Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°005
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°005



WESLEY CLARK

Mis à jour le :15 octobre 2003. Auteur : Le bouledogue rouge.


Normalement, le général Wesley Clark n’aurait jamais dû figurer dans cette rubrique. L’ancien commandant suprême des forces de l’Otan en Europe a beau être le candidat démocrate le mieux placé pour jeter le débile texan hors de la Maison Blanche, il n’a rien d’un faux-ami et tout d’un vrai-derche. « Les Etats-Unis sont le leader incontesté du monde, tambourine le général. Nous avons un ensemble unique de capacités, d’institutions et de valeurs qu’aucun autre pays ne possède. C’est pourquoi des pays du monde entier, des groupes du monde entier comptent sur nous. Ils veulent être comme nous, ils veulent être associés à nous, ils veulent notre soutien. » (CNN, 01/10/99). Depuis trente-sept ans, Clark défend le leadership « incontesté » de son pays contre ceux qui le contestent quand même. Sorti premier de l’école militaire de Westpoint, il s’en va d’abord casser du jaune au Vietnam, récolte deux médailles, puis se retrouve à la tête du commandement sud des forces US à Panama, où il supervise les sales coups du Pentagone en Amérique latine. Le Kosovo sera son heure de gloire, avec ses bombes à uranium appauvri et ses dégâts collatéraux. Il mettra tant de cœur à l’ouvrage que Washington, inquiet de son « agressivité », finira par le renvoyer à la maison. Dépité, le héros se plaindra dans ses mémoires que l’offensive contre les Serbes a été « la seule de l’histoire pendant laquelle les amoureux se promènent au clair de lune », qu’on a manqué de couilles. Bon catholique, à part ça. « Notre conscience est en grande peine à cause du terrible sort des réfugiés, confessait-il entre deux bombardements. Car Jésus a enseigné aux hommes qu’ils doivent se respecter les uns les autres. » (La Croix, 06/04/99). Manifestement, Jésus leur a enseigné aussi le business. Depuis son départ de l’armée en 1999, le général a multiplié non seulement les apparitions rémunérées sur CNN, mais aussi les niches dorées dans la finance. Les attentats du 11 septembre lui ont permis de monnayer son carnet d’adresses auprès de nombreuses compagnies, pressées d’arracher leur part du fabuleux gâteau de l’anti-terrorisme. « Il nous a aidés à nous mettre en contact avec les bonnes personnes à Washington, se félicite le PDG d’Acxiom, une boîte spécialisée en sécurité de pointe. Comme nous tous après le 11 septembre, il montrait beaucoup de ferveur patriotique à sauver notre pays » (Wall Street Journal, 09/08/03). Une « ferveur » facturée 150 000 dollars en salaire annuel et 67 000 dollars en stock-options. Clark a aussi loué son patriotisme à Entrust (cyber-sécurité), Silicon Energy, WaveCrest Laboratories (électronique militaire), Stephens (aéronautique) ou Time Domain (radars), leur ouvrant les portes du Pentagone et de l’Otan. Certes, le général a critiqué la guerre en Irak. Mais s’il a compris avant d’autres dans quel merdier se fourrait la Maison Blanche, il n’en reste pas moins un maître de guerre férocement épris de schlague et de pognon. Avant de se recaser chez les démocrates, il a soutenu tour à tour Nixon, Reagan et les Bush père et fils. Alors pourquoi en faire un faux-ami ? Parce qu’il bénéficie du soutien d’un vrai : Michael Moore. Oui, le réalisateur de Bowling for Columbine, le vengeur de Flint, le dégoupilleur de grenades hilarantes… Moore le pacifiste appelle à voter Clark le tueur de Viet-congs. Sans réserve et en claquant les talons. Il s’en explique dans une lettre au « cher général » publiée le 19 septembre : « Nous, le peuple, avons besoin d’un général pour battre ceux qui ont trahi notre Constitution et notre sens de la décence ». Contre la peste en cravate, Moore s’en remet au choléra en treillis.




>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |