Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°058
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°058


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

C’EST QUOI, LEUR EUROPE DE MERDE ?

Mis à jour le :15 juillet 2008. Auteur : Arthur.


AVEC LE BRAS D’HONNEUR IRLANDAIS, encore une fois, les défenseurs de l’Europe l’ont dans le baba et je suis poli. Ça devient une habitude chez ces dégustateurs de caviar. À force, le champagne va avoir un goût de mousseux dans les cocktails mondains où se prélassent les thuriféraires de l’Europe et je suis poli !
Pour faire l’Europe unie, deux solutions :
1) Des citoyens qui se respectent et s’aiment de l’Atlantique à l’Amour (pour changer de l’Oural) et ouvrent leurs portes aux visiteurs sans déverser du purin sur les campings où arrivent leurs caravanes comme dans le Béarn. Bien sûr, un Slovène, un Grec, un Polonais ou un Irlandais ne sont pas comme nous mais ils ont deux jambes et deux bras dont un pour lever un verre donc ça va,on est du même genre humain. À la tienne, mon frère ! Et si tu as faim, viens béqueter à la maison,sans chichis ! Ça, c’est la vraie Europe, celle des peuples qui, à défaut de s’aimer avant de se connaître, peuvent vivre ensemble. Mais la réalité est tout autre car
2) L’Europe qu’on nous impose est celle des marchands, des trafiquants, des escrocs, des mondains, des banquiers, des agioteurs, de tous ceux, et ils sont nombreux, pour qui l’Europe est celle de l’euro et des parachutes cachés. Ils pensent que tous les peuples se ressemblent car tous les hôtels quatre étoiles des capitales européennes où ils se rassemblent se ressemblent. Ils n’ont jamais mis les pieds dans les rues de Dublin, Varsovie, Budapest ou Bucarest sans être entourés d’une nuée de gardes du corps. Ils ne savent que trinquer à l’avenir d’une idée mercantile où la marchandise unie – croient-ils – va unir les coeurs. C’est l’Europe des retourneurs de veste comme Kouchner,des faux intellos comme BHL et des valseurs du CAC 40 comme les pitres du Medef. Et ces cousus d’or sans vergogne qui font suer le burnous osent parler de valeurs humaines et d’idéologie humaniste !
Pour comprendre le rejet viscéral de l’Europe chez ceux que l’on consulte par référendum populaire (France, Irlande, Pays-Bas) et non par le subterfuge des assemblées de notables,il faut examiner de près les traités. Qui les a écrits ? Giscard d’Estaing et Sarkozy. Deux grands démocrates à la plume avocate qui savent noyer le poisson dans leurs textes verbeux et incompréhensibles pour les habitués du Balto, le bar-tabac du coin. Les mecs,ces traités,ça leur rappelle la purge des années de lycée.Fallait donc des traités ainsi rédigés pour l’essentiel :
Article 1 : Tous les citoyens européens naissent libres et égaux et pourront circuler sans passeport chez le voisin même s’ils n’ont rien à lui vendre,à lui acheter et à lui voler.
Article 2 : Qu’il soit russe, danois, anglais ou maltais, tout individu européen a deux bras et deux jambes et pourra travailler où il veut en bénéficiant des mêmes soins et retraites que les autochtones et les indigènes (et je suis poli).
Article 3 : L’Europe sera celle des régions autonomes et non celle des banquiers centraux de Francfort. Les riches de Bavière paieront la tournée aux pauvres des Pouilles.
O.K. ! Ça manque de gras autour. On verra après le pastaga ! À Athènes comme à Marseille ou à Madrid, on bosse mieux après la sieste !

Article publié dans CQFD n°58, juillet 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |