Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°011
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°011



A boire et à manger

Mis à jour le :15 avril 2004. Auteur : XXL.
Fourre-tout mensuel à vocation vaguement culturelle

A lire en mai ?

En 1842 naît le dixième enfant de la famille Bierce. Comme ses frères et sœurs, son prénom commencera par la lettre A, et comme le choix s’est restreint, il sera affublé pour la vie d’un prénom ridicule. La vie d’Ambrose Bierce emprunte ensuite des détours incroyables : il s’engage tout d’abord dans l’armée de l’Union pendant la guerre de Sécession, expérience traumatisante qui marquera tous ses écrits, puis il entre dans le journalisme tout en débutant en parallèle une œuvre littéraire. Son ton acerbe et sans concessions en fera un satiriste et critique social redouté. Après un mariage foireux et un voyage à Londres, il est engagé par l’Examiner (où il ne perd rien de son engagement social, anticapitaliste et de sa violence) et commence le Dictionnaire du diable, une succession de définitions d’un choix arbitraire, d’une drôlerie, d’une acuité et d’une férocité étonnantes. Les deux exemples suivants seront respectivement dédicacés à George Bush et Tony Blair pour le premier, et à notre bon gouvernement pour le second :

Alliance n. En politique internationale, union de deux voleurs qui ont les mains si profondément enfoncées dans les poches l’un de l’autre qu’il leur est difficile de s’en prendre à une troisième.

Vote n. Acte et symbole du droit d’un homme libre de faire de lui-même un sot et de son pays un chaos.

Bierce partira enfin rejoindre la révolution de Pancho Villa en 1913 au Mexique, où il disparaîtra mystérieusement.

« Le dictionnaire du diable » d’Ambroso Bierce, Bibliothèque étrangère Rivages.


A écouter en mai ?

Quand, au cours de leurs entretiens, Lou Reed demandait à l’auteur new-yorkais Hubert Selby Jr qui il était avant de se lancer dans l’écriture, ce dernier répondait « j’étais un cri à la recherche d’une bouche ». Shannon Wright est le genre de chanteuse qui peut vous murmurer une gentille mélodie dans le creux de l’oreille, et, dans la seconde qui suit, de vous démolir le tympan d’un hurlement. Le cri a trouvé sa bouche. Après avoir, avec bonheur, exploré et détourné le folk rock dans des ambiances de cabaret noir, elle revient avec un nouvel album, « Over The Sun », et, s’il fait bon sous le soleil, laissez-moi vous dire qu’il fait sombre au-dessus. Ce disque, jetant parfois un pont entre rock déstructuré et musique classique, souvent dissonant, est une boule de noirceur et de violence rentrée. Dépressifs s’abstenir ! Dans un entretien, Shannon Wright présentait sa musique comme une tentative de réconcilier la laideur et la beauté. Il n’y a pourtant pas de laideur dans ses chansons, juste une tension, déjà entretenue sur ses disques, et qui déferle comme une vague sur scène où, passant alternativement de la guitare à un vieux wurlitzer, seule ou soutenue par un batteur, elle aplatit la concurrence (notamment les « têtes d’affiche » qui ont le malheur de lui succéder sur scène) avec la constance d’un rouleau compresseur. Ceux qui, par un beau soir de mai 2002, ont eu la chance, pendant l’impeccable festival « les femmes s’en mêlent » d’assister à sa performance, s’en souviendront longtemps comme d’un moment d’une beauté et d’une violence inouïs… Les autres se voient heureusement offrir une séance de rattrapage, ce mois-ci, lors de ce même festival.

- « Over The Sun » de Shannon Wright (Vicious circle), sortie le 6 avril 2004.

- Pour essayer, des MP3 à télécharger sur www.quiltofdemand.org/mp3

- Programme du festival « Les femmes s’en mêlent » : www.lfsm.net

Publié dans CQFD n°11, avril 2004.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |