Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°073
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°073


RAGE DEDANS

PUISQUE T’EN PARLES…

Mis à jour le :17 janvier 2010. Auteur : Sébastien Fontenelle.


HRISTIAN ESTROSI, also known as Christrosi, du ministère UMP de l’Industrie, vient de livrer au monde sa contribution au débat kozique sur l’identité nationale. C’est naturellement pétillant de fine intelligence, et, en même temps, follement novateur, puisque c’est la toute première fois (un peu comme dans une chanson de Jeanne Mas, genre), sauf erreur ou omission, qu’un représentant de la droite régimaire qui prétend régner sur nos vies ose – enfin – dire qu’en sus d’avoir déjà dispensé à l’humanité moult émollient bienfait, le chef de l’État français, nobstant qu’il est petit, a presque failli terrasser, aussi, par le seul rayonnement de sa pensée, l’hydre nationale-socialiste [1].
Alors bien sûr, Christrosi ne le dit pas aussi nettement : il déclare plutôt que « si à la veille du second conflit mondial […] le peuple allemand avait entrepris de s’interroger sur ce qui fonde l’identité allemande, héritière des Lumières, patrie de Goethe et du romantisme, alors peut-être aurions-nous évité l’atroce et douloureux naufrage de la civilisation européenne » [2].
Mais, chacun(e) l’aura compris : son véritable message est (bel et bien) que si que les Allemand(e)s avaient appliqué dans les années 30 la méthode à Kozy (dont le fondement est, je rappelle, que rien ne vaut, pour le moral des nations, la fustigation obsessive d’une minorité – en prenant (évidemment) la précaution de présenter ce harassement comme un (nécessaire) affinage de l’identité nationale) : le Reich de mille ans n’aurait pas duré plus de quelques microsecondes.
Et certes, on pourrait objecter à Christrosi que, tiens, puisque t’en parles, mon gars : c’est justement par une persécution de ses minorités,propagandairement justifiée par un souci de protection de leur identité nazionale, qu’Hitler et sa clique se sont maintenus si longtemps au pouvoir – et en effet, maintenant que tu le dis, on pourrait presque, en forçant un peu le trait, hein (mais guère plus que tu ne fais en nous racontant que ton maître a quasiment vaincu l’hitlérisme), on pourrait presque, disais-je, établir une comparaison, riche d’enseignements, entre l’Allemagne des années 1930 et la France d’aujourd’hui.
Mais, nous autres ? On n’est pas comme ça. Le chantage au nazisme ? On laisse ça aux fins penseurs de régime von Sarkoland : ceux, tu sais, qui forgent pour le compte des fomenteurs d’identité nationale un danger musulman – exactement comme d’autres clercs de haute portée inventèrent jadis un péril juif…

Article publié dans CQFD n°73, décembre 2009.


[1] Tu aimes les phrases qui durent trois plombes,j’espère ? Non parce que si tu n’aimes pas, il va falloir qu’on renonce à faire ensemble le GR20,nous deux.

[2] Tu peux la relire plusieurs fois de suite : c’est à chaque fois aussi drolatique.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |