Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°056
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°056


COURRIER DELLA SERA

LA QUESTION TRANSALPINE

Mis à jour le :15 mai 2008. Auteur : Courrier des lecteurs.


Les dernières élections italiennes ont créé une situation nouvelle dans ce pays et, je crois, dans le reste de l’Europe occidentale, si l’on exclut les périodes pendant lesquelles le système avait renoncé, avec les régimes nazi et fasciste, au masque de la démocratie formelle. Dans le prochain Parlement italien, il n’y aura même pas un député ou un sénateur vert, socialiste ou communiste… Zéro. Les sièges les plus à gauche de l’hémicycle parlementaire seront occupés par des fonctionnaires du Parti démocrate, un parti à peine né, qui comprend des intégristes catholiques, des préfets, des industriels, quelques progressistes illuminés et un ouvrier à mettre en vitrine. Comme moi, vous direz tant pis pour eux s’ils ont perdu leur fauteuil. J’en ai rien à foutre. Qu’ils se débrouillent. Pour nous, ça ne change rien. Chaque jour on devait conquérir du temps et des espaces où pouvoir vivre de manière décente. On continuera à le faire.
Et pourtant la situation m’inquiète. La fin de cette farce ridicule qui comptait quelques figurants (expression de cultures alternatives à la culture dominante) dans le Parlement italien,favorisera-telle les efforts de ceux qui n’ont jamais abandonné l’idée de briser les chaînes assujettissant leur vie à la production et à la consommation ? […] Faut-il se réjouir du résultat des élections, parce que,comme disent pas mal d’amis, ceux qui voulaient effacer les luttes sociales grâce à la pseudo-représentation parlementaire ont perdu ? Faut-il croire que les mouvements, aujourd’hui, sont capables de s’imposer tout seuls, sans un appui médiatique qui garantisse un minimum d’information sur ce qu’ils font pour rendre digne l’existence ?
Pour toutes les femmes et tous les hommes que je côtoie, soit la lutte sera plus incisive, soit nous ne ferons que résister, défendre avec les dents le peu d’espace que nous avons reconquis, vu que la répression sera encore plus dure, et nous confrontera encore plus à la prison ou à une armée de vigiles plus ou moins en uniforme. Je ne sais pas. Non so.

Fabio C.(De Rome)

Publié dans CQFD n°56, mai 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |