Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°058
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°058


FAUX AMI

RÈGLEMENT CLIMATIQUE

Mis à jour le :15 juillet 2008. Auteur : Le bouledogue rouge.


Longtemps, le « temps qu’il fait » était comme un vieux pote, accoudé au comptoir. Qu’il pleuve–il pleut trop !–ou qu’il fasse beau – quel cagnard ! – on savait de toute façon qu’on pouvait compter sur lui et qu’il serait là, quoi qu’il en soit de ses humeurs,pour les emmerdations de la vie comme pour les plaisirs. Mais voilà qu’aujourd’hui, le simple fait d’évoquer la météo vire incontinent à la conférence de géopolitique internationale. L’antédiluvien « y a plus de saison » est dorénavant armé d’arguments scientifiques,politiques et sociaux. Et à juste raison. Car, en plus du dérèglement climatique, on peut dorénavant voir les gouvernements de la planète s’en prendre fermement à la délicate question de la pluie et du beau temps afin d’y appliquer, là aussi, leurs sceaux et leurs lois.
Wang Yubin, ingénieur climatologue à la station météorologique de Pékin, affirme qu’« il existe une chance sur deux pour qu’il pleuve le jour de l’ouverture des JO, le 8 août 2008 ». Les héritiers de la révolution culturelle envisagent donc de « forcer la pluie » avant qu’elle ne détrempe les costumes officiels et refroidisse les ardeurs financières de la grande sportpride dûment sponsorisée. L’opération avait déjà été menée le 4 juin 2006 après que le lyssenkiste « bureau des modifications climatiques  » eut fait péter dans le ciel de la capitale chinoise sept roquettes contenant cent soixante-trois bâtonnets d’iodure d’argent. Le succès aurait été total : dix millimètres de pluies plus tard et adieu sécheresse et poussière. Plus au sud, ce sont les épanchements des cieux africains qui préoccupent les autorités. Depuis 1999, l’opération « saaga » permet au Burkina Faso de voir un accroissement de précipitations de l’ordre de 13 à 14 %. Il s’agit là « d’ensemencer les nuages » en y introduisant une mixture d’argent, de sodium et d’acétone, à l’aide d’un générateur au sol en forme de cheminée ou d’avions bombardant la base des nuages. Déjà, de 1967 à 1972, dans le cadre du Popeye Project, l’US Air force avait déversé de grandes quantités d’iodure d’argent au-dessus des nuages le long de la piste Ho Chi Minh, histoire de faire rouiller prématurément les vélos de la guérilla vietcong. On connaît les conséquences militaires pour les USA…
Mais, le catalogue de ces tripatouillages aurait été incomplet sans la contribution du désopilant Kazakhstan sublimement porté à l’écran par Borat. En prévision des fêtes, début juillet, célébrant les dix ans de la nouvelle capitale, Astana, le maire, suite à un haussement de sourcil de son tout-puissant et capricieux président, Noursoultan Nazarbaïev, a demandé à l’armée de l’air russe d’intervenir afin de disperser les nuages et de garantir un soleil éclatant. L’intervention sera donc réalisée à coup de nitrogène, de dioxyde de carbone et d’iodure d’argent, ainsi que cela se pratique régulièrement sur Moscou à l’occasion de la grande débauche de blindés en tout genre, le 9 mai sur la place Rouge. C’est donc aux pataphysiciens, si longtemps raillés, que revient la puissance de la raison et à leur revendication,« le temps est pourri,mais que fait le gouvernement  ? », de recevoir toute sa légitimité et sa clairvoyance.

Article publié dans CQFD n°58, juillet 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |