Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°005
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°005


LA CHANCE AUX CHANSONS

SOUPE AUX CHOUX ET MARTEAU-PIQUEUR

Mis à jour le :15 octobre 2003. Auteur : Will et Pierre Etbunk.


• David Lafore

David Lafore, ça vous met du pollen dans les cages à miel. Ce chanteur-trublion de Marseille est un brin mélancolique mais jamais chiant, contrairement à certains représentants de la nouvelle chanson française qui se branlent le manche en s’écoutant babiller. Jongleur de rimes, il nous trimballe dans des aventures champêtres voire animalières quelque peu décalées. Attaché à un quotidien où les tensions conjugales oscillent entre stoïcisme feint et projection d’objets divers, son érotisme lippu et carnassier le mène jusqu’à fantasmer une centaine de mouches batifolant sur un gland. Bestial, mais pas inintéressant. A ce propos, s’il passe près de chez vous, ne ratez pas son début de spectacle, il se présente seul avec sa guitare sèche, en calebard, le bénouze en bas des chevilles. Il te proposera, à toi gisquette, un cunnilingus pour 3 euros environ, mais c’est toi qui vois. Sa musique aux accents jazzy de grand bastringue cosmopolite est largement boostée par le multi-instrumentiste Scott Taylor, dont les instruments à vent impulsent des poussées mi-toniques mi-gastriques dignes de la piste aux étoiles après ingestion d’une soupe aux choux. On dira que ça ressemble à une posture, mais le gars est vrai, lui, et n’a pas pris la citrouille. Il possède aussi un véritable don pour se mettre le public dans la fouille, enfin, c’est toi qui vois. David Lafore, Cinq têtes (Lucie Music, 04 90 03 10 47). Concerts : un peu partout.


• Affliction Chroniqueur de punk non commercial est un dur métier. Tout bon père de famille le déconseillerait à ses enfants, tant pullulent les maladies professionnelles qui en découlent, des tympans broyés aux douleurs hépatiques en passant par la congestion cérébale. Il présente cependant aussi quelques avantages, comme celui de pouvoir découvrir un disque bien longtemps après sa sortie, puisqu’il est dans tous les cas presque introuvable. C’est ainsi qu’au cours d’une soirée Tupperware, avec rien que des punks, des chiens et rien à vendre, on me recommanda la démo d’Affliction, De la révolte… à la révolution, sortie en septembre 2001. J’avoue sur ce coup avoir été agréablement surpris. Pas franchement mélodieuse mais bien pêchue quand même, la musique permettra d’assouvir une vieille vengeance envers le voisinage. La violence du boucan n’a rien à envier à celle des paroles en forme de slogans. Des samples originaux et parfois drôles accompagnent les morceaux à la thématique anarcho-punk classique : anticléricalisme, liberté sexuelle, répression, anticapitalisme… La voix de la chanteuse est presque intelligible, mais pour ceux qui auraient les tympans vrillés, un petit livret qui sent bon l’autoproduction des années 80 les reprend noir sur blanc. A partir de la 11 ème piste, changement de style avec une symbiose hardcore hip-hop, Bakounine tchatché à la guitare, et quatre bonus jazzy-électro. Le CD est disponible en version gravée de bonne qualité, directement auprès du groupe (http://affliction.free.fr)






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |