Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°061
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°061


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

TRIONS NOS DÉCHETS, RECYCLONS NOS BANQUIERS

Mis à jour le :15 novembre 2008. Auteur : Arthur.


ET SI LES ÉCOLOS avaient raison, titre la presse à la vue de l’avenir qui attend les Terriens,anciens riches et nouveaux pauvres confondus, azimutés par la crise du capitalisme. Va falloir vivre autrement, arrêter de sur-consommer, ne pas lire les pages de pub des magazines,isoler les maisons, rouler à vélo,faire les gestes quotidiens économes en énergie et trier les déchets.
À propos de déchets, les anciens banquiers sur la paille (pas celle, humide, des cachots) commencent à changer de vie. Fini le casino boursier,au garage les bolides rouges italiens. La City de Londres va bientôt ressembler à la Cour des Miracles avec ses êtres dépenaillés errant entre les poubelles. Même avec le coeur pur de sœur Emmanuelle, nous ne saurions plaindre le sort de ceux qui ont joué notre bon blé à la roulette russe.
Mais que dire des politiques qui veulent « moraliser le capitalisme » ? La raison d’être même du capitalisme, c’est son immoralité. Vouloir le moraliser, c’est vouloir rendre le loup végétarien. Exemple : l’affaire Clearstream (voir ci-dessous). Voilà une blanchisserie à pognon, propre et sale confondu,domiciliée dans le paradis fiscal bien connu du Luxembourg. Croyez-vous que Sarko dénoncerait Clearstream ? Pas du tout.Il préfère donner des milliards aux banques qui vont les planquer au Luxembourg sans tarder.
Alors, il les menace mais espérons qu’il ne va pas les braquer comme un vulgaire Mesrine !

Qui a peur de Denis Robert ?

DEPUIS QUELQUES JOURS,on peut lire dans nos quotidiens divers communiqués et un encart publicitaire grassement payé par une société financière qui accuse le journaliste Denis Robert de tous les maux. Étrange pratique que celle de ces organes de presse prestigieux qui se font payer pour passer un texte qui piétine allègrement le travail d’un confrère. Passons !
Une question reste sans réponse : comment est-il possible qu’au coeur d’une tourmente financière historique ces hommes si importants perdent leur temps et leur argent à tenter de museler un journaliste solitaire ?
Pour faire simple,rappelons que les chambres de compensation sont ces sociétés inventées par les banques pour simplifier et accélérer les transferts d’argent d’une banque à une autre. L’outil a un grave inconvénient : il identifie et mémorise toutes les transactions interbancaires à travers le monde.
Il suffirait que les juges aient accès à cette mémoire informatique pour relever le cheminement de l’argent de la fraude et du crime organisé.Il suffirait que cette menace existe pour que les fraudeurs à l’impôt,mais aussi les trafiquants de drogue,d’armes et d’influence retirent leur argent des banques.
Et ça, les banquiers ne le supporteraient pas.Voilà ce que Denis Robert répète depuis plus de dix ans,à travers ses articles,ses livres et ses films. Il faut abattre ce type. Ils sont légion à s’y employer.

http://lesoutien.blogspot.com

Article publié dans CQFD n°61, novembre 2008.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |