Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°062
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°062


À L’ARRACH’

CONTE CRUEL AU TCHAD

Mis à jour le :15 décembre 2008. Auteur : Georges Broussaille.


IL ÉTAIT UNE FOIS LE TCHAD, un des pays les plus pauvres de la planète, dirigé par IdrissDéby, un de ces dictateurs africains que la France officielle cajole. Pour ses habitants les choses ne pouvaient guère aller plus mal quand… miracle ! Non seulement il y avait de l’or noir dans le sous-sol du pays, mais la Banque mondiale acceptait de financer les infrastructures pétrolières, tandis que l’État tchadien s’engageait à consacrer la quasi-totalité de la manne à l’éradication de la pauvreté : 72% des revenus pétroliers devaient être consacrés à des secteurs prioritaires (santé, éducation, etc.), 4,5% devaient revenir à la région de production et 10 % supplémentaires devaient être mis de côté pour les générations futures.

Pourtant, la malédiction de l’or noir ne fut pas longue à frapper, le tyran jugeant que les achats d’armes nécessaires à son maintien au pouvoir étaient d’une priorité supérieure à la santé de la population, qui doit se contenter d’un médecin pour 28 170 habitants. Tant et si bien que le Tchad finit par dilapider 12 % de son PIB en dépenses militaires.
La Banque mondiale, fort décriée par ses opposants, ne manqua pas d’être déçue par le prince charmant qu’elle s’était choisi afin de redorer son blason. En septembre, elle cessa donc son aide financière au secteur pétrolier tchadien. Heureusement que le malheur des uns fait le bonheur des autres, en l’occurrence les marchands de canons alléchés par le fromage. On ne sait trop quel langage tinrent les renards français ; pas de doute ils furent éloquents, les ventes d’armes made in France passèrent de 100 000 euros en 2006 à 5,4millions en 2007. Moralité : Sarkozy et Déby se pacsèrent et ils eurent beaucoup de cadavres.

Article paru dans CQFD n°62, décembre 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |