Accueil
Sommaire du N°063
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°063


FAUX AMI

LES ANNÉES 80

Mis à jour le :15 janvier 2009. .


C’est encore avec un divertissement suintant la nostalgie la plus rance qu’une grande chaîne du service public (France 3) a réalisé l’une de ses meilleures audiences en 2008. Le 29 décembre, « La folie des années 80 » nous a chanté, deux heures durant, ce « temps béni où tout semblait possible, temps de frime et de fric, temps de changement et de modernité, temps où la liberté de parole n’a plus de limite [grâce aux radios libres et aux chaînes privatisées, à NRJ et à TF1], temps où les chanteurs s’engagent dans la contestation ou l’humanitaire. » Une seule solution, régression générale, clament encore et en chœur nombre de sites et blogs dédiés à « tous les grands enfants qui ont été bercés par le son inimitable des années 80 ». Et d’enchaîner avec l’indémodable compilation des séries télévisées dans lesquelles s’ébrouent pêle-mêle « des flics souriants et sympas », un chasseur de primes « à la recherche de personnes plus ou moins coupables  », un justicier qui parle à sa voiture (et, audace de l’anticipation, elle lui répond !), des milliardaires « incarnant le rêve américain » du self-made-man ou qui « glorifient la loi du plus fort » à grands jets de pétrodollars. Sans oublier les soirées hebdomadaires animées par les stars décaties de la décennie, de Jeanne Mas à Gold, qui se recyclent dans tous les Paparadise ou Macumba Night de l’Hexagone sous la houlette de Gérard Spirituoso, le directeur de l’établissement, et Jimmy Baqueroume, le Dj du bout de vos nuits (« le 12 dans votre ville ! »). Ces années 80 continuent de fonctionner comme un mythique âge d’or où tout le monde avait droit au bonheur, comme le déclamait, entre deux reptations sur la moquette de certains bureaux élyséens,le « sévèrement burné » Nanard Tapie dans son show « Ambitions ». C’était le bon temps de l’argent rose-roi et de l’exultation des corps scupltés par l’« apérobic » et le « joguingue » pour relever les défis de l’entreprise. Plus besoin de réflexion critique, le discours économiste et managérial occupe un espace bleu horizon indépassable : « C’est comme ça » [1] réquisitionne les ondes, alors que la presse branchée, Globe ou Actuel, BHL ou Bizot, mères Denis du reniement soixante-huitard qui lave plus blanc, inaugure les rubriques pipole en hausse/en baisse, directement indexées sur les fluctuations du CAC 40. À trois rues de là, les « experts », Fondation Saint-Simon, Alain Minc ou Attali, s’essayent à la fin de l’histoire, dernière étape d’une dépolitisation en fanfare de trompettes accompagnant la chute du mur de Berlin. La nature ayant horreur de Lipovetsky [2], Harlem Désir vient à la rescousse pour offrir à la « bof génération » le combat de l’antiracisme, sur un beat plus moral (Le Pen, c’est mal) que saccadé (Indochine, c’est bien), et vice-versa. Alors, cette décennie, un cauchemar [3] ? Plutôt une époque kitsch et bizarre où tout ce qui nous empoisonne l’existence aujourd’hui, l’argent de la rente financière, l’entreprise comme nouvelle patrie des travailleurs, la réussite par l’aliénation totale de l’individu, la culture comme fête organisée à date fixe,était exhibé crûment ; où tous les acteurs de la bienpensance actuelle, de Joffrin à Finkielkraut, en passant par Glucksmann et Goupil, portaient les premiers feux de la servilité postmoderne et de la bêtise décomplexée. Manque de bol ou de jugeote, la société française, malgré la police, TF1 et le Lexomil, est restée majoritairement imperméable aux valeurs du capitalisme et de l’entreprise  : ça nous promet une belle pagaille.

Article publié dans CQFD n°63, janvier 2009.


[1] Les Rita Mitsouko.

[2] Auteur de L’Ére du vide, 1983.

[3] François Cusset, La Décennie, La Découverte, 2006.





>Réagir<

LES ANNÉES 80
| 23 janvier 2009 |

…C’est aussi la dissolution de la gauche dans le pouvoir et la fin des grandes utopies. C’est le martelage du « Vive l’Europe » dans nos têtes de gosses. Pas étonnant que les journalistes d’aujourd’hui aient sans réserve soutenu le « oui » ! C’est la diabolisation du gros Le Pen, qui allait fourvoyer d’abord la « marche des beurs », puis, plus fort, les antifas radicaux dans l’idéologie angéliste du « tous étrangers » et la haine de la France. C’est le consumérisme qui aime tout le monde, les jeunes surtout.

C’est la chute du mur de Berlin, seule bonne nouvelle de ces années pourries, remise à plat des idéologies.

bien pensants ?
| 21 janvier 2009 |

Goupil ? Il était pour l’intervention américaine en Irak quand toute la France manifestait contre Bush et la guerre ! Finkielkraut ? Régulierement dénoncé comme « néo-réac » par les niaiseux du nouvel obs’ et consorts, ce monsieur ne craint pas de se mettre a dos corporations et bien-pensants, il me semble.

Ce ne sont pas eux, le « bien-pensants », pas ceux qui nagent a contre-courant. Relisez donc Bernanos !

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |