Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°062
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°062


RAGE DEDANS

DIS MERCI AU MONSIEUR, ENCULÉ(E) DE VA-NU-PIEDS

Mis à jour le :15 décembre 2008. Auteur : Sébastien Fontenelle.


APRÈS AVOIR, SITÔT QU’ÉLU, confectionné pour ses gras(ses) commandit… pour les forces vives de notre économie un élégant paquet fiscal (ÉPF) de 98 250 000 000 de francs d’avant (où 2 398 pansu(e)s contribuables ont gagné chacun 50000 euros) [1].Après avoir aussi,quand les Bourses leurs pendouillaient, allongé à de fort dodus p… aux banquiers 2 096 000 000 000 milliards de francs (toujours d’avant). Le chef de l’État français (que son nom soit mille fois béni), confirmant qu’il avait sous sa popeline un coeur de soie, offre aux démuni(e)s de la vie, comme l’a claironné Le Monde, ce magnifique bon d’achat : « Une prime de 200 euros pour les plus pauvres. » (Soit une obole de près de 760millions d’euros en tout.) Et certes : ces 200 euros font un peu moins que les 50 000 euros qu’il a si gentiment filés aux bénéficiaires de son ÉPF.

Mais 200 euros, pour les traîne-savates RMiques, c’est tout de même l’assurance de passer un munificent réveillon, aux biscottes et au pâté de foie (promotionnel de chez Lidl) – puis trop de soudaine opulence les eût très probablement tué(e)s, par un effet d’overdose. (De mon point de vue, je l’avoue : ce merveilleux cadeau est comme un encouragement à la feignasserie. Mais bon, ne soyons pas chien(ne)s : il est après tout bien normal que les crevards des encoignures se réjouissent aussi qu’arrive la nouvelle année, pleine de bonnes résolutions.)

Or, ai-je entendu un seul « merci » ? Mon cul, ma bonne dame : les gueux sont restés coi(te)s. (Pour ce qui serait de réclamer ? Qui un droit, qui un toit, qui même des raviolis chauds quand tombent les premiers flocons ? Là oui, pardon : les miséreux savent s’égosiller, pousser leurs affreux cris de bêtes.Mais pour dire un petit « thankyou- Mister-President » ? Les voilà qui s’égaillent !) Certain(e)s,c’est vrai,ont présenté un mot d’excuses à peu près convaincant, pour justifier de leur impertinent silence – je pense notamment aux sans-rien des sous-bois de Vincennes, passés de vie à trépas. Que des morts oublient de faire des remerciements ? Passe encore. Mais tou(te)s les autres ? Les « 3,8 millions de personnes qui bénéficient » déjà « des minima sociaux » – ainsi que dit aussi Le Monde ? Ces petit(e)s enculé(e)s de va-nupieds prennent le pognon et se tirent,sans le moindre mot gentil – confirmant s’il était besoin que l’assistanat est aussi le papa de l’ingratitude.

La morgue de ces gens-là culmine vers des sommets d’où j’aurais quant à moi tôt fait, je t’en assure, de les virer à grands coups de pompes : le chef Sarkozy tolère trop, sa débonnaireté le perdra.

Article paru dans CQFD n°62, décembre 2008.


[1] http://vive-le-goulag.blogspot.com/2007/09/2400-clients.html.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |