Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°011
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°011


Chronique de guerre

Fatima va mieux

Mis à jour le :15 avril 2004. Auteur : Jean-Philippe Turpin.


On dit que l’Algérie va mieux. Trente ans de FLN, douze ans passés dans le feu et le sang, 150 000 morts, civils pour la plupart, attentats, massacres… Pour comprendre ce gigantesque gâchis, sans doute faudrait-il rappeler les atrocités de la colonisation française et celles qui ont accompagné l’indépendance. Ou invoquer l’incurie du FLN, qui a troqué son statut de parti mythique des libérateurs contre les comptes en banque d’une nomenklatura militaro-affairiste. Ou encore incriminer le Front islamique du salut (FIS), dont la victoire électorale de 1991 a entraîné la contre-offensive antidémocratique du pouvoir en place et fait basculer le pays dans la guerre civile. Sans doute faudrait-il accuser les groupes terroristes et paramilitaires qui ont pu alors s’en donner à cœur joie : attentats, vrais et faux barrages, militaires barbus, terroristes gradés. Répression à grande échelle, impression d’un mensonge perpétuel. L’ombre qui risque de planer encore longtemps sur cet enfer laissera un goût de cendres à trop d’hommes et de femmes. Comme Fatima, par exemple.

« Regardez ce que le Bon Dieu nous envoie »

C’était il y a quatre ans. Fatima revenait d’Oran en taxi collectif. À la sortie du village, elle se heurte à un barrage dressé par un groupe d’hommes armés, parlant l’arabe littéraire et, pour certains, habillés à l’afghane. Avec ses compagnons de voyage, Fatima reçoit l’ordre de monter dans un fourgon non immatriculé, où elle se retrouve plaquée au sol et recouverte d’une bâche. Quand le fourgon s’arrête enfin, un homme armé ouvre la porte. En voyant Fatima, il s’exclame : « Regardez ce que le Bon Dieu nous envoie ! » Les ravisseurs vivent dans des galeries souterraines construites par l’armée pendant la guerre. Fatima est remise en cadeau à « l’émir ». Il la viole le premier. Puis les subordonnés prennent le relais. Lorsqu’ils amènent une deuxième proie, un « cadeau » chassant l’autre, Fatima est transférée dans la casemate qui sert de cuisine. Deux autres femmes s’y trouvent déjà. Les viols se poursuivent, surtout l’après-midi, à tour de rôle, parfois en présence d’autres hommes, parfois à plusieurs. Le calvaire de Fatima durera un mois et demi. Jusqu’à ce qu’un détachement de l’armée encercle le camp et déloge les violeurs. Certains sont arrêtés, d’autres parviennent en criant à s’enfuir plus loin dans la montagne. Les femmes prennent soudainement conscience qu’elles sont en vie et que le cauchemar est fini. Les militaires relèvent le nom de Fatima, mais pas son témoignage, puis la raccompagnent chez elle. Pour solde de tout compte, son père la chassera au motif qu’elle est la honte de la famille. Fatima fait partie du très petit nombre d’Algériens qui ont obtenu l’asile en France. Parmi les réfugiés, l’immense majorité vit ici sans autorisation de séjour. L’Algérie va mieux, c’est donc sous bonne conscience que l’administration pourra multiplier les reconduites forcées. Tout ça n’était qu’une parenthèse de quarante ans.

Témoignage recueilli dans un foyer de demandeurs d’asile.

Publié dans CQFD n°11, avril 2004.






>Réagir<

Fatima va mieux
Julie17 | 21 février 2013 |
Sublime article, je vous en sais gré, et vous souhaite une superbe pérennité. Juju du portail web sur l’assurance voiture 7 places Fatima va mieux
Julie17 | 2 février 2013 |
Sublime article, je vous en sais gré, et vous souhaite une superbe pérennité. Juju du portail web sur l’assurance voiture 7 places
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |