Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°066
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°066


À LA RAME

LE PÉYI GWADLOUP EN RÉVOLTE VOUS SALUE

Mis à jour le :16 avril 2009. Auteur : Nicolas Arraitz.


SALUTATIONS NE RIME PAS avec profitation,a plaisanté Raymond Gama, responsable des relations extérieures du LKP, de passage à Marseille. « Certains nous voient comme les petitsenfants de ces Nègres qui voulaient manger les Blancs, mais ce qui se passe en Guadeloupe, c’est un mouvement social,très profond. »Démarrée au son d’un zouk de combat, la conférence de presse a pris le temps de parler des racines historiques comme du futur de la révolte actuelle. « La grève continue dans un certain nombre de boîtes qui n’ont pas signé les accords Bino [1]. Nous négocions encore, sur tous les aspects de la vie, parce que nous voulons changer la vie. » Loin de se limiter au problème des prix et aux revendications salariales, le LKP vise haut : autonomie alimentaire, coopératives,écologie, gîtes ruraux contre tourisme de masse, visibilité de la culture créole… « Nous avons le soleil et l’eau,la base même d’un développement local que l’économie de plantation nous a toujours nié. » Comment la grève a-t-elle pu tenir aussi longtemps ? « Le cœur du mouvement, c’est les travailleurs en grève, mais soutenus par un mouvement social d’ensemble. Les supermarchés étaient vides, mais pas les paniers. On a des petits jardins, de la famille à la campagne, il n’y a pas eu de pénurie.Et ça a permis de mettre à plat une pathologie : ce bonheur idiot qui consiste à se trouver beau sous les lampions des hypermarchés. » En conclusion, Gama parle de l’occupation d’une ferme de 32 hectares dans le nord de Grande-Terre : « Nous voulons en faire une coopérative agricole. »

Article publié dans CQFD n°66, avril 2009.

[1] L’État français, qui n’est pas à une infamie près, vient de gommer l’article 5 des accords Bino. Article prévoyant la prise en charge des augmentations de salaires par les employeurs au-delà des aides des collectivités (12mois) et de l’État (36mois).





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |