Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°065
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°065


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

DÉVIANTS DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS !

Mis à jour le :16 mars 2009. Auteur : Arthur.


DES ÉLUS UMP ont été menacés de mort début mars en recevant des courriers chargés au 9mm où on peut lire : « Le mépris total de vous envers le peuple nous impose d’agir dès maintenant. » N’écoutant que son courage, la presse en a profité pour donner quelques cours de français sur l’usage des bastos, des pralines et des pruneaux, agrémentés de rappels sur quelques précédents historiques, de Ravaillac à Ravachol. L’origine de cette prose ? Sûrement un ou plusieurs déséquilibrés, car le peuple méprisé mais sain garde sa place dans les chenilles processionnaires de la CGT, de Bastille à Nation. D’ailleurs la liste des destinataires de ces lettres trahit bien le trouble mental des messagers : comment en vouloir à des Dati, des Juppé et des Sarko dont toute l’action politique est au service du peuple puisque Dati, pour ne prendre qu’elle, a la compassion de loger dans des cellules chauffées le peuple de SDF délinquants frigorifié par la crise.

Plus intéressante est l’analyse des motivations des déséquilibrés. Dans Le Parisien (04/03/09), le criminologue (donc nourri par le crime) Xavier Rauffer écrit : « Les périodes de crise favorisent les comportements déviants en échauffant les esprits, générant des angoisses nouvelles.  » Traduction : est-il utile, en période de réchauffement climatique, d’échauffer aussi les esprits ? Est-il utile aussi de générer des angoisses nouvelles chez ceux qui n’ont pas de quoi bouffer ni payer leur loyer ? Non, évidemment ! Seul un déviant peut verser de l’huile sur le feu alors que les gens normaux empochent leurs déductions fiscales tout en roulant vers la Suisse ou le Luxembourg pour vérifier leurs comptes.

Alors, ces fous furieux, qui sont-ils ? « Il y a ceux qui passent à l’acte collectivement au sein de mouvements collectifs [sic] ou associations. » Et c’est pas fini : « Il y a les groupes issus de la désobéissance civile qui font des descentes dans les supermarchés pour redistribuer les richesses et s’insurger contre la société de consommation. » Ah ! voilà l’ennemi maboul clairement identifié. Il agit en groupe, boycotte le passage aux caisses à Carrefour et a le culot de redistribuer le caviar et le champagne. Et notre consultant en tolérance zéro d’entonner son antienne préférée : qui casse une fenêtre en jouant au foot finit par piller une armurerie.
Grâce à Rauffer, les petits métiers de vigiles et de psychiatres n’ont pas de souci à se faire : Comment soigner ce peuple, de plus en plus affamé et ruiné, qui risque de quitter collectivement la droite ligne du salariat résigné ? En lui réapprenant à rester dans les clous de son futur cercueil. Est-ce la faute des Dati et des Sarko si tu es incapable de prendre l’ascenseur social qui t’aurait conduit au nirvana de la consommation ? Ces élites morales sont-elles responsables de la crise des subprimes ? N’était-il pas de leur devoir de refinancer les banquiers en mal de bonus et de parachutes ?
Rauffer a raison : le danger, c’est le mouvement « collectif ». Reste seul dans ton gourbi et ferme ton clapet !

Article publié dans CQFD n°65, mars 2009.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |