Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°056
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°056


À LA RAME

PREMIER REVERS DE LA BIOPIRATERIE AUX USA

Mis à jour le :15 mai 2008. Auteur : Nicolas Arraitz.


LARRY PROCTOR est un petit futé. Semencier basé au Colorado (sa boîte s’appelle PodNers), il a fait breveter le mayocoba, un haricot jaune que les paysans mexicains cultivent depuis des siècles. Le brevet –déposé sous le nom d’Enola Bean en hommage à sa tendre épouse, prénommée comme la bombe atomique d’Hiroshima– lui a permis d’exiger le paiement de 1,2 dollar de royalties par kilo de fayot exporté du Mexique aux USA… Les Mexicains ont porté le pet auprès d’organismes internationaux et la justice US a dû annuler le brevet. Une première dans un pays où les fermiers dont les champs ont été contaminés par les OGM sont condamnés à payer de lourdes amendes aux pollueurs… Pour vol.

La biopiraterie n’a rien à voir avec le style de vie flamboyant du capitaine Bellamy. Il s’agit d’une appropriation du vivant et des savoirs traditionnels par des firmes aux visées microsoftiennes, comme Monsanto. C’est ainsi que d’aimables « chercheurs » patentés sillonnent les coins les plus reculés de la planète,emmagasinant dans leurs éprouvettes toutes les plantes médicinales et autres particules vivantes qui leur tombent sous la main. Dans leur mini-disk, ils enregistrent aussi l’usage qu’en font des peuples indigènes tellement primitifs qu’ils n’ont jamais eu l’idée d’en accaparer les vertus. De retour dans la civilisation, on dépose le brevet et hop !, on en devient le propriétaire exclusif, prêt à traduire le moindre guérisseur amérindien devant les tribunaux pour usurpation…
Appréciable première victoire, donc. Qu’on se le dise haut et fort !

Article publié dans CQFD n°56, mai 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |