Accueil
Sommaire du N°060
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°060



LES BRÈVES DU N°60

Mis à jour le :15 octobre 2008. .

Little Big Horn
Pour faire avaler la pilule du plan Paulson 2 et calmer la colère des citoyens américains, les sénateurs ont dû, dans tout le pays US, se plier aux desiderata d’un certain nombre de leurs électeurs. Exemple : quatre millions de dollars vont être débloqués pour subventionner l’industrie de fabrication des flèches servant au tir à l’arc. Retour des Indiens ? La hache de guerre est-elle déterrée ? Pour l’heure, les tuniques bleues de la 3e division d’infanterie ont été rapatriées d’Irak. « Ces forces peuvent être appelées pour gérer des troubles sociaux et faire du rétablissement de l’ordre », grogne Stars & Stripes, la revue de l’armée américaine, qui ne plaisante jamais.

Fan club
« Comme l’a dit le président de la République… » Ministres et autres sous-fifres pètent et répètent à l’envi leur allégeance émerveillée au petit Mamamouchi à talonnettes. Et c’est de toute évidence dans cet esprit-là qu’à l’occasion de la venue du Minuscule à Laval le 28 août dernier, Hervé Éon, militant du PRS (Pour la république sociale !!), avait confectionné une pancarte reprenant certains propos présidentiels. Sur le passage des limousines officielles, il a brandi ladite pancarte, qui disait : « Casse toi, pov’con ! » Immédiatement interpellé par des pandores en civil, l’admirateur se voit déféré le 23 octobre devant le tribunal correctionnel de Laval pour « offense au président de la République ». Quelle ingratitude !

Recyclage des croissants
Comment réussir une bonne petite récup’ aux dépens d’un géant de la grande distribution ? Comment éviter que ses nervis bas de plafond et ses molosses hauts sur pattes vous tombent sur le râble ? Simple : utiliser le logo N PA (Nouveaux Précaires Affamés) pour attirer les caméras et ainsi forcer tout ce beau monde à une inhabituelle courtoisie. On dresse la table et on organise, tranquille, un joyeux pique-nique à base de produits récoltés directement sur place. Les animateurs du comité précaire de Besancenot se sont pour l’instant limités à porter l’estocade aux Carrouf’ de Montreuil et de Saint- Denis. Gageons, débandade financière aidant, qu’ils s’en prendront bientôt aux succursales de Fauchon, au coeur même de la grande Babylone.

Prendre aux pauvres pour donner aux riches
Les téléphones des boîtes d’intérim sonnent dans le vide, l’hôtellerierestauration boit la tasse, les saisonniers, après avoir glandé sur la plage, vont se les geler au bas de remontées mécaniques fantômes, le BTP s’englue en prise rapide. Heureusement, Geoffroy Roux de Bézieux (avec un Z comme…) est arrivé. Ce super-capitalo multicartes, siégeant dans moult conseils d’administration et ci-devant président de l’Unedic, va contracter un crédit d’un milliard et demi d’euros pour doper la trésorerie des PME en reportant de quelques mois le versement des cotisations patronales. L’Unedic refilera aussi à l’État quatre cents millions d’euros destinés au versement des allocations chômage, pour gonfler la bouée de sauvetage des banques. Un petit marquis, un détournement de fonds publics, un État aux abois : ça commence vraiment à sentir la fin de règne.


Little Big Horn
Pour faire avaler la pilule du plan Paulson 2 et calmer la colère des citoyens américains, les sénateurs ont dû, dans tout le pays US, se plier aux desiderata d’un certain nombre de leurs électeurs. Exemple : quatre millions de dollars vont être débloqués pour subventionner l’industrie de fabrication des flèches servant au tir à l’arc. Retour des Indiens ? La hache de guerre est-elle déterrée ? Pour l’heure, les tuniques bleues de la 3e division d’infanterie ont été rapatriées d’Irak. « Ces forces peuvent être appelées pour gérer des troubles sociaux et faire du rétablissement de l’ordre », grogne Stars & Stripes, la revue de l’armée américaine, qui ne plaisante jamais.

Fan club
« Comme l’a dit le président de la République… » Ministres et autres sous-fifres pètent et répètent à l’envi leur allégeance émerveillée au petit Mamamouchi à talonnettes. Et c’est de toute évidence dans cet esprit-là qu’à l’occasion de la venue du Minuscule à Laval le 28 août dernier, Hervé Éon, militant du PRS (Pour la république sociale !!), avait confectionné une pancarte reprenant certains propos présidentiels. Sur le passage des limousines officielles, il a brandi ladite pancarte, qui disait : « Casse toi, pov’con ! » Immédiatement interpellé par des pandores en civil, l’admirateur se voit déféré le 23 octobre devant le tribunal correctionnel de Laval pour « offense au président de la République ». Quelle ingratitude !

Recyclage des croissants
Comment réussir une bonne petite récup’ aux dépens d’un géant de la grande distribution ? Comment éviter que ses nervis bas de plafond et ses molosses hauts sur pattes vous tombent sur le râble ? Simple : utiliser le logo N PA (Nouveaux Précaires Affamés) pour attirer les caméras et ainsi forcer tout ce beau monde à une inhabituelle courtoisie. On dresse la table et on organise, tranquille, un joyeux pique-nique à base de produits récoltés directement sur place. Les animateurs du comité précaire de Besancenot se sont pour l’instant limités à porter l’estocade aux Carrouf’ de Montreuil et de Saint- Denis. Gageons, débandade financière aidant, qu’ils s’en prendront bientôt aux succursales de Fauchon, au coeur même de la grande Babylone.

Prendre aux pauvres pour donner aux riches
Les téléphones des boîtes d’intérim sonnent dans le vide, l’hôtellerierestauration boit la tasse, les saisonniers, après avoir glandé sur la plage, vont se les geler au bas de remontées mécaniques fantômes, le BTP s’englue en prise rapide. Heureusement, Geoffroy Roux de Bézieux (avec un Z comme…) est arrivé. Ce super-capitalo multicartes, siégeant dans moult conseils d’administration et ci-devant président de l’Unedic, va contracter un crédit d’un milliard et demi d’euros pour doper la trésorerie des PME en reportant de quelques mois le versement des cotisations patronales. L’Unedic refilera aussi à l’État quatre cents millions d’euros destinés au versement des allocations chômage, pour gonfler la bouée de sauvetage des banques. Un petit marquis, un détournement de fonds publics, un État aux abois : ça commence vraiment à sentir la fin de règne.

Publié dans CQFD n°60, octobre 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |