Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°054
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°054


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

PETIT MAIS BARJOT

Mis à jour le :15 mars 2008. Auteur : Arthur.


C‘EST LA CURÉE, l’hallali ! Tous les ânes s’acharnent sur notre lion victime de la peste sondagière après avoir longtemps, les pleutres, léché sa crinière ! Il est temps qu’un journal honnête comme CQFD, fidèle à sa vocation de redresseur de torts et de tordus, vienne prendre la défense d’un obscur, un sans-grade, un petit,entendez notre président, Nicolas Sarkozy. Quand on dit « notre », c’est surtout le leur… D’abord sa taille : si notre 1,62 mètre doit porter des talonnettes pour embrasser sa femme sur le nombril, est-ce sa faute ? Non, évidemment, mais celle de ses géniteurs. Rappelons que les bons dirigeants de ce monde, les Napoléon, Adolphe Thiers, Hitler, Pol Pot et autres Medvedev ont été tous disgraciés par la nature, ce qui ne les a pas empêchés de faire une brillante carrière au service de leur peuple et des pompes funèbres de leur pays. Il est donc parfaitement saumâtre de se gausser de notre président (enfin : surtout le vôtre) en lui reprochant la hauteur de ses vues.

Ensuite son éducation : certes,son vocabulaire manque de cette finesse dialectique communément attribuée aux énarques. Mais il faut avoir été éduqué dans des écoles de banlieues prolétariennes défavorisées comme Neuilly pour comprendre le sens de ses reparties : quand un grand vous agresse à la récré, on ne lui répond pas avec les mots de Bossuet mais –à l’abri des gardes du corps– avec ceux de Céline. « Casse-toi, pauvre con ! » est une saine repartie boulevardière à la Audiard, l’immortel auteur de « Touche pas au grisbi,salope ! » dans Les Tontons flingueurs. Va-t-on reprocher à Sarko son génie populaire ? Il aurait pu rétorquer : « Sors dehors si t’es un homme ! » mais l’autre aurait ajouté : « Je ne me bagarre pas à la sortie des maternelles. »

Enfin son éclectisme sexuel : voilà un bonhomme qui a été lâchement répudié par la femme de sa vie séduite par un goujat. Il aurait pu stresser, chercher un dérivatif dans la vie politique, s’étourdir dans la quête du pouvoir et s’abandonner aux charmes vénéneux d’une Rama Yade ou d’une Roselyne Bachelot. Que nenni ! Chassant les sombres nuées du cornard, il a bravement tourné la page en levant une chanteuse magnifique dont la voix suave ne casse pas trois pattes à un canard mais qui, première dame de France, rendra malade de jalousie la reine d’Angleterre et enverra la reine d’Allemagne chez le chirurgien esthétique. Et qui c’est qui sera fier de notre Casanova tricolore ? Ce sera le peuple français en voyant les sommets internationaux ressembler à un défilé de haute couture où notre mannequin fera loucher les chefs d’Etat qui signeront n’importe quoi,les yeux fermés ! Les attaques ad hominem contre notre Sarko (enfin : surtout le sien) sont d’autant plus injustes que ce quart de brie est vraiment malade. Un médecin nous a affranchis:il s’agit (et là nous sommes très sérieux) de la maladie de Gilles de la Tourette. Une affection neurologique à troubles obsessionnels-compulsifs. Voici ses manifestations : tics verbaux et sonores grossiers (coprolalie), tics moteurs (spasmes musculaires) affectant le cou,les membres supérieurs, le tronc et aussi le visage avec grimaces et crispations incontrôlées. Il n’existe pas de traitement.

Il suffit d’observer notre président (enfin:surtout celui de Carla) pour vérifier qu’il est bien atteint : démarche saccadée, tics verbaux, tête branlant sur les épaules,grimaces incontrôlées. Tous les symptômes sont bien là d’un syndrome qui, nous dit la faculté, se transmet à 50% à ses enfants (regardez le fils Jean, c’est copiécollé). Nous ne sommes pas de ceux, ici, qui hurlent avec les loups et volent son sac à main à une octogénaire aveugle ! Pas question donc d’accabler davantage ce pauvre Sarkozy ! Son seul espoir de guérison, et celui du pays,est de filer sous les tropiques avec sa bimbo en laissant le pouvoir aux mains du populo. Saura-t- il renoncer aux ors de la République ? Supporter les lazzis de la foule sans réagir ? Ouvrir sa majorité jusqu’à Allègre et Besancenot ? L’avenir le dira. Mais une chose est sûre : les humoristes- erroristes n’ont pas fini de se boyauter en France.

Publié dans CQFD n°54, mars 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |