Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°055
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°055


RAGE DEDANS

L’ÉCONOMISTE ET LE SAMARITAIN

Mis à jour le :15 avril 2008. Auteur : Sébastien Fontenelle.


IMAGINE ÇA : tu as devant toi deux cartons –identiques par la forme et la contenance. L’un, vide. L’autre, plein de billets qui, enliassés, forment un épais magot. Disons : 20000 euros. Et tu as cette furieuse envie de mieux répartir ce pognon entre ces deux cartons, et rien n’est plus simple, n’est-ce pas ? Tu prends 10000 euros dans le carton plein,tu les mets dans le carton vide, et roule ma boule, comment que le tour est joué.
Sauf que tu commets l’erreur fatale que font souvent les apprentis capitaleux : tu en parles à un économiste. Un vrai, qui passe à la télé. Je suis le Robin des Bois de mes deux cartons, lui expliques-tu : je prends au riche pour donner au pauvre.
Et là, tu peux en être sûr : le hideux gars va commencer à te faire très salement chier, sur le thème, ah mais oui, mais non, tu penses bien que tu peux pas faire ça, tu penses bien que c’est pas aussi incroyablement simple, de mieux répartir une richesse. Bien. Regardons maintenant ce qui se passe dans les cartons de la vraie vie.
Ces semaines-ci, tu l’auras noté:pas une heure ne s’écoule, sans qu’un expert ès fric ne vienne t’asséner qu’on est à l’orée d’une Crise de niveau 1929 sur l’échelle de Bernard Maris – perspective dont il espère, évidemment, qu’elle va te plonger dans une telle affliction,que tu vas le supplier d’accepter le don, modeste mais sincère, par lequel tu souhaites contribuer à la préservation du système capitaliste, unique responsable, au demeurant, de la Crise en question.
Bon, personne, ici-bas, ne souhaite payer sa demibaguette un million et demi d’euros,et du coup,tu l’auras compris,le discours des crieurs de Crise prépare la population aux tours de vis budgétaires que le gouvernement va lui balancer dans la gueule –genre, le temps est venu, gueusaille abâtardie,où nous allons devoir faire quelques grosses éconocroques sur tout ce qui est logement social et autre(s) assistanat(s) crypto-communiste(s).
Or –et c’est à cela que je voulais en arriver : de l’argent, il y en a, dans les caisses du patronat. Je te rappelle, par exemple, que la seule caisse noire de l’UIMM, succursale métallique du MEDEF,culmine à 600 millions d’euros.
Et bien sûr : nous supposons, toi et moi, qu’il n’est sans doute pas très difficile de prendre un peu de ce gros pognon (je dis « un peu » parce que je ne voudrais pas que tu me prennes pour un pileux bolchevique) pour le transférer dans les poches des pauvres– histoire de les soulager, fût-ce préventivement, des effets de la Crise. Toi et moi ? On se pointe à l’UIMM, on prévient l’huissier qu’on vient redistribuer du carton plein au carton vide, et que le mieux est sans doute qu’il n’essaie même pas de s’interposer : allons, allons, brave homme, tu as des enfants, sois raisonnable.
Lors,derechef : le tour est joué.
Mais t’as remarqué : dans la vraie vie, c’est toujours à ce moment-là que déboule un économiste, que flanque d’assez près le shérif de Nottingham, et qui te dit ah oui, mais non, je comprends ton idée, je la trouve même belle, mais ça va pas être possible. Je te laisse conclure ?

Article publié dans CQFD n° 55, avril 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |