Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°060
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°060



QUI VENDRA LES VENDEURS ?

Mis à jour le :15 octobre 2008. Auteur : Gilles Lucas.


POUR L’INSTANT, pas de canettes traînant au sol ou de cartons prêts à être déménagés dans la boutique de Marseille- Méditerranée, vitrine immobilière de « l’opérateur pour le compte de groupements d’investisseurs » Atemi, filiale de Lehman Brothers, qui en 2007 a racheté à LoneStar 600 logements et 50 000 mètres carrés de bureaux sur la rue de la République, Marseille. Mystère des chiffres ? La Dépéche immo business de décembre 2007 annonçait une participation à hauteur de 20% de Lehman Brothers. La Provence parle plutôt, le 19 septembre 2008, d’un très précis 5 à 15%… C’est vrai que les masses financières varient beaucoup par ces temps de « confusion et d’angoisse ».
« Quelles répercussions a eu chez vous la faillite de Lehman Brothers », demande l’erroriste de CQFD au jeune agent immobilier de Marseille-Méditerranée. « Je vais vous répondre franchement ! », renvoie ce dernier, vigoureusement et droit dans les yeux. Un ange –nerfs tendus tels ceux d’un banderillero– passe… Et s’affale devant un définitif : « Je ne suis pas habilité à vous répondre. » Encore une passe ? « Dois-je déduire de votre silence que les affaires ne sont pas brillantes ? » Le jeune costard estoque : « Nous avons le triomphe modeste. » ¡Olé ! ¡Qué duende !
Mais pour l’heure, dans la boutique de Marseille- Méditérranée-Atemi, c’est jour de grande agitation. Guillerette, une jeune femme lâche : « On lance une nouvelle opération. Et je viens de faire ma première vente ! » « Et vos clients ont trouvé des crédits ? », questionne avec émotion l’erroriste. « Oh, vous savez, il y en a pour qui ce n’est pas la peine ! », répond la marchande, comme pour illustrer l’affiche qui, sur la porte, annonce « les journées privilèges ». De fait, l’intensité de son sourire devrait juste tenir les quelques jours que dure l’opération. Le temps d’écumer les étroits bans et arrière-bans des candidats disposant d’un capital cash.
D’autant que dans ce champs de ruines –immeubles aveugles et palissadés– et de néo-ruines –grossiers coups de peinture et de stuc sur les fissures– qu’est cette rue de la République, « percée impériale » et maudite qui n’a jamais réalisé les rêves de ces concepteurs, d’autres obstacles se dressent pour entraver la bonne marche des affaires. En décembre 2007, JPMorgan, troisième banque des États-Unis, s’était offert les Docks de la Joliette, vaste bâtiment portuaire reconverti en bureaux et surnommé « le vaisseau amiral d’Euroméditerranée ». Le même JP Morgan est suspecté d’avoir fraternellement torpillé Lehman Brothers et de l’avoir contraint à la faillite…

Article publié dans CQFD n°60, octobre 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |