Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°056
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°056



LES BRÈVES DU N°56

Mis à jour le :15 mai 2008. Auteur : Le bouledogue rouge.


Irradiés sur parole
En mars, Lhomme Stéphane, porte-parole du réseau « Sortir du nucléaire », était placé en garde à vue dans les locaux de la DST, à Paris. Le 23 avril, c’est au tour de Marcon Jean, représentant du même réseau en Provence, de se faire alpaguer par les bleus chez cézigue. En route pour un séjour de dix-neuf heures en maison poulaga. Il lui est reproché d’avoir utilisé le sceau de la République sur un tract dénonçant la construction d’Iter (le Goldorak de la fusion thermonucléaire) à Cadarache. Marcon nie pour le sceau, mais confirme sa vive opposition au réacteur nucléaire à fusion. Quoi ? Marcon ! On récidive ? Au gnouf !

Sauvageons la planète
En un an d’existence, les Établissements pénitentiaires pour mineurs (EPM) ont connu soixantedouze tentatives de suicide. L’EPM de Meyzieu (69) se distingue avec une mutinerie, réprimée par les encagoulés des ERIS, sept jours après son inauguration, le 11 avril 2007. Et la mort d’un jeune de 16 ans en février 2008. Depuis, les juges pour enfants de Bourg-en-Bresse préfèrent envoyer les lascars à la maison d’arrêt d’un département voisin. Le sixième EPM, à Porcheville (78), a été saccagé par ses treize détenus dans la nuit du 26 au 27 avril, deux semaines après sa mise en service. Les langues (syndicales) se délient sur les « dysfonctionnements » de ces nouvelles colonies pénitentiaires : lourdes condamnations de mineurs au premier dérapage, vexations disciplinaires, éducateurs inexpérimentés et en sous-effectif, loi du silence généralisée.

Ordine nuovo
Pour Gianfranco Fini, vice-président du Conseil italien, le tabassage à mort d’un jeune par deux skinheads néonazis à Vérone lors du 1er Mai « est moins grave » que les manifestations antisionistes qui se sont tenues à Turin, où les drapeaux israélien et américain ont été brûlés. Selon le grand vizir de Berlusconi, le premier cas relèverait de la pure criminalité, alors que la critique de l’État d’Israël serait « une violence de type idéologique ». Il est vrai que pour cet ancien leader néo-fasciste métamorphosé en politicien présentable le respect des insignes et des drapeaux a toujours constitué une impérieuse priorité.

Razzia dans la Casbah
Depuis deux mois, à Alger, Annaba et Oran, la police opère des descentes préventives dans les « milieux délinquants ». 69 711 personnes ont été interpellées, « dont 1 470 placées sous mandat, 33 sous contrôle judiciaire et 281 ont bénéficié de la liberté provisoire ». « Les personnes interpellées sont poursuivies pour […] détention d’armes prohibées (couteaux, barres de fer), détention et usage de drogue, séjour illégal, etc », nous apprend Le Soir d’Algérie du 11 mai. On devine que ces opérations ont pour but de juguler la jeunesse dans un pays au bord de l’explosion sociale. D’ailleurs, pas moins de 75 000 policiers doivent être formés d’ici 2010, pour atteindre un total de 200 000. « Ils veulent du pain ? Donnez-leur des pains dans le gueule ! »

Berlue tuberculée
L’Helvétie est inquiète : bien que les stocks soient supérieurs à la moyenne, une pénurie de pommes de terre menacerait. Dans l’ambiance actuelle de crise alimentaire internationale, on assiste à une ruée sur le tubercule de Parmentier, affirme Swisspatat, l’organisme interprofessionnel de la branche. Et comme un malheur ne vient jamais seul, à la venue de l’Euro 2008 de football, dont plusieurs matchs doivent avoir lieu dans la Confédération, il faut ajouter, dans les prochains jours, la tenue du congrès international Europatat. Le pays des pendules à coucou tremble déjà à l’idée de manquer de chips et de pommes frites pour fêter ça. Certains se remémorent avec effroi la terrible époque que fut la Seconde Guerre mondiale, quand le chocolat vint à manquer.

Con cul rance
La loi sur la modernisation de l’économie (LME) enfonce le clou déjà rouillé de l’hyperconcentration. Sous prétexte de booster le pouvoir d’achat, le gouvernement vient de libéraliser encore un peu plus la grande distribution. La liberté de marché fait chuter les prix, selon le dogme en vigueur. Mais c’est du flan. En France, cinq centrales d’achat (Carrefour, Leclerc, Intermarché, Casino et Super U) se partagent le territoire en autant de fiefs régionaux où elles sont de fait en position de monopole. Malheur au paysan et à l’épicier du coin sur qui leur ombre plane… À moins de trouver naturel d’être pris pour un con, le consommateur lambda serait bien avisé d’éclater de rire au nez de ceux qui viennent lui seriner la berceuse de « la concurrence libre et non faussée ».

Free money
« La crise financière s’apaise, mais la crise économique s’aggrave », selon Le Monde du 2 mai. Rien sur la crise sociale, mais à ce petit jeu des poupées russes à gueules d’ogresses, on imagine qu’au cœur du monde des vivants, ça ne va pas très fort. Les banquiers, eux, se font soigner. Gordon Brown a nationalisé la Northern Star mise sur la paille par la crise des subprimes, le temps de renflouer les actionnaires avec l’argent public. Même opération de l’US Fed avec la banque d’affaire Bear Stearns (souvenez-vous ici du Crédit Lyonnais…). Ça s’appelle « intervenir massivement pour refinancer les banques en difficulté ». Dites…, à moins de trouver naturel d’être pris pour un con, le bon peuple a-t-il encore une seule bonne raison de communier avec la liturgie des économistes ?

Bruit de prétoire
Ils sont deux lampistes à passer en appel devant la justice militaire du Congo Kinshasa pour le meurtre du journaliste congolais Serge Maheshe, le 13 juin 2007, alors que des indices laissent à penser que les coupables –des soldats ?– courent toujours. Il n’y a pas d’expertise balistique, les accusés sont au bord de la famine et « Tu es un cadavre sur pattes » est le genre de SMS que Sophie Roudil, présente au procès en tant qu’observatrice internationale, reçoit sur son portable. Dans « justice militaire »,il y a « justice », mais bon, visiblement ça compte un peu pour du beurre.

Article publié dans CQFD n° 56, mai 2008






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |