Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°057
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°057


À LA RAME

VA CHERCHER L’ENNEMI INTÉRIEUR !

Mis à jour le :15 juin 2008. Auteur : Anatole Istria.


Le 19 janvier, trois jeunes qui se rendent à la manif devant le centre de rétention de Vincennes sont arrêtés en possession d’un fumigène artisanal (à base de chlorate de sodium,de farine et de sucre) et de quelques clous tordus en guise de crève-pneus. Ivan et Bruno sont soupçonnés d’avoir voulu fabriquer une bombe à clous et inculpés. À Vierzon, le 23 janvier, deux autres personnes (dont une a été libérée après quatre mois de préventive) sont arrêtées lors d’un contrôle douanier. En leur possession, des manuels de sabotage, les plans d’établissements pénitentiaires pour mineurs, qu’on trouve sur Internet, et un peu de chlorate de sodium.
Pour la juge antiterroriste Marie-Antoinette Houyvet, l’existence d’un réseau structuré de poseurs de bombinettes issus de la nébuleuse « mouvance anarcho-autonome francilienne » ne fait plus de doute. Pourtant, les médias (voir CQFD n°56) ont beau chercher à agiter le spectre des Brigades rouges et d’Action directe, rien n’y fait : l’hypothétique organisation clandestine reste introuvable. Ivan et Bruno sont finalement libérés le 6 juin dernier. Une seule personne reste donc en détention, en attendant la fin d’une instruction qui peine à donner corps au fantasme policier. Pour la maison poulaga, l’occasion est profitable pour bourrer les fichiers génétiques de nouveaux clients (activistes anticarcéraux et anti-expulsions), quitte à criminaliser des opinions dissidentes à l’ombre d’une justice d’exception. Sauve qui peut, tous à Tora-Bora !

On peut télécharger la brochure « Mauvaises intentions. “L’outil antiterroriste” et la “mouvance anarcho-autonome”  » sur www.infokiosques.net
Soutien aux prisonniers : kalimeroparis@gmail.com

Article publié dans CQFD N°57, juin 2008






>Réagir<

VA CHERCHER L’ENNEMI INTÉRIEUR !
| 7 juillet 2008 |

le chlorate de soude, mélangé au sucre et à la farine peut produire, selon le dosage, soit un fumigène, soit un explosif. Dans les proportions 1/3 de chaque, ça fait le fumigène. Dans mon souvenir on ne met pas de farine si l’on veut en faire un explosif. Les personnes arrêtées ont toujours dit que leur dosage produisait un fumigène.

Il faut aussi rappeler que c’est une recette classique de manifestations, notamment devant les prisons, où il faut se débrouiller pour se faire voir de loin. Les arrêtés disent que leur intention était de le faire devant (feu) le CRA de Vincennes.

Quant aux clous tordus, c’est, toujours d’après eux, pour crever les pneus de voitures en les disposant sur la route. On ne voit d’ailleurs pas trop l’intérêt qu’il y aurait de les tordre pour faire une « bombe à clous » comme le prétend la police.

VA CHERCHER L’ENNEMI INTÉRIEUR !
Pitchounet. | 30 juin 2008 |

Pas loin de chez moi, existe, à la vu de tout le monde, 2 immenses cheminées, dont le but est de refroidir une énorme bombe, qui, si elle explose, ne fera pas qu’arracher une tête ou un bras. Cette énorme bombe porte le nom de centrale nucléaire. Et ça, comme c’est fait pour que le pékin moyen puisse allumer sa télé et faire fonctionner quelques appareils plus ou moins utiles, c’est autorisé.

Quand, ceux qui construisent ce genre de saloperie seront-ils incarcérés pour mise en danger de la vie sur terre ??

VA CHERCHER L’ENNEMI INTÉRIEUR !
| 26 juin 2008 |

sont arrêtés en possession d’un fumigène artisanal (à base de chlorate de sodium, de farine et de sucre) et de quelques clous tordus

Non, ces produits, apparement inoffensifs presentes comme ca, peuvent en realité occasionner de serieux degats lorsqu’ils sont combinés ensembles. C’est certe artisanal, mais il y a la largement de quoi arracher un bras, voire une tete. Le tout melangé avec des clous (tordus ?) et enfermé dans un recipiens constitue bel et bien une bombe, artisanale, mais une bombe quand meme.

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |