Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°066
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°066


RAGE DEDANS

UN PUR ESPRIT

Mis à jour le :16 avril 2009. Auteur : Sébastien Fontenelle.


ALAIN DESTREM est à l’UMP. En soi, déjà, c’est le signe d’une prédisposition à l’intellectualisme high tech : au génie, même, diraient (sans doute) les fans de Frédéric Lefèbvre. Élu de Paris depuis de si longues années que la mémoire s’en perd, le gars est,semble-t-il, d’un naturel plutôt discret : je n’avais, personnellement, jamais entendu parler de lui avant qu’il n’entre dans l’Histoire du monde par le tout récent prononcé d’une saillie où se mêlaient, à part égales, un mépris de classe de niveau 9 sur l’échelle de Serge Dassault, et ce bon vieux fond xénophobe qui fait que la droite sera toujours la droite – et sur laquelle nous reviendrons, je préfère t’en prévenir, avant la fin de ce billet. Je l’ai par conséquent googlisé (le journalisme exige de gros efforts d’enquête), et me suis aperçu qu’il était notamment le fondateur d’Europe-Chine-Coopération : une « structure » dont le « dessein », noble entre tous, est de « promouvoir des échanges dans les domaines économique et culturel au sein d’un Club privé d’affaires réunissant chefs d’entreprises chinois et européens ». J’aime assez, quand la réaction made in France met le bout de sa langue aux fesses glabres des communistes chinois : les jamborees humanistes m’ont toujours fait bicher.

Le mois dernier, Alain Destrem, n’écoutant que son courage, a publiquement jaboté qu’il en avait carrément ras le cul de voir flotter le drapeau tibétain sur la mairie de Paris chaque 10 mars depuis trois (interminables) années : il a donc exhorté le Conseil de Paris à « cesser ces agissements qui sont autant de provocations ».

Alain Destrem est de ces progressistes fiévreux qui jugent que la fin justifie les moyens, et que si la fin est de faire du pognon avec les Noiches populaires, les moyens peuvent très bien requérir qu’on ferme les yeux (et la gueule) sur le garrotage de quelques bouddhistes à la con, merde alors,money is money, j’ai pas lancé mon Club d’élite pour me laisser conchier le développement culturel par trois douzaines de bonzophiles.

C’est le même Alain Destrem qui a, te disais-je, roté l’autre jour que Ségolène Royal, revêtue d’un boubou, lui rappelait « sa femme de ménage » ; puis qui, « devant la multiplication des réactions » à ces « propos », et non parce que leur destrême vulgarité l’aurait soudainement frappé comme la foudre, a finalement choisi de les « retirer ».

Tu devines que je vais m’abstenir de tout commentaire superflu : la démonstration,comme qui dirait, se suffit à elle-même. Je veux juste rajouter, parce que c’est une citation riche en informations de première main sur le parti présidentiel, que l’UMP trouve Destrem « loquace et plein d’humour ». (Entre ici, Jean- Marie Bigard.) Évidemment que si j’étais la femme de ménage de ce pénible sire : je trousserais mon boubou, et compisserais son frigo.

Article publié dans CQFD n°66, avril 2009.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |