Accueil
Sommaire du N°005
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°005



OUTRAGE À AGENTS

Mis à jour le :15 octobre 2003. .


Samuel et Anne n’entrent pas dans les catégories les plus exposées aux frappes policières. Le premier est étudiant en histoire de l’art, la seconde magistérienne en biologie à l’Ecole normale supérieure. Timides et propres sur eux, ils ne sont pas du genre à faire un doigt aux pandores. Le 7 octobre, ils comparaissaient pourtant devant le tribunal correctionnel de Lyon pour « outrages à policiers et rébellion avec violences ». Les faits remontent à mars dernier. Alors qu’ils marchaient sur les berges du Rhône pour se rendre à une conférence, une bagnole de police s’amuse à faire des allées et venues sous leur nez. Au troisième passage, Anne lâche à haute voix : « on est sur une voie piétonne ici ! ». Elle et son ami vont le payer cher. Appellant une dizaine de collègues en renfort (on ne sait jamais, des fois que le couple se promènerait avec un gun), les agents « outragés » redéboulent sur les lieux pour se faire justice. « Un des policiers m’a mis un coup dans le ventre », racontera à la barre le pas très costaud Samuel, qui évoquera aussi « l’étranglement » subi par son amie. Vingt-deux heures de garde à vue plus tard, les deux victimes déposent plainte pour « violences illégitimes et coups et blessures ». Plainte classée sans suite par le parquet. Celle des flics, en revanche, ira jusqu’au bout. Condamnés à cinq cents euros d’amende avec sursis, Anne et Samuel ne s’en tirent pas si mal : à leur place, un basané de banlieue se serait pris du ferme. Ils s’en tirent quand même beaucoup moins bien que leurs agresseurs. « La police est violente en France et la justice la protège », constatait Samuel à l’issue de l’audience. Et ça, c’est pas un truc qu’on apprend à Normale Sup’.

Publié dans CQFD n°5 octobre 2003






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |