Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°055
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°055


DISCIPLINE

LE SPECTRE DES LYCÉENS

Mis à jour le :15 avril 2008. Auteur : Gilles Lucas.

Encore une grève ! En principe, intimidations policières et abrutissements technologiques devraient arriver à régler son compte à cette jeunesse toujours ingérable. Et pourtant, depuis des années, elle repart à l’assaut de sa passivité programmée.

ILS SONT QUELQUES CENTAINES de lycéens, accompagnés de professeurs, à se rassembler, ce samedi matin 29 mars, devant les portes du lycée Gustave-Eiffel de Gagny.Leur intention:bloquer l’entrée de l’établissement pour protester contre les milliers de postes supprimés dans l’Éducation nationale. Ambiance joyeuse et rigolarde. À distance, quelques policiers observent la scène. « À 9h30 et des bananes, j’entends gueuler : V’la les CRS ! Et j’vois un groupe de playmobil avec les petits jouets qui vont avec, boucliers et armes », rapporte Hanafii [1] Les robocops avancent. Un prof s’interpose, les bras ouverts, avant d’être frappé et traîné au sol. « Ça me rappelle ce Chinois sur la place Tian an Men » dit Couvin. Hanafii continue « J’vois un truc péter en plein milieu de la foule et v’la la fumée qui sort. Pas le temps de réagir qu’une autre explose et là, j’l’ai sentie ! Rien d’autre à l’esprit que : quelle belle bande d’enfoirés ! Le son d’une guerre derrière moi : filles qui crient, coups de flingue, gens qui hurlent et qui courent vers le lycée, pris dans la fumée avec les yeux qui piquent et la gorge qui te fait tellement tousser que t’as envie de dégueuler. »
À CQFD, les téléphones chauffent. « On a l’habitude de travailler avec les policiers de Gagny », nous raconte le proviseur du lycée. « Mais ce jour-là, ils étaient au Stade de France. Ce sont ceux de Bobigny qui sont intervenus. Tout se passait tranquillement. Tout le monde a été traumatisé, même les adultes. Mais d’après ce qu’on m’a rapporté, les ordres n’ont pas été respectés. Le préfet, prévenu la veille, avait donné la consigne de ne pas intervenir. Je suis scandalisé par ce qui s’est passé. Mais je peux vous assurer que les relations avec la police sont maintenant rétablies. » D’après le journal Le Parisien du 30 mars, le maire serait intervenu pour calmer les flics. « Mensonges ! », disent les lycéens alors que les services du maire promettent un entretien qui ne viendra jamais. L’attachée de presse de la préfecture de Seine-Saint-Denis nous renvoie sur la Direction départementale de la Sûreté publique : « Vous devez nous envoyer un mail expliquant votre démarche avec vos coordonnées.  » Sur notre insistance, on nous dit que le dossier a été transmis à la hiérarchie qui finalement nous contactera : « Avis défavorable. Une enquête judiciaire est en cours. » Raccrochez, il n’y a rien à voir !
Mais les lycéens continuent : « C’est sûr, ça peut faire bizarre qu’on réclame des profs ! C’est vrai qu’on aime pas trop le bahut, en principe », dit un jeune lors d’une maigre manif marseillaise. Un autre reprend : « Des profs en moins, des classes surchargées, des options qui sautent, qu’est-ce qu’ils veulent qu’on devienne ? Des ordinateurs ou quoi ? » Justement. « On a tendance à nous voir comme des loques devant la télé, notamment la Star’Ac, et qui ne s’intéressent à rien,encore moins à la politique.Il faut qu’on leur prouve le contraire,qu’on a un minimum d’intérêt pour notre avenir et celui de notre descendance », affirme une élève de Gagny. Les narcotechnologies –familiarisation à la biométrie dès l’enfance, jeux addictifs, télévision, portables– à l’appui d’un darwinisme scolaire auraient-elles des difficultés à créer cette masse de précaires exigée par le libre marché ?

Article publié dans CQFD n° 55, avril 2008.


[1] Les propos des lycéens cités sont sur : bavures-a-gustave.skyrock.com.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |