Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°059
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°059


TRAVAIL, FAMILLE…

LES « DÉPATRIÉS » D’HORTEFEUX

Mis à jour le :15 septembre 2008. Auteur : Gilles Lucas.

Tension, cache-cache quotidien avec la police, détention, embarquement d’expulsés traîtés comme des pièces de viande, coups… Rencontre à Marseille avec Mama, épouse française d’un sans-papiers.

« C‘EST COMME SI ON VIVAIT dans un pays en guerre. On se cache, on est toujours en train de surveiller s’il y a des barrages de police. On ne sort jamais le soir ; ni cinéma, ni restaurant  », raconte Mama. « Quand je vois des uniformes, je cherche par tous les moyens à les éviter. À chaque fois,mes enfants me demandent pourquoi j’ai l’air si inquiet. Quand je ne suis pas avec mon mari, je l’appelle dès que je vois un barrage ou des contrôles dans la rue. Je lui indique d’autres chemins à prendre pour ne pas avoir de problèmes. » Mais les problèmes sont toujours à l’affût. « Ce jour-là, mon mari était parti faire des courses avec son cousin qui vit en Allemagne. C’est l’immatriculation allemande de la voiture qui a attiré l’attention des policiers. C’était le 17 juin, vers 13h30. Mon mari a eu peur et sans réfléchir il a donné son nom [1]. »
Mama, qui est française, et Cahit, kurde de nationalité turque [2], se sont rencontrés en 2005. En 2006, ils se marient religieusement, décident de s’installer ensemble, prennent un appartement, achètent une voiture et s’occupent ensemble des enfants de Mama. « Il va les chercher à l’école, il les amène manger dehors. C’est un vrai père pour mes enfants. » Elle fait des ménages, lui est chef de chantier dans une entreprise de bâtiment. Depuis 2007, ils sont officiellement mariés. « J’attendais le retour de mon mari et de son cousin. Le temps passait et j’étais inquiète. Dans l’aprèsmidi, j’ai reçu un coup de téléphone de la police m’annonçant qu’il fallait que je vienne d’urgence au commissariat avec mon livret de famille,ma carte d’identité, mes quittances de loyer où le nom de mon mari est aussi inscrit. » Mama se précipite. On photocopie les documents et on lui assure qu’il ne s’agit que d’une simple formalité : « Allez attendre votre mari chez vous, il va sortir dans quelques heures. » La soirée passe et Cahit n’est toujours pas là. « J’étais au travail, le lendemain matin, quand la Police des frontières m’appelle et me demande d’amener tout de suite le passeport de mon mari. » Panique. Joint au téléphone, un avocat lui conseille de se soumettre à la demande de la PAF. « En leur donnant ce passeport, je leur ai donné mon mari. Je n’aurai pas dû écouter l’avocat… Je m’en veux. » Cahit est enfermé au centre de rétention. Procédures, avocats, tribunal, morgue des juges. « Quand j’ai dit à la présidente qu’on vivait ensemble depuis trois ans, le temps légal pour qu’il ait des papiers, elle m’a répondu qu’elle ne me croyait pas puisque que nous ne sommes officiellement mariés que depuis un an [3]… C’est quoi cette femme ? Elle rencontre quelqu’un aujourd’hui et elle se marie le lendemain ?  »
Les enfants demandent des nouvelles de Cahit. Mama n’ose leur dire la vérité. « Je leur dis qu’il est en déplacement. » Début juillet, première tentative d’embarquement en direction d’Istanbul. Dans l’avion, le commandant de bord lui demande sa nationalité, se tourne vers les flics : « Vous le faites descendre immédiatement, sinon je ne décolle pas ! » et s’adressant à Cahit lui lance un « Bonne chance ! ». Retour au tribunal, condamnation à deux mois de prison pour refus d’embarquement,incarcération à Luynes, puis, en fin de peine, retour au centre de rétention. Le 29 août, dans la nuit, rebelote ! Direction l’aéroport. Mais cette fois, la flicaille passe une camisole à Cahit et lui attache les pieds. Sous l’oeil impassible, cette fois, du commandant de bord, Cahit, affaibli par les douleurs que lui provoquent deux hernies, l’une discale et l’autre hiatale, est violemment hissé dans l’appareil puis tabassé. « Cahit m’a raconté que sous la violence des coups le siège sur lequel les policiers voulaient le ligoter s’est cassé. » Ce qui explique peut-être un nouveau retour au centre de rétention. « Je vais le voir. On dirait un vieil homme. C’est quelqu’un d’autre. Il a un cocard. Son visage est griffé. Il est voûté. Son regard est fixe et vide. Il n’arrive pas à dormir. Dès qu’il entend des bruits, il pense qu’on va venir le chercher », poursuit Mama. « Là-bas, les gens dorment à tour de rôle. Ils sont tous dans l’incertitude et l’angoisse. Parce que c’est pendant la nuit qu’on vient les prendre. » Silence. Elle reprend : « C’est toute ma vie qui est foutue par terre. Quand est-ce que je vais le revoir ? S’ils réussissent à l’embarquer, les Turcs vont le mettre en prison.Après, il faudra qu’il aille à l’armée. Six ans ! Vous vous rendez compte ? » Puis : « J’ai plus envie de rien. Je prends des cachets. Un psychologue s’occupe de moi. Il va falloir que je change d’appartement. Je ne sais pas comment je vais faire pour l’argent et pour tout le reste. Il travaille ici, son patron l’apprécie beaucoup. On est mariés. Il s’occupe de la famille. Et le comble, c’est qu’il est convoqué en octobre à l’OFPRA. C’est quoi ce pays ? »

Article publié dans CQFD n°59, septembre 2008.


[1] Au mois d’août 2007,M. I., en « situation irrégulière » a été contrôlé par la police alors qu’il était passager d’un véhicule qui venait de griller un feu rouge. Placé en garde à vue, il a fait l’objet d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière. Le juge des libertés et de la détention a annulé la procédure d’interpellation car,comme il n’était que passager du véhicule, la police n’avait aucun motif légal de contrôler son identité.

[2] Avec le sinistre alibi de la lutte antiterroriste, tout Kurde semble pouvoir être considéré comme membre potentiel d’une organisation armée.

[3] Mise en abyme : début juillet 2008, la pétasse impériale a été naturalisée française après six mois de vie commune avec son nabot de mari.





>Réagir<

LES « DÉPATRIÉS » D’HORTEFEUX
gmily | 21 novembre 2008 | Respect pour une femme qui en a !…….
Juste un petit lien qui fait du bien à notre démocratie en triste état , tout mon respect à Jeanne Moreau ! http://fr.youtube.com/watch ?v=T_5CyY0jHXE
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |