Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°074
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°074


FAUX AMI

LE GAUCHISTE DE SERVICE

Mis à jour le :17 janvier 2010. Auteur : Le bouledogue rouge.


En février 2009, le Chien rouge avait chopé au mollet le « fatigué des débats », ce petit fantassin qui vient, avec son seul ego sous le bras, saborder toute discussion en s’écoutant trop parler. En activité ou ex-militant, redoutable artilleur pourvu d’un arsenal théorique à toute épreuve, le gauchiste est une autre pointure. Il n’est pas simple valetaille incontrôlée et incontrôlable qui se lâche dans l’émotion débraillée. Ses affirmations se veulent mesurées à l’aune d’une expérience conséquente. Gaffe, ça envoie du lourd ! Garde-à-vous devant les certitudes immuables, si on ne veut pas se voir renvoyé dans les cordes infamantes de la trahison !

Invité à faire face à Laurence Parisot dans l’émission « Ce soir ou jamais » du 10 décembre, Isaac Joshua, ex-dirigeant de l’ex-orga Révolution !, est aujourd’hui économiste et membre du conseil scientifique d’Attac. Sans vergogne, la cheftaine du Medef – avec cette expression compassée portant encore l’étiquette de son école de com’ – débite son laïus sur l’humanisme des chefs d’entreprise, leur passion pour la liberté et le fait que « ce qui se passe à Copenhague est beaucoup plus important que la discussion sur les bonus des traders  ». À ses côtés, un philo-écono-historien, prosélyte de l’idéologue ultralibéral Hayek, en remet une couche : « Il y a un altruisme intrinsèque au marché. […] Le côté humain et moral de ce système qui existe depuis des siècles en Europe, c’est que chacun rende service à autrui. » On navigue entre abjection et grosse ficelle, au point que le présentateur ne peut s’empêcher de lâcher un : « Il doit y en avoir plein qui rigolent devant leur poste de télé… ». En effet, effondré face à l’écran, on espère le vengeur, celui qui va leur claquer le beignet. Et voilà que la parole est enfin donnée au gauchiste de service. « Je voudrais commencer par une citation de Marx […] l’histoire de l’humanité […] la lutte des classes […] Le Manifeste du parti communiste… »
Désolation. En face, c’est la curée convenue : Communiste !, Goulag !, Chine !… Joshua tente de se ressaisir, et puisqu’on est entre experts, autant montrer qu’on en a : « Régulation fordiste […] taux de profit […] concurrence universelle de la force de travail… » La messe est dite. Depuis le canapé,on s’en veut de s’être laissé aller à parier sur un tel cheval, supposé capable de malmener, ne serait-ce qu’un petit peu, l’engeance patronale. Non, pas cette fois.

À la télé comme ici ou là, au boulot ou en assemblée, c’est avec les valises pleines de toutes les défaites passées que se présente le gauchiste homologué. Avec sa rhétorique coulée dans la fonte et le coude appuyé sur l’histoire des luttes sociales, il assène grilles de lecture d’un autre âge, prises d’autorité et ton péremptoire, redites, volonté laborieuse de convaincre, tactique aveugle, analyse byzantine – et jalouse – de la politique institutionnelle. Par-delà les coups tordus qui vont de la tragédie historique à la mesquinerie groupusculaire, nous revient à l’esprit, en tentant d’éviter de reproduire le même sectarisme, ce que l’on déteste le plus ici : l’impression d’une triste impuissance. Par goût, on préfère les rencontres de hasard, au coin d’une rue, d’un comptoir ou même d’une file d’attente, avec des inconnus sans discours prémâché, à la tchatche vengeresse, à la saine colère, à la curiosité gourmande… Ceux et celles avec qui on a envie de faire un bout de chemin, de construire des rapports de force à notre avantage, d’inventer d’autres façons d’exister ensemble.

Article publié dans CQFD n°74, janvier 2010, actuellement en kiosques.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |