Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°065
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°065


LA SDAT S’EN MÊLE

TERREUR SUR LA PERSONNE

Mis à jour le :16 mars 2009. Auteur : Gilles Lucas.

Stéphane est maçon. Geneviève [1] en congé maternité. Mi-novembre, l’appartement dont ils sont propriétaires se libère. À la recherche de nouveaux locataires, ils passent une annonce dans un gratuit. Et là, soudain, leur vie bascule dans l’univers merveilleux de l’antiterrorisme.

PAR UN BEAU MATIN de décembre, Geneviève reçoit un coup de fil. « Bonjour, je suis l’agent C. J’ai vu que vous mettiez en location un appartement. Vous pourriez être contacté par des militants basques… » Après une description sommaire, l’agent C. conclut : « Vous pouvez me rappeler pour faire un “contre-appel ”. » Et laisse deux numéros de téléphone.
Mauvaise blague ? Un peu plus tard, Stéphane contre-appelle. Une voix de standard répond : « Police judiciaire – Sdat [2], bonjour ! »
Stéphane : « Ma compagne à reçu un coup de téléphone… » Agent C. : « Je vous explique. Notre service est spécialisé sur la recherche des membres de l’ETA. Il faut savoir que ces membres se dirigent vers des particuliers pour pouvoir louer des biens immobiliers, ils ne passent pas par agence. Ces gens-là, une fois qu’ils repèrent une annonce qui les intéresse, ils vont venir sur le lieu de rendez-vous de la location généralement à pied. […] Les véhicules qu’ils utilisent toutefois sont des véhicules passe-partout, des Renault, Peugeot, Citroën. Il faut savoir aussi que ces gens-là, une fois sur la région, leurs excuses d’établissement sont pour des raisons professionnelles ou d’études. […] Leur aspect physique  : type ibérique, des Espagnols. Ils seront toujours polis, bonne présentation, courtois, très discrets. Ils ne chercheront jamais d’ennui avec vous ni avec les voisins. Ils resteront toujours dans l’anonymat.[…] Suivant les identités qu’ils usurpent, soit ils vont vous payer toujours par mandat postal, soit directement à la main ou en vous demandant votre RIB […] et ils vous versent cet argent en espèces sur votre compte bancaire. Le but, c’est de prêter à confusion que c’est un virement automatique… » Stéphane : « Et que faire en cas de doute ? » Agent C. : « Vous nous appelez, comme vous faites maintenant. » Stéphane : « J’suis un peu impressionné, là ! » Agent C. : « Faut pas avoir peur, hein ? C’est une campagne de prévention, donc ça veut pas dire forcément qu’ils soient sur la région. Et je tiens aussi à préciser que vous, vous ne courez aucun danger en tant que propriétaire. » Fin du topo antiterroro.


« C’est peut-être pour nous faire savoir qu’ils nous ont repérés… », s’interroge à voix haute Stéphane après avoir raccroché. N’est-il pas militant d’une redoutable association de protection de la nature ? Intrigué, il demande à d’autres proprios ayant passé une annonce s’ils ont reçu un tel coup de téléphone. Leur réponse négative vient alimenter ce qu’il nomme une « parano ». Le soir, entre amis, les élucubrations vont bon train. « Il y a là comme une ambiance très Allemagne de l’Est sous la Stasi ! » Mise sous pression ou mobilisation des citoyens contre l’ennemi intérieur ? Contactée par nos services, la Sdat s’explique par la bouche d’un de ses fonctionnaires : « C’est une pratique courante. Nous relevons les annonces et passons environ 5000 appels par an, sans grand résultat, il faut bien le dire. » Rassurant : « Ces investigations visent à protéger la population. » Insistant : « Et vous comprendrez que moins cela s’ébruite, mieux c’est… » De ce côté-là, on peut compter sur CQFD, organe provisoire de l’internationale erroriste qui, avec ses quelques dizaines de milliers de lecteurs, n’est assurément pas un média de masse. Et en cette époque de menaces azimutées pouvant surgir à tout instant de n’importe où – et notamment du milieu rural, où nombre de dissidents vivent en ouverte contradiction avec les codes sociaux en vigueur – , Stéphane et Geneviève ont pris une sage décision : ils ne passeront pas de petite annonce pour vendre le tricycle de leur aîné. Des fois qu’un fanatique bardé de bâtons de dynamite ne s’en empare pour se précipiter sur le portail de la sous-préfecture ! On ne sait jamais.

Article publié dans CQFD n°65, mars 2009.


[1] Les prénoms ont été modifiés.

[2] Sous-direction de l’antiterrorisme.





>Réagir<

TERREUR SUR LA PERSONNE
| 5 avril 2009 |

Je ne comprends pas trop le commentaire précédent. C’est quoi cette affaire d’escroquerie ? L’agent C. n’a rien voulu escroqué si j’ai bien compris : il s’est identifié, a fait son discours et a donné un numéro de téléphone pour le « contre appel ».

Il ne s’agit pas d’escroquerie mais de mobilisation des citoyens contre un ennemi intérieur. Y a pas que le fric dans la vie…

Quant à la compétence du service en question, la SDAT, je ne comprends pas non plus le dernier commentaire. Ca te rassurerait qu’ils soient compétent ? On ne doit pas vivre dans le même monde, là…

TERREUR SUR LA PERSONNE
| 20 mars 2009 |
À mon avis, cet « agent C. » est un escroc. Le minimum de sérieux serait de s’authentifier, de ne pas laisser le moindre doute à son interlocuteur… et ça, de façon systématique, automatiquement. Sinon, c’est classique : il donne lui-même le moyen de le contacter (un numéro de téléphone), et son complice continue la comédie. Non, c’est un escroc futé. Mais, s’il s’avérait que cette « agent C. » était celui qu’il prétend être… je suis inquiet sur les compétences dont ce service fait preuve ! C’est la porte ouverte à de graves escroqueries ! Il n’y a plus qu’à appeler une banque, et demander des informations ou faire des opérations sur des comptes bancaires … avec un banquier qui serait un peu crédule… Non, cet « agent C. » est un escroc (et je l’espère, d’ailleurs)
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |