Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°071
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°071


DÉBATS PUBLICS

NANO À RONGER

Mis à jour le :17 novembre 2009. Auteur : François Maliet.

Tout est prêt pour lancer le grand marché des nanotechnologies,mais il reste à convaincre la population de leur innocuité.Pour cela, il suffit de l’inviter à s’épancher lors d’un bon gros débat public. Les réticents finiront bien par se convertir. À moins que…

N CE 26 JANVIER 2006, à la fac d’Aix-en-Provence, tout était au poil pour la soirée d’ouverture de la série de débats publics relatifs à l’implantation à Cadarache (Bouches-du- Rhône) du réacteur à fusion nucléaire Iter. Tellement au poil que les partenaires du projet – Chinois, Japonais, Américains – avaient déjà quitté les starting-blocks et les pelleteuses vrombissantes apprêtaient leurs godets. « Les débats sont organisés après que toutes les décisions ont été prises, il n’y aura donc pas de débat », avaient assené une centaine de trublions en envahissant la tribune, pas plus convaincus par ce blabla soi-disant démocratique que par le soleil miniature du Commissariat à l’énergie atomique (CEA).

La seule question pertinente de cette soirée annulée sous les huées était : quelle est l’utilité de ce type de réunion, alors que les instances dirigeantes ont d’ores et déjà bouclé le dossier ? « Faire participer, c’est faire accepter », répondent les sociologues spécialisés dans le décorticage de l’acceptabilité sociale. Michel Callon, auteur d’Agir dans un monde incertain – essai sur la démocratie technique [1], cité dans la revue Aujourd’hui le nanomonde [2], sait bien qu’une « procédure de dialogue avec le peuple » désarme tout détracteur en le métamorphosant en acteur du débat.Selon cet expert en rapport de forces, rien de tel que des « forums hybrides », mêlant scientifiques et « profanes », pour favoriser les compromis. Il développe sur le cas de l’atome : « Le nucléaire qui en sortira sera socialement, politiquement, et même techniquement, complètement différent du nucléaire qui aurait été décidé en dehors des forums hybrides. » En clair, il aura été intégré, même par les contestataires les plus farouches. Cette entourloupe « démocratique  » ayant fait ses preuves, le gouvernement a lancé un cycle de débats publics autour des nanotechnologies. Ces dernières, en bidouillant la matière vivante comme inerte à l’échelle du milliardième de mètre, promettent une ribambelle d’innovations économiquement prometteuses. Grâce aux progrès de l’infiniment petit, cosmétiques, peintures, produits électroniques ou de dépollution, armes, médicaments, etc. acquièrent de nouvelles propriétés et créent ainsi de nouveaux besoins. Une fondation américaine, Project on Emerging Nanotechnologies, avance que ce marché pourrait représenter 3100 milliards de dollars en 2012 [3] ! Il serait dommage que la mégamanne des nanos s’évapore à cause des réticences d’une plèbe passéiste, la même qui rechigne à bouffer des organismes génétiquement modifiés (OGM). Les labos, publics comme privés, qui investissent depuis des années dans ces techniques, attendent un retour sur investissement à la hauteur de leurs engagements.

C’est donc pour faire passer la pilule high-tech que la Commission nationale du débat public (CNDP) organise à travers la France, et ce jusqu’en février 2010, dix-sept réunions publiques où seront abordés des thèmes aussi rafraîchissants que « Nanoparticules et pollutions atmosphériques » et « Sécurité intérieure et défense nationale » [4]. Le quidam est encouragé à venir donner son avis, même s’il s’avère que Minatec, « le premier pôle européen de nanotechnologies » a été inauguré en grande pompe (et sous les lacrymos pour ce qui est des opposants) à Grenoble en… 2006 ! De plus, le nano-Sarko a lancé le plan Nano-Innov sans attendre les appréciations du public, débloquant 70 millions d’euros dès cette année pour les adeptes de la miniaturisation. En mai 2009, Valérie Pécresse « a souligné le caractère crucial de ce plan, qui permettra de contribuer de manière significative à l’effort de relance, au regard de l’opportunité exceptionnelle que les nanotechnologies représentent pour l’industrie française ».

Bref, tout est déjà emballé, et le technogratin – scientifiques, politiques, industriels, journalistes – n’espère plus que l’adhésion du populo. Il serait peut-être de bon aloi de lui signifier que personne n’aspire à ces débats en bois, pas plus qu’à vivre dans un nanomonde méga-surveillé, giga-pollué et tétra-artificiel !

Article publié dans CQFD N°71, octobre 2009.


[1] Co-écrit avec Pierre Lascoumes et Yannick Barthe, Seuil, 2001.

[2] Revue de nos camarades de Pièce et main-d’œuvre. www.piecesetmaindoeuvre.com et www.nanomonde.org.

[3] Le Monde, 9 octobre 20094. Toutes les dates sur www.debatpublic-nano.org.

[4] Toutes les dates sur www.debatpublic-nano.org.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |