Accueil
Sommaire du N°065
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°065



LES BRÈVES DU N°65

Mis à jour le :16 mars 2009. .

CIVISME
Le préfet du Rhône est un grand émotif : il s’est indigné, jusqu’à frôler l’apoplexie, de la plaidoirie d’une avocate nîmoise. La dame a eu le toupet d’évoquer « les méthodes de la Gestapo » pour qualifier le comportement des services préfectoraux lyonnais. Lesquels avaient, à la suite d’une dénonciation anonyme, procédé à l’arrestation d’une jeune Algérienne sans papiers et à son transfert vers le centre de rétention administrative de Nîmes. Une louable convergence d’esprit civique et de zèle assermenté que le préfet entend bien préserver : à sa demande, Cynthia Galli, l’insolente bavarde, fait logiquement l’objet d’une plainte disciplinaire et d’une enquête pénale.

SOUFFRANCE
Pauvre Rachida Dati ! Gentiment raillée par le livre Belle amie, placardisée par son chef, la voilà sévèrement amendée par les sénateurs qui ont, contre son gré, confirmé le droit à la cellule individuelle pour les détenus et réduit la durée maximale de placement au mitard de quarante-cinq à trente jours (une paille…).
Heureusement, en guise de lot de consolation, n’a-t-il pas été requis un mois de prison ferme contre un indélicat qui avait écrit un mail considéré comme injurieux à un collaborateur de la ministre ? Y a quand même une justice !

CIRCULEZ !
Des collégiens de Cenon (Gironde), en excursion à Paris avec leur prof, attendent, peinards, le train du retour, gare Montparnasse. Soudain, une horde de robocops, à la poursuite d’étudiants en colère, leur distribuent quelques coups de tonfa en guise d’au revoir. Réaction d’Alliot-Marie, le 10 mars dernier : « Quand on a la charge d’un certain nombre de jeunes […], on évite de les mettre dans des lieux où il peut y avoir des manifestations et des mouvements de foule. » Enfin une semaine où la palme UMP de la connerie échappe à Frédéric Lefebvre.

QUI DIT MIEUX ?
282 000 chômeurs de plus en 2009 ! Non, 300 000 ! Et pourquoi pas 350 000 ?! Ces rassurantes prévisions au doigt mouillé émanent, chronologiquement, de l’Unedic, du ministère de l’Économie et– tous en chœur !– du Conseil des ministres, entre la rude mi-février et le frileux début mars. Un aréopage de marabouts diplômés et d’économistes stipendiés nous ont donc refourgué 70 000 destructions d’emplois supplémentaires en quinze jours. Actuchômage.org table plutôt sur 500 000 à 600 000 en 2009 et rappelle que les prévisions de la bande à Fillon ne concernent que la fameuse catégorie 1 des assistés sociaux (celle des seuls indemnisés qui cherchent un CDI à plein temps). En cas de réclamation, les autres peuvent essayer le 3949 (lire ci-dessous).


CIVISME
Le préfet du Rhône est un grand émotif : il s’est indigné, jusqu’à frôler l’apoplexie, de la plaidoirie d’une avocate nîmoise. La dame a eu le toupet d’évoquer « les méthodes de la Gestapo » pour qualifier le comportement des services préfectoraux lyonnais. Lesquels avaient, à la suite d’une dénonciation anonyme, procédé à l’arrestation d’une jeune Algérienne sans papiers et à son transfert vers le centre de rétention administrative de Nîmes. Une louable convergence d’esprit civique et de zèle assermenté que le préfet entend bien préserver : à sa demande, Cynthia Galli, l’insolente bavarde, fait logiquement l’objet d’une plainte disciplinaire et d’une enquête pénale.

SOUFFRANCE
Pauvre Rachida Dati ! Gentiment raillée par le livre Belle amie, placardisée par son chef, la voilà sévèrement amendée par les sénateurs qui ont, contre son gré, confirmé le droit à la cellule individuelle pour les détenus et réduit la durée maximale de placement au mitard de quarante-cinq à trente jours (une paille…).
Heureusement, en guise de lot de consolation, n’a-t-il pas été requis un mois de prison ferme contre un indélicat qui avait écrit un mail considéré comme injurieux à un collaborateur de la ministre ? Y a quand même une justice !

CIRCULEZ !
Des collégiens de Cenon (Gironde), en excursion à Paris avec leur prof, attendent, peinards, le train du retour, gare Montparnasse. Soudain, une horde de robocops, à la poursuite d’étudiants en colère, leur distribuent quelques coups de tonfa en guise d’au revoir. Réaction d’Alliot-Marie, le 10 mars dernier : « Quand on a la charge d’un certain nombre de jeunes […], on évite de les mettre dans des lieux où il peut y avoir des manifestations et des mouvements de foule. » Enfin une semaine où la palme UMP de la connerie échappe à Frédéric Lefebvre.

QUI DIT MIEUX ?
282 000 chômeurs de plus en 2009 ! Non, 300 000 ! Et pourquoi pas 350 000 ?! Ces rassurantes prévisions au doigt mouillé émanent, chronologiquement, de l’Unedic, du ministère de l’Économie et– tous en chœur !– du Conseil des ministres, entre la rude mi-février et le frileux début mars. Un aréopage de marabouts diplômés et d’économistes stipendiés nous ont donc refourgué 70 000 destructions d’emplois supplémentaires en quinze jours. Actuchômage.org table plutôt sur 500 000 à 600 000 en 2009 et rappelle que les prévisions de la bande à Fillon ne concernent que la fameuse catégorie 1 des assistés sociaux (celle des seuls indemnisés qui cherchent un CDI à plein temps). En cas de réclamation, les autres peuvent essayer le 3949 (lire ci-dessous).

3949, LA HOTLINE
Encore un petit effort et le service téléphonique du Pôle Emploi sera aussi fun qu’une hotline d’opérateur Internet. Bizarre d’ailleurs qu’on n’ait pas encore pensé à délocaliser ses centres d’appels de l’autre côté de la Méditerranée. En attendant, le chômeur y passe de plus en plus de temps à correspondre avec une machine avant d’atteindre éventuellement un conseiller. Il n’a que ça à foutre, certes,mais ça lui coûtera également quelques thunes, surtout s’il appelle depuis un portable ou d’une ligne autre que FranceTelecom. Ça ne marche pas non plus à tous les coups, mais mieux vaut essayer les numéros directs des agences Pôle Emploi, disponibles sur les sites de syndicats et d’assos de chômeurs.

C’EST BALLOT !
À Millau, les services sociaux et la maison poulaga ont mis un an à intervenir pour libérer un gamin séquestré par ses parents. Il avait qu’à être sans-papiers, et les flics n’auraient pas mis dix jours pour venir le cueillir !

ZORRO ET ATENCO
« Libérez Florence Cassez. » Les médias se mobilisent pour offrir à Sarkozy une nouvelle Ingrid en la personne de cette jeune Française emprisonnée au Mexique. En profitera-t-on pour évoquer d’autres victimes d’injustice ? Treize habitants d’Atenco, localité devenue célèbre après avoir fait capoter le chantier d’un aéroport international sur ses terres communales, ont été condamnés pour séquestration de fonctionnaires à des peines aberrantes (jusqu’à 112 ans de prison pour le « meneur »). Le 12 février, la Cour suprême de justice a reconnu le caractère abusif de la brutale opération policière qui occasionna leur arrestation, sans toutefois fixer de responsabilités politiques. Une mission pour Zorro ?

DRÔLES D’OISEAUX
Le Pacific Heron (un échassier plutôt sympa), escorté par le Pacific Pintail (une sorte de pintade non violente),a quitté Cherbourg le 5 mars. Le rafiot est chargé de près de deux tonnes de Mox (cocktail de plutonium et d’uranium naturel). Issue de l’usine Areva de LaHague, l’infâme bouillie a été fabriquée à partir de combustible usagé d’origine japonaise et elle est destinée à trois compagnies d’électricité du même Japon. Armés de canons, protégés par des commandos britanniques, ces deux oiseaux de mauvais augure vogueront pendant deux mois avec à bord, dénonce Greenpeace, « une quantité de matière fissile permettant de fabriquer 225 bombes nucléaires ». Et de vitrifier combien de piafs ?

HONNEUR
Pointe émergée d’un iceberg nommé « arbitraire judiciaire » et composé de milliers de malheureux expédiés à l’ombre à titre préventif sans charges ni motifs, au terme de comparutions immédiates ou de procédures d’exception, deux cas de kidnapping légal méritent toute notre attention. Au 13 mars, Julien Coupat, le supposé saboteur de trains alpagué à Tarnac, est toujours au placard sans le moindre commencement de preuve. Et Yvan Colonna est toujours condamné à perpète malgré l’avalanche de démentis et de révélations infirmant l’accusation. Qu’importe. Pour ces gens de lettres (de cachet) que sont Sarkozy, Dati, Alliot-Marie et leurs larbins, il y va de « leur honneur dans l’infamie », comme disait Vauvenargues.

UNE SAINTE
Pauvre Laurence Parisot ! Il paraît que Nicolas Sarkozy lui a soufflé dans les bronches lors du sommet social du 18 février où elle prétendait « partager un diagnostic » avec les partenaires sociaux. Au même moment,le premier Fillon venu la rappelle à l’ordre pour l’obliger à appliquer les accords signés par l’État en Guadeloupe ! Et pour comble d’humiliation, la justice vient de lui donner tort dans son procès contre Gautier-Sauvagnac, le patron des patrons métallos, qui avait déclaré que, contrairement à ce que Lolo a affirmé, elle était parfaitement au courant de l’existence des caisses noires de l’UIMM… Patronne des patrons, ce n’est pas une sinécure.

Brèves publiées dans CQFD n°65, mars 2009, actuellement en kiosque.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |