Accueil
Sommaire du N°059
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°059


L’équipe de CQFD

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON

Mis à jour le :15 septembre 2008. .


Après cinq ans de critique sociale acharnée, les joyeux galériens de CQFD ont atteint les limites de l’abnégation. Maintenant, faut du pognon ! Sans banque ni pub, une seule solution : 2 000 abonnés supplémentaires.

FLÛTE, Y A PLUS DE BIÈRE… Fin août, nous débarquons dans les locaux du journal la tête pleine du souvenir du sable qui nous chatouille encore les arpions, nous ouvrons le frigo et… y a plus de bière. À peine un fragment de fromage fossilisé datant, à vue de nez, du bouclage de juillet. C’est la rentrée, il faut aller fissa au ravitaillement et p’têt’ bien racheter un frigo propre. Nous jetons un oeil sur le courrier accumulé : quelques réabonnements, des factures, un relevé de compte… Nous ouvrons la missive de La Poste d’un air faussement détaché pour découvrir, horreur, que le chiffre en bas à droite est presque aussi sec que nos gosiers !
C’est la mousse qui fait déborder le vase. Dans ce foutu canard, nous n’avons pas un seul vrai salarié, la cheville ouvrière empoche à peine quelques cacahuètes occasionnelles, nous nous usons sur des écrans aussi efficaces qu’une séance d’UV pour te griller les mirettes, nous peignons des cages d’escalier pour épargner nos finances, les dessinateurs gribouillent pour la gloire, les rédacteurs collectionnent les queues de cerise, et y a pas un kopeck pour acheter un pack !
CQFD, nous le tenons à bout de bras – et de foie – depuis plus de cinq ans. Onze mois par an à faire vivre ce journal avec les moyens du bord, soit un peu de votre oseille et beaucoup de notre huile de coude. Comme dit le Méhu à chaque fois qu’il se radine pour siroter un canon en nous regardant trimer : « J’ai jamais vu des chômeurs bosser autant ! » Seulement voilà… Depuis quelques mois, quand l’un d’entre nous évoque un éventuel sabordage, plus personne ne répond : « Arrête tes conneries ! Passe-moi plutôt l’clacos pour finir mon godet… »
Pourtant, les raisons qui nous ont poussés à créer CQFD sont toujours d’actualité. En 2003, les bandits au pouvoir n’étaient pas vraiment complexés et leurs opposants les plus en vue aussi exaltants que des endives pataugeant dans la béchamel. Cinq ans plus tard, il est vital de continuer à se serrer les coudes. Notre chien rouge désire rester une erreur dans leur système comptable, à ronger le trognon de la droite bling-bling comme de la gauche en toc, gronder au mollet des fanatiques du boulot et des hallucinés de la négociation bidon, sans oublier de courser la bave aux lèvres les faux impertinents et les rebelles de plateaux télé… Mais plus dans les mêmes conditions.
Vous êtes cinq mille à acheter CQFD, dont deux mille abonnés. Nous savons pertinemment que vous ne rechignez pas à gonfler vos chèques de quelques euros de soutien. Nous savons aussi qu’autocollants et affiches ornent les murs de vos contrées. Nous vous remercions chaleureusement de votre complicité, sans laquelle nous n’aurions pu tenir.
Mais si vous souhaitez que l’aventure mensuelle se poursuive, il est impératif que vous soyez deux fois plus nombreux à acheter ce canard. Nous devons engranger de toute urgence deux mille abonnés supplémentaires. Attention, il ne s’agit pas de convertir les ventes en kiosque en abonnement, mais bien de dégoter deux mille nouveaux lecteurs d’ici novembre. Alors débrouillez-vous, cessez de faire circuler votre CQFD, usez de persuasion, de vos charmes, de menaces,mais obligez vos mémés, voisines, amis et ennemis à glisser une piécette dans la gamelle du clebs rouge.
Il a soif.

L’équipe de CQFD

Article publié dans CQFD n°59, septembre 2008.






>Réagir<

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
Pichnouf | 19 novembre 2008 |

Salut Candide !

Ca fait plaisir ! Je refais un petit tour par ici -et par là- et je lis ta réponse avec un mois de retard. Bon, un mois qu’est-ce que c’est hein ? Oui alors, ce vouvoiement… La politesse est un poignard en or. Et ne sachant pas vraiment sur quel pied danser avec tes 2 précédents posts, j’ai attaqué pour voir… Je sais, quelle bassesse… Au fond, je résiste à cette idée que « c’est pas si grave que CQFD disparaisse en tant qu’objet journal ». C’est vrai finalement, l’info sur papier, quelle vieillerie. Le livre, pareil, alors que tout ça tient confortablement dans l’étrange lucarne… Pourquoi se faire chier à l’acheter. Tu vois, c’est justement ça mon souci. Sans mon journal papier, plus moyen de déranger les gens, pas possible de l’ouvrir en plein métro, ni de jouer au pare-buffle avec pendant que je marche, molosse en première ligne. Parce que je pense que s’engager, militer, résister, ça se passe dans la rue et pas chez soi pendant qu’on émerge à grand coup de café devant les nouvelles du net. Et je crois qu’on se rejoint là-dessus non ? Pour Voltaire : on peut être RMiste et avoir une carte de bibliothèque ! Allez salut ! Pichnouf

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
La Sardine Masquée du Port | 15 octobre 2008 | http://de-l-autre-cote-de-l-eau.ove...
Je passe tous les jours devant votre local. La porte est toujours ouverte, les lieux exigus et encombrés de tous côtès, ça bosse, ça lit, ça parle. De la rue, je vous aperçois, gravement empressés, studieusement sérieux. Merci d’être là tard le soir, merci de penser à nous et à nos vies, merci d’être ce que vous êtes. L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
CANDIDE | 15 octobre 2008 | L ABONNEMENT OU L ABANDON
Candide à Pichnouf Super un mec qui reagit. OK le papier est necessaire pour les gens dans la rue.Mais bon, j’ai connu CQFD sur internet dans le fin fond de ma province. C’est bien de là qu’est parti le SOS. Moi ce que j’en disais c’etait pour sauver l’existence même du journal en attendant qui sait des jours meilleurs.Mais peut-être qu’ils les auront les 2000 nouveaux abonnés. Je leur souhaite. « la Gueule ouverte » a bien vécu… la gueule ouverte, mais quand même tenu le coup. Ce qui ne m’emp^che pas de penser qu’internet est aujourd’hui une opportunité formidable pour une presse libre qui reste encore en grande partie à inventer . etc Enfin pour le reste,Le vouvoiement chez toi vient peut-etre de tes lectures de Voltaire à moins que ce soit pour me faire sentir que je suis vieux. Effectivement je suis assez âgé, ce qui a pour avantage d’avoir vécu un certains nombre d’événements parfois trés désagreables, mais quelques fois formidables comme la révolte et grande fête que fut Mai 68.Tu me reproche mes « 50 ans dans l’information au lieu de vivre dans le réel ».Que je sache,ceux qui font CQFD sont bien dans l’information et apparemment dans le réel.Pour moi ce demi siecle cela a été un appareil photo,avec en plus pendant 33 ans un carnet et un crayon.La difference entre hier et aujourd’hui ? Un ex:Le 13 mai 1968 j’etais a la grande manif unitaire deviée par la CGT à l’approche de l’Assemblée Nationale. J’ai toujours les diapos couleurs prises des toits. Le 13 mai 2008 j’etais à la manif au moment du débat sur les OGM prés de l’Assemblée Nationale empêchés d’y approcher par la police. J’ai aussi les photos couleurs, mais aujourd’hui c’est si facile. La difference ? je n’ai vendu ni les premieres ni les secondes ; les premieres parceque je n’avais pas choisi la bonne agence. Et pourtant j’en aurais eu sacrement besoin.Les secondes non plus, ce n’est plus un problème, le but est qu’ elles circulent sur internet , pour moi une façon de participer aux luttes qui tu sais sans doute ne manquent pas. Bien à toi CANDIDE L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
Pichnouf | 11 octobre 2008 |

Réponse du Huron à Candide : Je suis tout à fait d’accord avec tous ceux qui ont la liberté d’écrire sur cette page ; internet, c’est bien pratique. Mais il y en a pour qui ce n’est pas possible. Et c’est ça le fond du problème. Vous auriez mieux fait de choisir Pangloss comme pseudo pour pouvoir placer « le meilleur des mondes possibles », dans lequel -et c’est évident- chaque français, chaque européen, chaque humain a un logement, un ordinateur et un compte en banque pour assumer les factures de ces biens… Car c’est bien connu ; un type en galère chronique voudra se tenir informé, se sentir soutenu, donc il investira dans l’électronique… Ah Candide, nous ne vivons pas le même monde. Vous voudriez retirer ce vilain chien rouge râleur et baveux des banquettes, des salles d’attente, des rues et le ligotter de loin en loin au coin du feu cliquant dans un bien-être sûr. Ca fait 50 ans que vous êtes dans l’information ; et bien restez-y. Pour certaines choses ; rien ne vaut le réel. J’espère qu’à l’instar de ses coûts, ce canard restera incompressible.

Pichnouf

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
CANDIDE | 10 octobre 2008 | l’abonnement ou l’abandon

CQFD ne repond plus ? Deja ?

Bonjour. Je ne connaissais pas CQFD avant que votre appel ne me parvienne par le canal de personnes de confiance. Je vous ai donc écrit (vous pouvez facilement retrouver mon message, vers le 26 septembre). Mais bon, votre problème m’interesse, comme celui de l’info en général puisque cela fait plus dee 50 ans que je suis dedans et que j’ai vu pas mal de revolutions…techniques auxquelles s’ajoute aujourd’hui celle d’internet. Donc considerant votre situation, et comme j’ai toujours le defaut d’être toujours curieux de ce qui se passe , d’y reflechir et considerant que vous publiez un journal qu’il serait bon de sauver je vous ai fait part d’une reflexion qui pourrait être approfondie . Vous avez parfaitement le droit de ne pas être d’accord,et d’avoir de bonnes raisons il se peut aussi que je me trompe etc etc. Mais ce que j’ai fait c’etait dans l’intention de vous aider et je n’ai eu aucun echo. …..CQFD aurait deja disparu ? Sinon que croire ?

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
Erwan | 9 octobre 2008 |

Mon ti CQFD,

quel horreur ! depuis deux mois maintenant, je n’ai plus de nouvelles de vous, formation à l’étranger oblige. puis me voilà, baume au coeur d’essayer de voir du coté de mon papier adoré, je surfe, et je tombe sur ce titre, quel horreur ! Moi qui me bat, à faire le mieux pour afficher, à trouver la faille dans une discussion pour placer CQFD, à laisser mon papier favori dans un espace publique en choisissant des lieux stratégiques, tous cela depuis trois ans déjà. Les effort vont ils être vain ? De retour en france en février, vais je me retrouver façe à un vide dans mon bureau de presse ? L’idée m’est inconcevable. Mais voilà, trop instable pour me payer un abonnement, mais voilà, trop content d’emmerder les kiosques (à travers la france presque entière) qui se font un plaisir de ne pas savoir ce qu’est CQFD, mais voilà comme bon étudiant je ne puis me permettre de soutien financier, mon dieu, ingratitude, je suis au bord du gouffre. Jespère de tout mon coeur vous relir en rentrant, d’ici là, je vous offre juste un soutien de coeur, je sais que cela vous suffira pas, mais je ne peut rien, sauf de la pub. courage.

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
BROUSSE Philippe | 6 octobre 2008 |

Bonjour,

Pour venir en aide à CQFD, le Réseau “Sortir du nucléaire” a décidé d’apporter une contribution de 500 euros.

Longue vie !

Très cordialement,

Philippe Brousse Directeur du Réseau « Sortir du nucléaire » Fédération de 833 associations 9, rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04 - France Tel. 04 78 28 29 22 - Fax : 04 72 07 70 04 http://www.sortirdunucleaire.fr

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
raja | 6 octobre 2008 | sarkostique

j’aime beaucoup votre journal, je me fais un plaisir de le lire, je suis administratrice d’un forum politique, je sais pas si ça va vous aider mais je vais faire un fil dédié au sauvetage de votre journal, la presse est morte, pas question de vous enterrer vivant voici le lien http://sarkostique.xooit.fr/t10345-sauvons-CQFD-L-ABONNEMENT-OU-L-ABANDON.htm#p178654

notre forum vous est ouvert, si vous voulez rajouter un mot…

bon courage

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
clairobscure | 3 octobre 2008 |
Salut ben oui, moi je vous suivais de loin et en fait ça fait trois ans que j’ai une enveloppe prête à votre adresse avec un chèque pour l’abonnement… que je n’ai jamais envoyé !!! Bon c’est promis, demain c’est dans la boite… c’est trop important que vous puissiez exister ! merci encore et je partage votre avis sur la non publication des comptes je bosse pour une asso (je suis la seule salariée, mais ça va j’ai un salaire tous les mois ) et ça me hérisse car pour obtenir 500€ de subvention, j’en ai pour 3 semaines de boulot à écrire des bilans et projets bidons… on nous donne l’argent avec un an de retard… mais par contre on doit présenter nos comptes nikels comme si on avait un service comptable digne des plus grosses entreprises… le jeu est pipé alors ne le reproduisons pas ! Plein de tout ! clairobscure L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
| 30 septembre 2008 |
Il faut proposer l’ abonnement CQFD a votre Amap. On veut des nourritures spirituelles aussi bonnes que de la ficoide et du navet. Reste a faire frire des reportages de bon gout, des scoops soupes, et des idées idoines en hyperboles cinglantes. Flute il y a plus de bière ? Elle était dégeuu de toute façon…ahahh tagaga ah si l’Auvergne pouvait lire CQFD… L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
| 27 septembre 2008 |
Pour te répondre François. Merci de nous faire passer pour des rapaces/actionnaires… D’abord notre thune n’est pas « investie », on acquiert pas de droit sur le canard en s’abonnant, on en achète des exemplaires simplement. On veut pas éplucher les comptes pour dire « ah ben non, finalement vous avez pas besoin de plus de thunes, nous faites pas chier », on veut simplement avoir ce petit complément à l’article « l’abonnement ou l’abandon ». La dernière fois, je me suis fendu du Plan B, et il y a avait les comptes. Pas vraiment détaillés, pas vraiment complet mais ils sont là. L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
francois | 26 septembre 2008 |

Bonjour !

Bon… Je me fends d’une autre bafouille parce que certaines réactions laissées par les lecteurs me crispent… Notamment les bonnes idées du genre « Faites nous donc part de l’Etat de vos comptes », nyah, nyah, nyah… Pour ma part, vivant à la manière je pense, de la majorité des gus qui lisent et font ce canard, je suis aux marges d’un monde enchanté où tout est pognon… Comme beaucoup, je triche avec ce système foireux, en chérissant le jour où je me verrai (d’une manière ou d’une autre) affranchi de cette saloperie qui m’empoisonne l’existence. Je le gagne mal, le claque vite, en vole un peu ici, m’en fait tirer pas mal par là. Et je souris pour la photo, quand à la fin du mois, je réserve les plus belles billes (de bois) de mon chéquier au choix à mon taulier, mon épicier ou mon buraliste… Une bonne part d’entre nous, ceux qui lisent ce canard au moins, s’ils se font à l’idée qu’il faut jouer le jeu le plus souvent, parce que pas le choix, comptent sur des expériences de l’autre côté du décor pour lâcher du lest et faire fonctionner d’autres modes d’échanges. Pourquoi donc, chercher à singer entre nous les réflexes tordus du système ? La jouer à la manière d’actionnaires coincés du cul avec un canard qui ne nous veut que du bien ? Est-ce qu’on a vraiment besoin de demander des comptes à des types qui pour moi sont des potes (j’ajoute : de galère), de fliquer les chèques passés en packs de bière, pastaga, kebabs ou entrées de concert du moment qu’on puisse profiter au moins (et c’est très peu !) une fois par mois d’un exutoire à nos rages quotidiennes ? De la jouer lecteur-investisseur, genre société des lecteurs de suivez mon regard, à la manière de ceux qui justement nous suffoquent au quotidien de leur cuistrerie crasse ? Comme ils nous le disent assez souvent, le CQFD est fait de tout et de rien, sans salaires, en panades et débrouilles… J’ai du mal à imaginer cette triste mascarade, les lecteurs de CQFD épluchant doctement les comptes de leur clébard préféré tout . Pour ma part, et comme je leur ai déjà écrit, je ne veux rien savoir de ce qu’ils font avec le (peu de) fric que je leur envoie, du moment qu’il me distille encore pour le plus longtemps possible leur fameuse piquette… Cherchez encore, il y a sûrement de meilleures façons de participer qu’ en flinguant la caravane… Il s’agit bien de mettre en pratique des utopies ou des systèmes basés sur la confiance et la sincérité… ps : Je ne laisse jamais de messages sur internet, ce truc me fout les foies. Pour dire, qu’évidemment je ne voulais blesser certains qui pensaient sûrement à bien… ou à moins pire…

Léchouilles encore, François

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
miluz | 25 septembre 2008 |

Je ne dois pas être la seule, mais je n’ai pas de chéquier, pas de carte bleue. De la même manière que je n’ai pas de portable, pas de télé, pas de voiture, et très peu d’argent. Comme François Vandôme, j’ai un réflexe clic extrêmement pratique pour vivre mes relations extérieures - et super-extérieures - et c’est parfait ; ça m’évite de polluer. Mais que ce soit par choix ou pas (savoir profiter pleinement et simplement de la vie est un vrai privilège), j’ai quitté les principaux axes de la mondialisation capitaliste, et je navigue à vue dans le monde réel comme dans le monde virtuel. L’essentiel étant invisible pour moi, le bénévolat est mon mode de fonctionnement préféré. Aussi, il est dommage que des rédacteurs qui se sont proposés librement à vous n’aient pas pu contribuer à faire vivre le site et le journal. C’est pour moi un geste essentiel dans la construction d’un média alternatif. Je trouve aussi très intéressant le concept de subvention libre. Et ce qui viendrait pour moi parachever le mode de fonctionnement alternatif serait de pouvoir payer sans l’argent de la Finance prédatrice en attendant que les circuits légaux en soient débarrassés - si tant est qu’ils puissent l’être un jour. Payer certaines choses comme les services d’une autre manière, à travers des réseaux de solidarité. Organisés à travers le pays. Où de relais en relais, il y aurait des moyens de faire parvenir les échanges. A l’échelle de la France, ça serait un bon observatoire.. Le nouveau tour de Gaulle du style : payer sa cotisation annuelle à CQFD par une certaine quantité de produits de la ferme tous les mois, ou un apport quelconque dans la spécialité de chacun. Cet apport vous parvient par des mains autres, mais le journal revient dans celles du lecteur initial par le bais de plusieurs « courses ». Et lutter contre la privatisation des services avec le motus operandi : Une course à travers le réseau = un service proportionnel. Comme aller porter des biens à la ville d’â côté en échange d’un corrigé d’épreuve à un diplôme quelconque… ou le dépannage d’un outil, le remplacement d’un robinet, etc.. Histoire de nous rencontrer, de faire connaissance et de réappendre à se « rendre » service, à vivre ensemble. Il y a des tas d’idées à développer pour revenir à un rythme plus naturel, plus sain, à créer des liens. A créer tout court. Evidemment, le journal devra être précieux pour mériter un confis de canard.. ;-)

PS : Même en prison, certains arrivent à faire leur bière. Ce n’est pas si compliqué.

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
Mric | 24 septembre 2008 |

Jusqu’à présent, je vous lisais gratos… grâce aux échanges de presse alternative et militante. Mon canard de résistants aussi plein d’abnégation vient de mettre la clef sous la porte, hélas… comme je vous (et nous) souhaite tout sauf ça, allez hop, je m’abonne !

Vous acceptez les pièces jaunes ?

Tenez bon, bordel !!!!!!

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
Francois | 22 septembre 2008 |
Salut… Je vais me fendre d’un biffeton, parce que déjà que j’ai du mal à attendre un mois entier entre chaque numéro… mais par pitié : NE SOYEZ JAMAIS CONSTRUCTIF !!! Que le chien rouge morde mais ne remue jamais la queue… Bises, François L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
candide | 22 septembre 2008 | l’abonnement ou l’abandon
Bonjour C’est par un mailreçu d’un internaute qui compris quel merveilleux outil est le web pour faire circuler ’information que j’ai pris connaissance de votre journal.Et je crois sur sa parOle que vous êtes un journal « necessaire »Si j’ai pris comme pseudo « candide » c’est que je m’interroge aujourd’hui « naivement »sur la persistance de la necessité de faire un « journal papier »dont le cout en « matiere premiere »(incompressible) qui est probablement votre poste numero un si j’ai bien compris la faible (obligée)renumeration de la « matiere grise ».Certes je ne suis pas expert en la matiere, mais il existe sur le web des journaux comme Rue89etc etc qui sont des exemples de reussite et pour moi l’avenir de la presse par leur qualité. Pourquoi vos 2000abonnés et les acheteurs au numero n’accepteraient ils pas de depenser la même somme et même peut-etre moins, a l’instar par ex de Arrêt sur Images pour trouver leur journal préféré sur internet. Cela me parait tellement evident que je me dis ;:il y a un truc que je ne piges pas.C’est pourquoi : CANDIDE L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
| 20 septembre 2008 |

bon, moi je vous lis quasi depuis le début, je suis abonné, j’ai acheté certains livres. J’espère que vous allez pouvoir trouver ces abonnés, afin, j’imagine, de rétribuer un minimum ceux qui font tourner le projet.

Les bouquins sont une bonne pistes, mais aussi, sans doute, une maison de production-diffusion de films et video. Vous pouvez aussi être plus présent sur internet…

Bref, quand on risque de disparaitre, c’est le moment où il faut devenir ambitieux (sans changer rien des convictions, bien sur…)

Le contenu de Siné-hebdo n’est pas comparable avec le votre, il ne s’agit que de courts textes au milieu des dessins.

J’ai bien aimé la couv « on n’est pas fatigués » de mai, je crois…

Pour dire que la combinaison articles-dessins est bien, mais elle ne doit pas être systématique. Par exemple dans le dernier numéro, le choix de l’image d’archive pour le texte de Pierre Carles est très bien. On n’a pas systématiquement besoin de dessin en illustration. Faire venir une icono différente, aujourd’hui c’est facile avec les appareils numériques, les téléphones. On aimerait des images, par exemple pour ma cabane pas au canada (j’aime bien la frise, mais une image du jardin, ou du lave-vaisselle aurait bien fonctionné).

Ne nous lâchez pas, il n’y a que deux support papier à faire de la critique sociale…

Jean-Pierre Liegeois, jeune lecteur du Var

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
| 20 septembre 2008 |

Salut à tous

Me réabonner, j’y pense depuis pas mal de temps, d’autant que l’achat en kiosque me fait rater des numéros. Mais petite question. A l’instar du Plan B, serait-il possible que vous nous fassiez part de vos comptes exactes ?

Allez, en espérant qu’on sera assez nombreux à avoir un sursaut.

Flo

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
Gaby | 19 septembre 2008 |
Aider CQFD ? Je suis pour… si déjà il répondait aux mails de gars qui leur répondait d’écrire généreusement des articles… BYE BYE L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
| 17 septembre 2008 |
oui c’est vrai, Paypal c’est bien pour les gros feignants comme moi, un clic et hop voilà c’est fait, alors que faire une enveloppe ça m’arrive pratiquement jamais et ça prend 3 mois , ça me gonfle, feignant quoi .. L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
françois vendome | 17 septembre 2008 |

je débarque dans votre CQFD : ma première réaction, sur l’ orientation : chien rouge de la critique sociale,ok j’aime bien vos notes sur badiou,thibaultlecheminot , le sinistre-siné malek boutih ,sur le chômage mais pas de destruction sans témoignages SUR CE QUI SE CONSTRUIT concrètement : lieux alternatifs (besançon), nouvelles conceptions(intermittents et précaires ), grèves gérées par les grévistes , etc.. je partage la réaction Henri Leconte (n’abandonne jamais) | 16 septembre 2008 |

On comprend rien à votre truc… Pourquoi tout à coup ce besoin urgent de 2 000 abonné-e-s supplémentaires ? qu’estce qui ne marche pas, là comme ça ? Ce serait intéressant de détailler un peu, histoire qu’on se fasse une idée précise de comment ça marche, tout ce bazar. françois vendome

L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
Philippe G | 17 septembre 2008 |
Invraisemblable que vous n’ayez pas plus de lecteurs. J’essaie de convaincre les gens de mon entourage de vous lire et acheter. Surtout ceux qui lisent encore cette merde de Charlie-Hebdo en croyant lire un vrai journal. Et Sine qui vend son premier numéro à quelque dizaines de milliers d’exemplaires alors que ce sera un Charlie-Hebdo bis (jusque là ça ne le gênait pas beaucoup d’écrire dans le journal de Val). CQFD est, au contraire de tout ces objets de consommation, un vrai journal, informé, intelligent, bien écrit, qui ne me déprime pas tout en étant réaliste parce que combatif. Je ne comprend absolument pas que vous ne tiriez pas à 100000 ex. Je vais m’abonner mais ça ne changera pas grand chose car je vous achète tous les mois depuis plus de deux ans. Et je vais encore tanner certains pour qu’il soient plus intelligents. L’ABONNEMENT OU L’ABANDON
Henri Leconte (n’abandonne jamais) | 16 septembre 2008 |

On comprend rien à votre truc… Pourquoi ce besoin urgent de 2 000 abonné-e-s supplémentaires ? Vous avez besoin de thunes supplémentaires en gros, c’est ça ? Pourquoi faire ? Pourquoi ça ne marche pas, là comme ça ?

Ce serait intéressant de détailler un peu, histoire qu’on se fasse une idée un peu plus précise de comment ça marche, tout ce bazar.

Bonne continuation !

Et les donations par PayPal ?
tohu | 16 septembre 2008 |

En attendant l’augmentation des abonnements, vous pourriez intégrer directement sur CQFD, un système de don par PayPal.

Votre « capital » sympathie est grand, cela méthode devrait vous aider.

Un exemple de site qui pratique le don :

http://www.pauljorion.com/blog/

Et plus d’infos ici :

https://www.paypal.com/fr/dons ?q=donation+paypal&gclid=CLihmOGq4JUCFQZeswod7kzdDA

PS : je n’arrive pas utiliser la fonction hypertexte, désolé…

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |