Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°060
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°060


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

HARO SUR LE ROUILLAN

Mis à jour le :15 octobre 2008. Auteur : Arthur.


ET VOILÀ ! Rouillan est de nouveau dans la merde ! On apprend par L’Express, le journal des concierges, qu’il n’appelle pas franchement à la lutte armée sans la désavouer pour autant. Alors, non seulement ce feignant a arrêté d’écrire dans CQFD mais en plus il chipote, il ergote, il tourne autour du chassepot !
Bon, d’accord, Action Directe, label importé des anars du début du siècle, a deux morts « sur son inconscience » dirait Cohn-Bendit, mais on est loin, question bilan, de la bande à Baader. On est loin surtout du fameux palmarès de tous ceux que visait Rouillan, sans pouvoir les atteindre, à savoir les criminels d’État, les Nixon, les Bush, les Poutine, les Sarkozy, qui ont bombardé, napalmisé, éradiqué des millions de femmes et d’enfants ou envoyé à la boucherie des bidasses de par le vaste monde, au Vietnam, en Irak, en Tchétchénie, en Afghanistan. Ces chefs d’État n’ont jamais appelé à la lutte armée, eux,ils l’ont pratiquée en se contentant d’appeler sous leurs drapeaux des jeunes invités au casse-pipe. Ils n’ont jamais fait une heure de taule, ces pousse-au-crime. Ils sont morts ou vont mourir dans leur lit, l’âme en paix. C’est qu’ils défendaient, ce faisant, une bonne cause, celle de leurs maîtres, les banquiers, les industriels, les vendeurs d’armes, les rois du pétrole, toute cette clique d’innocents et bons citoyens qui prospèrent sur la misère universelle comme le vautour sur la charogne pyrénéenne.

Malheureusement, le fils de prolo Rouillan l’avait compris, ça, et ça l’avait révolté. Il n’a pas mis son bulletin dans l’urne et son eau dans son pastaga. Un révolté, quoi, comme Zo d’Axa, Mandrin, Ravachol ou Bonnie and Clyde, ce dernier couple faisant partie des pilleurs de banques qui filent en oubliant de demander des parachutes dorés. Alors la société, la Société anonyme, s’est vengée : elle l’a embastillé. Et elle veut aujourd’hui le priver de semi-liberté pour crime d’opinion à demi exprimée alors qu’il a, comme on dit, payé sa « dette » à la société. C’est la vengeance des fonctionnaires, ces mous du bulbe assis sur leur bonne conscience.
Que cela serve de leçon à tous les excités de la terre : si l’ordre universel vous révulse, si l’inégale répartition des richesses vous navre, si vous avez des aigreurs d’estomac en voyant les clodos dormir sur les bouches d’égout, si vous estimez,comme Émile Henry, que « tous les hommes sont frères mais tous les hommes ne sont pas mes frères », alors une seule solution : fermez vos clapets et prenez des tranquillisants. Le monde est comme ça depuis que le monde est monde : vous avez d’un côté les damnés de la Terre, nés du mauvais côté de la montagne, à l’ombre, noirs, basanés ou cuivrés par la boutanche et de l’autre les libéraux, les escrocs, les économistes, les boursiers, toujours au soleil, faisant trimer les autres. C’est comme ça et on n’y peut rien ! Rompez !

Article publié dans CQFD n°60, octobre 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |