Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°067
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°067


JÉRUSALEM

UN TRAMWAY NOMMÉ MÉPRIS

Mis à jour le :15 mai 2009. Auteur : Mickaël Correia.

Le tribunal de Nanterre s’est déclaré compétent sur la procédure engagée par l’AFPS [1] contre Veolia et Alstom, qui prétendent construire et exploiter un tram reliant Jérusalem-Est à des colonies illégales. Déni du droit et libre entreprise font ici bon ménage.

EN 2000, un certain Ehud Olmert, alors maire de Jérusalem, lance un appel d’offres pour la construction d’une ligne de tramway sous prétexte de désengorger le centre-ville, de plus en plus étouffé par la voiture. Veolia et Alstom, acoquinés dans le consortium City Pass, raflent la mise en 2002. Seulement voilà : l’itinéraire prévu passe par les territoires occupés en reliant Jérusalem-Ouest (israélienne) à deux colonies juives illégales de Jérusalem- Est (palestinienne), Psgat Zeev et French Hill. Et renforcera ainsi l’annexion par Israël de la Jérusalem palestinienne en rendant notamment la colonisation physiquement plus facile : « Le tramway […] participe à l’irréversibilité de l’occupation. Or, sans Jérusalem-Est, il n’y a pas d’État palestinien… », dénonceront deux conseillers de l’Organisation de libération de la Palestine [2].

Si la construction de cette ligne de tramway et son exploitation bafouent le droit international (notamment la 4e convention de Genève) selon le Conseil de sécurité des Nations unies et la Cour internationale de justice de La Haye,Veolia et Alstom s’assoient dessus et le gouvernement français applaudit… tout en détournant la tête : « La position de la France est très ambiguë sur le tramway de Jérusalem, surtout depuis l’arrivée du gouvernement Sarkozy », affirme Sylviane de Wangen, secrétaire générale de l’AFPS.

En juillet 2005, le contrat est signé dans les bureaux du gouvernement israélien en présence de l’ambassadeur de France et le bulletin officiel de l’ambassade saluait le raout accompagnant cette nouvelle victoire du dynamisme hexagonal. Quelques mois plus tard, Philippe Douste- Blazy, à l’époque ministre des Affaires étrangères, fanfaronne : « Ce projet d’entreprises privées ne saurait en aucune manière être interprété comme le signe d’une inflexion de la position bien connue de la France sur Jérusalem », car « la France et l’Union européenne ont une position claire et constante sur le caractère illégal des activités de colonisation dans les territoires occupés par Israël en 1967 [3] ». Rebelote le 6 février dernier au Sénat, avec Rama Yade, secrétaire d’État aux Droits de l’homme : « Nous condamnons clairement les colonisations illégales,contraires à la feuille de route [4] ».

Le 20 février 2007, l’AFPS a donc assigné Veolia et Alstom en justice afin de faire reconnaître le caractère illicite du contrat signé par ces sociétés avec le gouvernement israélien. « Depuis, d’autres pays européens ont fait des campagnes nationales contre ce tramway et,en Suède,Veolia s’est même vu refuser un contrat de deux milliards d’euros à cause de son implication dans la construction du tramway de Jérusalem », se réjouit Sylviane de Wangen. Bien que Veolia et Alstom aient tout fait pour retarder l’arrivée du dossier devant les juges, le tribunal de grande instance de Nanterre a confirmé la procédure judiciaire de l’AFPS comme légitime : « C’est déjà une très bonne nouvelle,car le tribunal confirme qu’au regard du droit international, des multinationales peuvent être appelées en justice », affirme Sylviane de Wangen. Le 4 mai, Veolia et Alstom ont présenté un recours devant la cour d’appel de Versailles, mais l’AFPS reste optimiste et ne veut pas lâcher le morceau. Encore un coup tordu de l’Anti-France antisémite !

Article publié dans CQFD n°67, mai 2009.


[1] Association France Palestine Solidarité.

[2] Le Monde Diplomatique, février 2007.

[3] http://www.france-palestine.org/.

[4] Réponse à Nathalie Goulet, sénatrice, concernant la situation en Palestine et le tramway de Jérusalem. (compte-rendu du débat sur http://www.senat.fr/somsea.html/)





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |