Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°064
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°064


RUSTIQUE CHRONIQUE

LES SAFER SONT LES AFFAIRES

Mis à jour le :18 février 2009. Auteur : Jean-Claude Leyraud.

Censées soutenir les jeunes lors de leur installation, les Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) sont souvent l’instrument des népotismes locaux et de la spéculation. Organismes d’intervention sur le marché foncier, ces sociétés anonymes à caractère professionnel ont pour principaux actionnaires les organismes professionnels agricoles [1] ainsi que les collectivités territoriales. Vue en coupe d’une usine à gaz.

E 1er DÉCEMBRE 2008, une cinquantaine de paysans soutenus par des poules et des brebis (appartenant tous à la Confédération paysanne), ont investi les locaux de la Safer-Paca, à Manosque, pour « alerter sur les errements répétés de cette société qui agit de façon discriminatoire envers certains candidats lors des rétrocessions, privilégiant les copinages de toutes sortes à l’installation de nouveaux agriculteurs ». Pendant que le gros de la troupe exprimait bruyamment son mécontentement, une poignée d’énergumènes déménageait le bureau et le fauteuil du directeur régional pour l’expédier par transport spécial au ministre de l’Agriculture, qui « aura un meilleur usage de ces meubles, qui n’ont pas d’utilité pour l’agriculture de la région ». Sous le contrôle des ministères de l’Agriculture et des Finances, les Safer peuvent intervenir sur le marché foncier, soit en usant de leur droit de préemption, soit par acquisition amiable, la rétrocession aux agriculteurs se faisant par le biais d’appel public à candidatures. Les notaires doivent notifier aux Safer toute intention d’aliéner à titre onéreux une terre classée en zone agricole ou naturelle. En théorie, la Safer est là pour favoriser l’installation des jeunes, dynamiser l’agriculture et protéger l’environnement. Mais en pratique son action se solde par des agrandissements continus d’exploitations existantes (très peu de véritables installations de jeunes, si ce n’est de fils de gros agriculteurs), aucune priorité n’est donnée à l’agriculture biologique et on écarte les projets à taille humaine avec vente directe locale… Résultat ? Il y a de moins en moins d’agriculteurs.

Allons chercher l’information à la base. Paul, propriétaire terrien et délégué Safer d’une petite commune de 500 habitants, témoigne : « Avant moi, le poste était tenu par un agriculteur qui est tombé gravement malade. Il est venu me voir parce qu’il pensait que j’étais le mieux placé pour prendre la suite, parce que j’étais conscient de l’extrême importance de ce rôle dans la vie économique locale, et parce que j’étais neutre. Il faut dire aussi que je suis syndiqué à la FDSEA, et même si je ne suis pas militant, ça aide. J’ai donc proposé ma candidature à la Safer et elle a été acceptée. Le profil habituel des délégués communaux, c’est souvent le fils du maire (parce qu’il est au courant de tout), le président de la coopérative agricole, un membre du bureau local de la FDSEA ou un agriculteur habitué aux responsabilités et qui se voue à l’intérêt de sa commune. On reçoit de la Safer une liste des terres qui sont à vendre et on a seulement quelques jours pour avertir en priorité les voisins de parcelles  [2], puis ceux qui sont bien connus localement pour s’intéresser à tout ce qui bouge, assez souvent des jeunes, mais des fils d’agriculteurs du village. C’est vrai que certains “oublient” d’informer ceux qu’ils n’aiment pas ou qu’ils ne connaissent pas bien. Ensuite, il y a la réunion de la commission cantonale (ou commission de structure) qui réunit tous les délégués du canton. Là, on discute, parfois longtemps, sur les choix à faire, sur les critères à appliquer. On est bien informé de la situation réelle de chaque candidat, on se connaît tous. Par principe, les délégués impliqués personnellement dans une transaction ne participent pas à la réunion. Ceux qui sont proches d’un candidat ne prennent pas part au vote, pour éviter après coup toute accusation de favoritisme ou, au contraire, de trahison. Les choix que nous faisons se révèlent être à 99 % ceux qui seront entérinés plus tard. »

C’est seulement au stade suivant, celui de la commission technique, que l’on retrouve les représentants officiels des syndicats agricoles. Il y a bien sûr ceux du syndicat majoritaire, qui se contenteront d’appuyer les choix de la commission cantonale, et d’autres, comme ceux de la Conf’, qui auront du mal à se procurer des informations fiables sur les candidats, d’autant qu’on leur propose souvent un seul candidat par rétrocession. On voit bien que le système repose sur un réseau d’initiés, pas nécessairement des profiteurs,mais pour qui le monde est divisé en deux : ceux qui font partie de leur milieu et les autres. Cette partition entre gens du cru et estrangers est entérinée par la Safer et l’administration – jusqu’au préfet –, qui se sont toujours appuyées sur cette « réalité » rurale dans laquelle elles voient un repère stable.

Si vous voulez acquérir des terres pour vous installer comme agriculteur alors que vous n’avez pas d’ancêtres nés au village, que vous êtes un néo rural, fauché de surcroît, et bio pour couronner le tout, vous partez avec un sacré handicap. Le milieu rural est un réseau de communications qui repose avant tout, depuis des siècles, sur la possession et l’échange de terres (par le biais d’achats, ventes, stratégies familiales, héritages) au sein de communautés humaines restreintes. Nos délégués locaux Safer défendront jusqu’au bout les privilèges de leur caste, même si leur action, en bloquant tout renouveau de la ruralité, ne fait qu’aggraver le processus de disparition des paysans, et même si elle favorise du coup l’affairisme de quelques-uns. Et ils pourront toujours compter sur les politiques et sur les fonctionnaires dont le credo est le soutien inconditionnel aux « acteurs économiques » et autres « forces vives »…

Article publié dans CQFD N°64, février 2009.


[1] La chambre d’agriculture, le Crédit Agricole, Groupama, la Mutuelle sociale agricole et le syndicat majoritaire FNSEA-JA.

[2] Règle ancestrale des communautés paysannes.





>Réagir<

LES SAFER SONT LES AFFAIRES : REACTION
romi | 27 septembre 2010 |
JE SUIS JEUNE AGRICULTURE à LA RECHERCHE DE TERRE EN PASSE DE FAIRE LES DEMARCHE AUPRéS DE LA SAFER ET JE SUIS TOMBé PAR HASARD SUR CETTE PAGE QUI ME CONFIRME LES RUMEURS ENTENDUS.Je bois vos parole et craint maintenant d’etre confronté à cette « discrimination » favorisant la centralisation des richesses et des biens. LES SAFER SONT LES AFFAIRES,la SAFER sait faire
bruno galloo | 3 mai 2010 |
je suis paysans en picardie et ancien membre confederé du comite technique de la Safer !je suis en passe de porter plainte a la Halde pour discrimination syndicale et l’analyse de JC Leyraud est excellente !j’aimerais rentré en contact avec lui pour un echange d’experience ! je suis sur le point cesser mon activité agricole ,ecoeurer des agissements de la SAFER qui me met continuellement des batons dans les roues ,meme terre de liens n’ose pas remettre les pendules a l’heure d’un acces solidaire au foncier ! LES SAFER SONT LES AFFAIRES
| 4 mars 2009 |

j’ai malheureusement été témoin de comportement bizarre de la SAFER : déjà elle propose à la vente des maisons de maitre sans terrain..étrange pour une société qui a vocation a transmettre des terres à vocation agricole. Ensuite quel est la manière de faire de la SAFER : elle prend un mandat sur un domaine, agricole en théorie, mais souvent des grands domaines avec des bâtisses hors de prix et qui ne conviennent absolument pas à des agriculteurs qui ne sont pas en mesure de se les payer. Ensuite elle revend ces domaines à des clients qui ne sont absolument pas agriculteurs. AU passage, elle n’hésite pas à préempter pour satisfaire son propre client plutôt qu’un autre apporté par une agence ou le propriétaire lui même.

Plus décevant encore, elle se permet de contacter le propriétaire et même le client apporté par une agence pour faire pression sur eux afin qu’ils concluent la vente par son intermédiaire et non par l’agence immobilière : elle vole purement et simplement le travail à l’agence en s’appropriant un client qu’elle n’a pas eu à chercher par son travail et son investissement en publicité notamment.

Et tout cela pourquoi ? Promouvoir le monde agricole ? Le client en théorie reste le même qu’il soit ou non apporté par la SAFER ou l’agence. Or force est de constater, et par expérience professionnelle, je peux le confirmer, que le client n’est pas même agriculteur !

La SAFER se comporte ni plus ou moins comme une agence immobilière aux pouvoirs exhorbitants, ne satisfaisant absolument pas à l’intérêt publique mais à son propre intérêt. Qu’en est-il du droit de propriété ? Qu’en est-il des textes qui soit disant ne permettent une activité commerciale de l’Etat qu’en cas de carence de l’initiative privée ?

Une fois de plus, l’Etat se désintéresse des potentas locaux qui minent l’activité des régions.

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |