Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°071
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°071


FAUX AMI

LE PROCÈS CLEARSTREAM

Mis à jour le :15 octobre 2009. Auteur : Le bouledogue rouge.


N’ayant pas un service de veille aussi performant que celui de nos petits camarades du Plan B, nous ne saurions dire exactement combien de unes, d’articles, de chroniques et de minutes radiophoniques et télévisuelles ont été consacrés au procès Clearstream. Qu’importe, une impression suffira : c’est trop !

En effet, qu’avons-nous à faire de ce guignolesque combat des chefs ? D’abord amusés, puis lassés, on finit par soupçonner qu’encore une fois l’essentiel est étouffé sous les ragots pipoles. Difficile d’y voir clair dans cette saga politico-judiciaire au casting tout aussi prestigieux qu’hétéroclite. Dans le prétoire, on trouve pêle-mêle : un trader, hacker à ses moments perdus ; un homme politique qui présente plutôt – trop – bien ; un juge de renom qui se fait empapaouter ; un corbeau de piètre envergure à la coiffure improbable, par ailleurs taulier dans l’industrie de l’armement ; un général à la retraite, officier du renseignement à vie ; et l’ombre agitée d’un président de la République – atteint du syndrome de la Tourette ? – qui rêve de pendre tout ce petit monde à des crocs de boucher. Les fameux faux listings comportent même des noms d’actrices, telle Laeticia Casta, pour assurer le glamour indispensable à tout spectacle à succès. Voilà qui est largement suffisant pour que le landernau médiatique perde la tête.

Le fil conducteur de ce salmigondis ? Le riquiqui Sarkozy n’est pas jouasse que son nom apparaisse sur une liste des titulaires de compte chez la sulfureuse banque d’affaires. Et alors ? Où est-elle, l’info importante, là-dedans ? Dans la liste à la Prévert des protagonistes du procès, on oublie souvent un journaliste étrange – il peint, danse, enquête, écrit des romans et des scénars de BD, et a lui aussi une coiffure improbable –, nommé Denis Robert. Il a enquêté pendant des années sur les obscures transactions financières de cette désormais célèbre banque de banques. Dans ses bouquins Révélation$ et La Boite noire [1], il accuse cette multinationale, alors inconnue du public, d’être une des principales plates-formes de dissimulation de transactions financières au niveau mondial. Vous dîtes ? Ça sent l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent ? Hmmm… Prudence… On ne s’attaque pas impunément à un tel rouage du gros fric international. Cela vaut d’ailleurs à l’auteur de sérieux déboires, même s’ils sont moins médiatiques que ceux de monsieur de Villepin. Denis Robert a vu plus de 300 huissiers défiler sur son paillasson, et a une trentaine de procès sur le râble, en France, en Belgique et au Luxembourg. En mai 2009, son comité de soutien affichait une douloureuse de 86 000 euros en frais de procédure et d’avocat. Une palanquée de soucis judiciaires et financiers qui refroidit forcément les ardeurs investigatrices…

Alors, il est où, le scandale politique ? Villepin a tenté d’abattre Sarkozy ? Et il pourrait se faire dézinguer à son tour ? Ce sont les risques du métier. Par contre, que le 23 septembre dernier, le petit Président – qui, pour le coup, fond en un seul personnage les fonctions de roi et de bouffon – fanfaronne au G20 de Pittsburgh (États-Unis) en prétendant que « les paradis fiscaux, le secret bancaire c’est terminé », cela devrait faire plus de barouf que les turpitudes de quelque mauvaise liste. Si la presse en avait, elle enverrait un journaliste spécialiste de la haute finance patauger dans les clairs ruisseaux de Monaco, du Liechtenstein, d’Andorre, de Suisse, du Luxemb…

Article publié dans CQFD N°71, octobre 2009.


[1] Éditions Les Arènes.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |