Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°068
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°068


ZONE LIBRE VS CASEY & HAMÉ

L’ANGLE MORT

Mis à jour le :15 juin 2009. Auteur : Mystic Punk Pinguin.


LA MUSIQUE adoucit les mœurs », c’est quand même une vaste blague. Parce que, avouons-le, la plupart des grosses claques musicales nous viennent par du son qui remue les tripes. Et c’est dans cette catégorie que joue L’Angle Mort.
Bon, vu le pedigree des membres de ce projet, ça ne faisait guère de doute : Hamé, membre de La Rumeur, ce qui se fait de mieux en hip-hop intelligent et rageur depuis plus de dix ans, et Casey, une tueuse tout simplement, une nénette qui allie l’intelligence des textes de La Rumeur avec la puissance physique d’un Joey Starr des débuts et surtout une haine jamais entendue jusquelà. Et ces deux-là sont épaulés par Zone Libre, à savoir Serge Teyssot-Gay (Noir Désir), Cyril Bilbeaud (Sloy) et Marc Sens (Yann Tiersen), trio qui délivre un rock tendu, sombre et incandescent, une tuerie sur scène.
Vu le background, on se dit que cela ne va pas donner une musique peace & love. Et effectivement, on est partis pour neuf titres violents, viscéraux et obsessionnels, entre anéantissement et rage vitale. La noirceur et l’énergie des paroles sont soutenues par une bande-son à l’unisson. Dès le premier morceau, « Les Mains Noires », on est scotché par la « colère créatrice » qui se dégage de ce texte sur les racines de Hamé et Casey et sur les luttes d’émancipation,qui se termine en explosion sonique. L’Angle Mort attaque d’entrée sur une rythmique oppressante et sur le flow saccadé d’Hamé, mais quand Casey enchaîne, cela ne se calme pas. Sur « Purger ma peine », elle nous propose un des refrains les plus accrocheurs entendus depuis longtemps, on imagine aisément un combat sur un ring entre elle et cette basse plombée. Pour ce qui est de « La chanson du mort-vivant », elle est à déconseiller en cas de déprime : rarement un morceau n’aura été aussi désenchanté.
Un vrai brûlot donc, à ne pas mettre entre les oreilles trop sensibles. On sort de là comme après avoir pris un coup de poing dans le bide, entre douleur et soif de revanche.

Visiter le site et voir le clip L’angle mort : http://langlemort.la-rumeur.com/

Article publié dans CQFD N°68, juin 2009.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |