Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°069
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°069


CHRONIQUE DE GUERRE

S’ATTAQUER À LA DÉFENSE

Mis à jour le :16 août 2009. Auteur : Guy David.


Ce samedi 27 juin, c’est la « Grande Distribution » sur le trottoir du Super Casino, place Arnaud- Bernard, à Toulouse : l’Interluttes (Assemblée générale pour la convergence des luttes) a aménagé « un espace non marchand contre les marchands et la marchandise ». « Il y a six mois, nous venions nous servir dans les rayons de ce magasin ; aujourd’hui, nous venons distribuer gratuitement des objets et des denrées récupérés ailleurs, explique un des participants. Ils ont porté plainte pour vol, mais on sait que du producteur au consommateur, les parasites, c’est eux. »

Alors on distribue gratuitement fruits, légumes, bouquins et vêtements sous l’oeil attendri des vigiles et maîtres-chiens spécialement embauchés par la direction du supermarché ce jour-là, sans oublier la présence bienveillante de la police sous ses formes variées (anti-émeute, BAC et civils). C’est que le mouvement social jouit aujourd’hui d’une abondante garde rapprochée qui sait intervenir généreusement, à coup d’arguments frappants, quand il s’agit de le remettre dans le droit chemin.

« Après deux actions d’autoréduction qui se sont mal terminées, l’une le 11 mars, l’autre le 19, il est apparu incontournable de s’organiser un minimum pour réagir vite et bien quand la police fait des siennes », explique un membre du Comité d’autodéfense juridique (CAJ) de Toulouse, créé après ces actions à l’initiative de l’Interluttes et d’étudiants. Au menu donc, notices explicatives sur l’arrestation, la garde à vue et le prélèvement ADN, permanence téléphonique juridique pendant les actions,caisses de solidarité… « Après l’autoréduction de l’Interluttes qui a mal fini le 11 mars, nous avons réussi à combiner une pression devant le comico et des avocats qui prenaient la tête au proc’. Au final, il n’y a pas eu de comparution immédiate et cela nous a semblé être une petite réussite, même si rien n’est encore fini. Ça nous a donné envie de continuer et de vraiment prendre le problème au sérieux. » L’autodéfense juridique reste cependant difficile à pérenniser : « Les avocats sont trop peu nombreux, les caisses de soutien ne connaissent pas un franc succès… »

Vieux dilemme généré par la répression, il est également difficile de s’investir dans le soutien aux personnes interpellées et la défense juridique sans prendre sur le temps et l’énergie normalement consacrés aux luttes elles-mêmes. C’est pourquoi « le but affiché du CAJ est de mettre en place une structure permanente qui, plus que de dénoncer le fonctionnement de la répression, cherche à donner de la marge à la résistance ». Il s’agit donc concrètement de « faire de l’information en amont et du lien pour ne pas être seul quand ça pète. Il y a plein de méfiances à désamorcer pour qu’il y ait de véritables réponses larges et collectives. Le rêve, c’est de faire en sorte que les flics réfléchissent à deux fois avant de tirer, tabasser, arrêter… »

C’est pour aller dans ce sens qu’une série d’événements (concert, débat, manifestation) seront organisés autour du procès qui aura lieu le 8 septembre au tribunal de grande instance de Toulouse. « Nous avons lancé des invitations à toute une série de collectifs, des Désobéisseurs de l’Éducation nationale aux prostitués, en passant par les travailleurs sociaux et les sans-papiers. » Espérons que la maison Poulaga, dont le carton d’invitation a été égaré,ne jouera pas la resquille. Quant à la grande distribution, la vraie, celle de Casino et consorts, elle préfère garder un oeil sur ses marges. On ne sait jamais.

Vous pouvez envoyer des chèques de soutien à l’ordre de « Nokods » au CAJ c/o Canal Sud, 40, rue Alfred-Duméril, 31400 Toulouse.
Contact : soutienjuridique[@]nokods.org

Article publié dans CQFD N°69, juillet/août 2009.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |