Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°069
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°069


SUICIDES EN PRISON

SANS RAPPORT AVEC LA SURPOPULATION…

Mis à jour le :16 août 2009. Auteur : Antoine Fontana.


OTRE BON DOCTEUR N’A RIEN À VOIR avec l’ultra gauche qui déraille chère à Libé, oh que non : c’est un tenant de l’ordre – il préconise notamment de construire d’avantage de taules –, un sarkozyste bon teint quelque peu flagorneur – « le désir sincère de réforme de notre président » – et un bon catholique  : « L’Évangile nous rappelle que l’homme ne vit pas seulement de pain, il vit d’espoir. (…) Tout ce qui redonne l’espoir d’une vie à la sortie participe à la prévention du suicide [1]. » Mais le psychiatre Louis Albrand, c’est son nom, a oublié de tendre l’autre joue après avoir constaté que le rapport sur la prévention du suicide en prison, rédigé par la commission qu’il présidait, avait été retouché par le ministère de la Justice, sous la pression de l’administration pénitentiaire. Il a préféré ouvrir sa gueule pour dénoncer le procédé et boycotter sa présentation à la Chancellerie,début avril. L’ex-garde des Sceaux Rachida Dati a, elle, préféré répondre par le mépris, via son porteparole (« une polémique absurde »), et vient de présenter,en juin,juste avant de se faire éjecter, son plan d’action 2009. Lequel reprend les propositions du rapport Albrand, du moins dans sa version revue et corrigée.

Ainsi, le psychiatre regrette que certaines de ses préconisations soient passées à la trappe, sur la durée du mitard par exemple ou la surpopulation carcérale, « venue aggraver les conditions de détention et contrarier les mesures de prévention ». À la place on trouve : « Les difficultés et les angoisses de la société abondamment relatées par les médias trouvent un écho en détention. Expliquer les suicides uniquement par les conditions de détention “inhumaines et dégradées” apparaît donc particulièrement réducteur. » Le docteur Albrand, qui n’a, on l’a dit, rien d’un libertaire, milite pour la construction de nouvelles prisons pour mettre fin à la surpopulation carcérale et humaniser les conditions de détention. Sans remettre en cause la politique répressive du gouvernement car c’est un soldat fidèle : « Le gouvernement doit assurer une politique pénitentiaire en rapport avec le contexte législatif. » Mais il souhaite également « faciliter au maximum l’entrée en prison des travailleurs sociaux, des éducateurs, des enseignants, des aumôniers, des visiteurs de prison ».

À la place, le plan d’action 2009 sur la prévention du suicide entend mettre l’accent sur la formation des agents pénitentiaires,la détection du risque suicidaire et sur cinq nouvelles formes d’action. Parmi elles, un dispositif fait polémique : des détenus volontaires, auxquels il reste moins d’un an à tirer, pourront être formés pour apporter leur soutien à des prisonniers susceptibles de se suicider. Problème, le texte prévoit qu’ils en retireront des avantages (télé gratuite, priorité d’accès au travail et aux activités, parloirs plus longs et plus nombreux, réductions et aménagements de peine). Pour la CGT pénitentiaire, ce système de contreparties n’est pas « de nature à jeter les bases d’une action citoyenne et solidaire mais plutôt celle d’une action visant à faire reposer sur les personnes détenues des responsabilités qui incombent au service public de la Santé et de la Justice ». Pendant ce temps, on se suicide toujours plus dans les prisons françaises, même les matons s’y mettent. Mais pour éviter un effet boule de neige, l’administration pénitentiaire refuse depuis plusieurs mois de communiquer les chiffres… Plus direct, l’Observatoire des suicides et des morts suspectes (sur prison.eu.org) en recensait, fin juin, 72 depuis le début de l’année.Tout en précisant : « Nous savons que ces chiffres ne reflètent pas la réalité ». La comparaison avec les 96 décès survenus en 2007 et les 115 de 2008 donne une idée du décompte macabre fin 2009.

Article publié dans CQFD N°69, juillet/août 2009.


[1] Louis Albrand en chat sur lemonde.fr le 6 avril 2009.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |