Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°055
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°055


ROUMANIE : GRÈVE CHEZ RENAULT

À L’EST, IL Y A DU NOUVEAU

Mis à jour le :15 avril 2008. Auteur : Mihaela Trifa.


LA GRÈVE ILLIMITÉE votée fin mars chez le constructeur automobile Dacia-Renault de Pitesti-Mioveni accèlère l’effondrement du mythe de l’ouvrier roumain bon marché. À tel point que certains journaux de Bucarest craignent,sans rire,l’instauration d’une « nouvelle dictature du prolétariat  ».
Les ouvriers de Dacia, dont le salaire moyen plafonne à environ 300 euros, demandaient une augmentation de 60% en deux fois. Après les premières négociations, le patronat a tenté une trop timide rallonge de 20%,et du coup, la grève a été votée dès le 24 mars. Trois jours plus tard, une manifestation réunit les grévistes de Dacia, des salariés de toute la Roumanie et des habitants de Mioveni. Aux cris de « Unité, unité » ou « Voleurs ! », les manifestants protestent contre le mépris des multinationales. Comme en 2003, la direction est allée jusqu’à porter plainte contre la grève auprès du tribunal de la province d’Arges : il n’y aurait que 40 à 49% de grévistes parmi les ouvriers syndiqués. En face, les syndicats ferraillent : « Nous avons déposé les listes des signatures et vous verrez que 76% des membres du syndicat ont signé, et la loi n’en exige que 51%. » Le jugement, reporté déjà une fois, devrait être rendu le 9 avril.
Un homme qui sort de l’usine dit que beaucoup « partent ailleurs au bout d’un mois », considérant qu’ils sont trop mal payés. La situation de plein-emploi alimentée par les délocalisations et une forte émigration fait que les multinationales peinent à recruter. Alors,elles font venir des contingents de travailleurs asiatiques payés 30% de moins…
Certains ouvriers disent avoir reçu des lettres de menace signées par le directeur général de l’usine, François Fourmont. Une femme explique : « Il dit qu’ils s’en iront de Roumanie,qu’ils ont des projets en Inde, au Maroc, en Russie où ils ouvriront des usines et produiront la Logan. » Pas sûr que ça marche, vu que le mouvement social a lui aussi tendance à se mondialiser. Ford a connu vingt-quatre jours de grève dans son usine de Saint- Petersbourg en 2007 et, au début du mois, Nike a été contraint de fermer une de ses plus grosses unités de production au Vietnam suite à une action sévère mais juste des employés.
L’usine joue aussi sur la supposée « dépendance » de la ville de Mioveni par rapport à la florissante production automobile. Le maire, Ion Georgescu, en est convaincu : « 8 ou 9000 des 28000 habitants de Mioveni travaillent à l’usine et près de 60% de notre budget vient des taxes et impôts de Dacia. » Espérons que cette triste réalité matérielle ne sera pas un obstacle ou un moyen de pression par le bas, de la part de l’honnête patronat de Dacia…

Article publié dans CQFD n° 55, avril 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |