Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°075
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°075


NANOTECHNOLOGIES

CHERCHEUR DE DÉBAT

Mis à jour le :23 mars 2010. Auteur : Simon Duteil.

Éparpillées de par l’Hexagone, les réunions publiques sur les technologies de l’infiniment petit ne sont que badigeon « démocratique » sur un « progrès » totalitaire. La preuve ? Tentez donc de dénicher le débat organisé dans votre ville ce soir ! Pas si simple…

LUS DE DEUX MILLIONS D’EUROS ! C’est le budget alloué à la Commission nationale du débat public (CNDP) pour organiser son cycle de rencontres sur les nanotechnologies, afin de permettre aux masses incultes de s’informer et d’échanger sur le meilleur des nanomondes en devenir [1]. Avec une telle somme à craquer dans la com’, même le dernier des ermites aurait pu en être avisé, non ?

Apprenant qu’un de ces débats publics allait se tenir à Grenoble le mardi 1er décembre, CQFD a tenté de savoir où, et à quelle heure, ce barnum aurait lieu, et si les petits-fours étaient offerts. À la mairie, ils sont forcément renseignés : le député-maire Michel Destot n’est-il pas un ancien du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), tout comme Geneviève Fioraso, son adjointe à l’économie, à l’université et à la recherche, par ailleurs présidente de la SEM Minatec Entreprises au sein du premier pôle européen de micro et nanotechnologies ? Au bout du fil, petite musique, voix suave de répondeur, puis un déclic, et un être humain répond : « Mairie de Grenoble, bonjour. –Oui, bonjour, madame. Excusez-moi de vous déranger, je voulais savoir : j’ai appris qu’il y avait un débat public sur les nanotechnologies ce soir à Grenoble, mais je n’ai pas le lieu, ni l’heure. Vous pourriez me renseigner ? –Heu… Ne quittez pas. Nous ne quittons pas. –Monsieur ? –Oui ? –Je suis désolée, je n’ai pas d’information là-dessus. –Ah… Et qui puis-je appeler pour avoir des renseignements ? –Essayez donc l’office du tourisme de Grenoble, eux doivent savoir. –Vous ne trouvez pas que c’est curieux,quand même, qu’il n’y ait pas d’information du public grenoblois, alors qu’il s’agit d’un débat public ? –Heu… »

Une municipalité de cet acabit, qui se targue de débattre avec sa population, de la faire participer, n’a pas meilleure piste pour mener jusqu’à cette réunion ? Remarquez, il n’y avait pas une ligne dans le journal de la mairie le mois précédent… Appelons donc l’office du tourisme. Là encore, musique et messagerie automatique, mais bilingue français-anglais – « Please, hold the line, we will take your call in a few seconds… » – puis le déclic, et une voix féminine : « Maison du tourisme, bonjour. –Oui, bonjour, madame. Voilà, je vous appelle, j’ai entendu dire qu’il y avait une réunion publique sur les nanotechnologies à Grenoble ce soir. J’aurais aimé savoir si vous aviez des infos là-dessus. –Un débat ce soir, vous dites ? –Ben oui, j’ai un ami qui m’a dit ça, qu’il y avait un débat public sur ce sujet à Grenoble. –Ah… Ça me dit vaguement quelque chose. Je crois qu’ils en parlaient ce matin sur France Bleu Isère, quand j’étais en voiture. Attendez, je regarde. » Quand on vous dit « Je regarde », cela signifie : « Je mate vite fait sur Internet ». La dame reprend : « Oui oui, il y a bien un débat, c’est à Alpexpo, ce soir. Mais il vaut mieux les appeler eux, ils pourront mieux vous renseigner. –Merci,madame. Mais dites-moi,comment ça se fait qu’il y ait aussi peu d’information du public sur le sujet ? –Ah ça, je n’en sais rien. Bonne journée, monsieur. »
Allô, allô, le parc des expos ? Au bout du fil, l’hôtesse, laconique, indique que le débat « doit avoir lieu entre 19h et 20h » –il commence en réalité à 19h30– et qu’il « est bien public ». Un public qui est bien en peine s’il cherche à s’enquérir de quelques infos sur « son » débat. Le quidam n’est pas au jus de cette tartufferie « démocratique » ? Qu’importe, puisque l’exploration et l’exploitation commerciale de l’infiniment petit n’ont point attendu l’approbation de la plèbe.

Cependant, malgré la com’défaillante de la CNDP, les opposants à ces technologies mortifères ont réussi à dénicher les antres de ce débat, et les pince-fesses de Strasbourg, Toulouse, Clermont-Ferrand, Lille, Grenoble, Rennes, Lyon, Marseille et Orsay ont été perturbés, voire même sabotés. En février, ce sont les trois dernières rencontres de Montpellier, Nantes et Paris qui ont été annulées par la commission elle-même ! À coup sûr, elle ne fera que peu de publicité à ce beau fiasco, malgré ses deux bons gros millions d’euros…

Article publié dans CQFD n°75, février 2010.


[1] Tous les dangers du nanomonde sont détaillés sur : www.nanomonde.org et www.piecesetmaindoeuvre.com.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |