Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°067
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°067


CENTRE DE RÉTENTION ADMINISTRATIVE

LA CIMADE EXPULSÉE

Mis à jour le :15 mai 2009. Auteur : Gilles Lucas.

Pour pouvoir reconduire les sans-papiers aux frontières en toute tranquillité et bonne conscience, il fallait se débarrasser des témoins indiscrets. Un appel d’offres a été lancé et bientôt, dans les centres de rétention, les sans-pap’ ne seront plus qu’un quota à gérer…

A NOUVELLE DISTRIBUTION DES CARTES dans l’aide aux retenus a été délibérément faite pour pousser la Cimade vers la porte », affirme Jackie, intervenante de la Cimade depuis neuf ans, qui tente d’aider les sans-papiers enfermés. Dilemme. Pour une association,entrer dans un centre de rétention administratif, c’est,quoi qu’il en soit, collaborer avec les emprisonneurs, disent certains. Comme Samir, qui affirmait en 2006 : « Le bureau de la Cimade , ce sont des manipulateurs. […] La première chose qu’ils te disent c’est de remettre ton passeport. Si tu le fais pas, ils te disent qu’on ne peut rien faire ; alors comme droit des étrangers c’est un peu léger… [1] » Ou encore un autre « retenu » enfonçant le clou en novembre 2008 sur la radio Fréquence Paris Plurielle [2] : « Au CRA (de Vincennes), la Cimade n’est là que pour gérer les dossiers administratifs, ils s’en foutent de nous… »

Depuis une dizaine d’années la Cimade a accumulé une masse d’informations juridiques, compilé les jurisprudences qui ont permis l’élargissement de nombreux retenus. Produit de ce rapport direct derrière les murs des CRA, elle pouvait argumenter et ébrécher les mensonges officiels diffusés par les administrations. « On a une vue d’ensemble. C’est ça aussi qu’ils veulent supprimer. » Mais aux compétences juridiques s’ajoute une prise de position sans ambiguïté. « Ma démarche est de les faire sortir du CRA coûte que coûte », dit Jackie. Ceux que l’État regarde comme des quotas à remplir et des statistiques à satisfaire, exigent à ses yeux, malgré la faiblesse des moyens dont elle dispose, respect et empathie. « Passer un coup de téléphone, ça peut paraître insuffisant,mais quand les gens arrivent ici, ils sortent d’une situation très traumatisante : garde à vue, nuit en cellule, menottes. Ils sont dans un violent état de stress et très angoissés. Leur donner la possibilité de téléphoner à un proche, même s’il se trouve dans un pays éloigné, est un véritable ballon d’oxygène. Entendre une voix familière, dire quelques mots pour rassurer et se rassurer, c’est énorme. Souvent, ils disent qu’ils sont “au dépôt”. D’autres s’étonnent : “C’est vrai ? Je peux téléphoner à ma mère en Algérie ?” Ce coup de fil n’est vraiment pas un détail. »

Si la Cimade a pu prêter le flanc à des critiques, aujourd’hui l’entrée de quatre nouvelles associations dans les CRA [3] risque de confronter les retenus aux seuls rouages glacés d’intermédiaires sans expérience,largement ignorants de la situation des personnes retenues. Qui sont ces nouveaux intervenants ? L’Ordre de Malte, héritier des Croisés du XIe siècle… L’Association service social migrants, dont une grande part de l’activité consistait à favoriser l’intégration des familles venues du Maghreb et qui aujourd’hui se voit charger de valider leur expulsion… Le Forum des réfugiés, fort d’une expérience dans les procédures avec l’OFPRA et de contacts avec les demandeurs d’asile qui, eux, sont en liberté… France Terre d’asile qui, par le miracle orwellien de la novlangue devrait se muter en « France Terre de rafles ». Et last but not least, le Collectif Respect créé en 2002 « au lendemain des sifflets contre La Marseillaise au Stade de France », lors du fameux match France- Algérie d’octobre 2001. Son but : « Promouvoir le respect dû à l’autorité légitime, et en particulier aux institutions et au Président de la République »( !). Son boss est un certain Frédéric Bard, UMPiste, chargé de mission au ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale à l’époque Hortefeux…

« L’assistance que nous apportons à ces personnes (i.e. : les étrangers menacés d’expulsion) en les aidant à rédiger un recours, une demande d’asile, à défendre leurs droits, nous porte à être en conflit avec l’administration. Mais c’est un conflit naturel puisque cette aide freine, voire peut empêcher la procédure d’expulsion », expliquait Damien Nantes, chargé à la Cimade de la coordination entre les CRA. Le choix des nouveaux intervenants ayant répondu à l’appel d’offres s’appuyait sur une évaluation de la « compréhension des enjeux et [l’]engagement de service ».C’est le Collectif Respect qui a eu la meilleure note : un joli 18 sur 20, pour un médiocre 12,5 à la Cimade… On en entend qui ricanent… ?
Respect ! Ou on envoie la troupe !

Publié dans CQFD n°67, mai 2009.


[1] L’Envolée, n° 16.

[2] Émission de L’Envolée, novembre 2008.

[3] La Cimade a déposé un recours en référé « précontractuel » auprès du tribunal administratif de Paris bloquant jusqu’à la décision d’un juge la signature des contrats avec les nouvelles associations appelées à intervenir en CRA.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |