Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°075
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°075


MÉDIAS

LES FRANÇAIS AIMENT LA POLICE

Mis à jour le :24 février 2010. Auteur : Olivier Cyran.

En guise de produit d’appel à un dossier sur la police, Siné Hebdo a commandé un sondage à l’institut CSA. Mauvaise pioche…

N SONDAGE OBÉIT généralement à deux préoccupations complémentaires. Primo, il doit permettre au journal qui le publie d’être cité dans les revues de presse et de bénéficier ainsi d’une promotion plus massive et moins coûteuse qu’une campagne de publicité classique. Secundo, il doit délivrer un « message » insolite, susceptible de « briser un tabou » (variantes : « secouer le cocotier »,« bousculer les habitudes ») – par exemple,que les Français n’aiment plus trop Nicolas Sarkozy mais qu’en revanche ils adorent François Fillon, ou qu’ils exploseraient de joie si on leur mutilait leurs retraites, comme l’a récemment démontré une enquête Ifop/Journal du dimanche (« Le sondage qui bouscule : les Français prêts à travailler plus longtemps », JDD, 10/01/10).

Le sondage CSA/Siné Hebdo sur « Les Français et la police » (13/01/10) satisfait-il à ces deux exigences ? La question mérite examen, s’agissant d’un journal qui prétend « chier dans les bégonias ». Inutile de rappeler ici les conditions dans lesquelles Siné a lancé son canard il y a un an et demi, on se contentera d’indiquer que, pour notre part, la résurrection de l’insurgé nous avait alors grandement réjouis. Un îlot d’insolence, apparemment bien armé pour la piraterie, surgissait des eaux clapoteuses de la satire hebdomadaire, et ce miracle nous suffisait à étouffer la gêne qu’on éprouvait devant certains choix rédactionnels – en particulier la vidange offerte chaque semaine au penseur anarcho-balladurien Michel Onfray. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse que Siné Hebdo cède à l’imposture sondagière paraissait hautement incongrue –presque autant que la parution dans CQFD du classement des grandes écoles. Ne fût-ce que pour une question de moyens : il en coûte tout de même quelques milliers d’euros, soit quelques palettes de bouteilles de vacqueyras.

Publier un sondage, ce n’est pas seulement noircir du papier avec des chiffres scientifiquement bidonnés sur « ce que pensent les Français ». L’exercice impose d’abord de sélectionner un institut de sondage. Le pluralisme en la matière donnait à Siné Hebdo l’embarras du choix : serait-ce l’Ifop de Laurence Parisot ? OpinionWay, le favori du Figaro et de l’Élysée ? Ipsos, la danseuse du fonds d’investissement Eurazeo ? Ou plutôt CSA, propriété du milliardaire Vincent Bolloré, pilleur d’Afrique et yachtman de Sarkozy ? Allez savoir pourquoi, Siné Hebdo a tranché pour CSA.

Il convient ensuite de définir les questions que des petites mains smicardes et souvent précaires devront soumettre par téléphone à un « échantillon représentatif de Français ». C’est là qu’intervient le fameux « message ». Dans le cas de Siné Hebdo, les commanditaires espéraient démontrer « qu’il existait un vent de révolte profonde contre la police de Sarkozy », comme ils s’en expliquent dans leur analyse des résultats. « Nous pensions que les Français profiteraient du sondage que vous allez découvrir dans ces pages et sur notre site pour crier leur colère et leur indignation. » Un vœu sympathique, mais qui surprend par son ingénuité : depuis quand « les Français » crient-ils « leur colère et leur indignation » par voie de sondage ? Comment interpréter la pieuse croyance que « les Français » –soit « 1011 personnes âgées de 18 ans et plus », selon la fiche technique– n’attendaient qu’un questionnaire téléphonique pour se lever comme un seul homme contre « la police de Sarkozy » ? Le journal « mal élevé » pensait-il réellement qu’un coup de grelot en provenance d’une filiale du groupe Bolloré ferait flotter le drapeau noir sur la marmite ?
La rédaction de Siné Hebdo avoue donc sa déception : le sondage conclut que les Français aiment plutôt les flics, mais pas non plus tant que ça, qu’il y a du pour et du contre, des goûts et des couleurs, Jean-qui-rit et Jean-qui-pleure, et il faut bien toute une page aux malheureux apprentis exégètes pour faire semblant de tirer quelque chose de cette marmelade de chiffres. Sinon, c’était avouer qu’on avait claqué une liasse d’euros pour des prunes. Désappointant pour Siné Hebdo, le sondage a en revanche été favorablement accueilli par Le Figaro, qui l’a repris en titrant : « Les Français satisfaits de leur police » (12/01/10). « Selon un sondage CSA, la police est considérée comme efficace par 57% des Français », exultait France-Soir (12/01/10), tandis que BFM TV annonçait que « les Français aiment leurs policiers ». Le message est donc passé, finalement, mais dans le sens du képi. Siné Hebdo voulait chier dans les bégonias, ce sont les bégonias qui nous chient dessus. Le ministère de l’Intérieur n’en espérait pas tant.

Politiquement calamiteuse, il n’est pas certain que l’affaire se soit pour autant avérée juteuse sur le plan promotionnel. Certes, les citations du Figaro et de France-Soir auront peut-être drainé vers Siné Hebdo quelques urologues tropéziens à la retraite, que Michel Onfray s’emploie d’ailleurs à fidéliser (« Je souscris à cette belle idée que quand on n’aime vraiment pas les flics, on traverse dans les passages cloutés pour n’avoir pas affaire à eux », sermonne le « philosophe » dans le numéro consacré à la police). Mais, à notre connaissance, le scoop de l’hebdomadaire ne lui a toujours pas permis d’amadouer la revue de presse de France Inter. Pour obtenir les faveurs de la maison, Siné Hebdo ferait mieux de commander un sondage sur l’amour que portent les Français à Philippe Val.

Article publié dans CQFD n°75, février 2010, actuellement en kiosques.






>Réagir<

LES FRANÇAIS AIMENT LA POLICE
Scalpel | 1er mai 2010 | Brillante critique
Brillante critique d’un journal dans la pérennité duquel je n’ai jamais cru. Ce…canard mariait la…carpe au…lapin, et sa seule raison d’exister était de flinguer le journal de l’ex employeur de Siné…en faisant pratiquement le même journal… J’ai assez vite déchanté (Christophe Alévêque, beurk) et si ce n’était ma viscérale détestation du capoVal, je n’aurais point persévéré à l’acheter… LES FRANÇAIS AIMENT LA POLICE
| 2 mars 2010 |
Allez vous etes jaloux ! Il était super le dossier de Siné hebdo ! LES FRANÇAIS AIMENT LA POLICE
| 2 mars 2010 |

« Je souscris à cette belle idée que quand on n’aime vraiment pas les flics, on traverse dans les passages cloutés pour n’avoir pas affaire à eux »

C’est pas plutôt Brassens qui disait ça ?

LES FRANÇAIS AIMENT LA POLICE
candide | 27 février 2010 |


- Et pourquoi on interrogerait pas les policiers pour savoir s’ils aiment les français ?

- Parce que c’est des coups à se retrouver en garde à vue !

LES FRANÇAIS AIMENT LA POLICE
stefz | 27 février 2010 |
Excellent. Juste excellent.
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |