié dans CQFD n°54, mars 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |