Accueil
Sommaire du N°077
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°077



LES BRÈVES DU n°77

Mis à jour le :16 avril 2010. .

BESSON FLINGUE
Le projet de loi sur l’immigration concocté par le ministère de l’Identité nationale socialiste (sans allusion à une quelconque idéologie : il était socialo, Besson, après tout) piétine allégrement le rôle du juge des libertés : si le texte est adopté, ce magistrat, qui examine, entre autres, la légalité des procédures engagées à l’encontre des sans-papiers interpellés, n’interviendra qu’au bout de cinq jours, contre 48 heures actuellement. Problème : dans l’intervalle, une expulsion peut être exécutée. Même illégalement, donc. Suffisait d’y penser. Dans ce projet, Besson invente également la « zone d’attente temporaire » ou encore l’interdiction de retour sur l’ensemble du territoire de l’UE pour une durée allant jusqu’à cinq ans. Pour une petite fouine, il a un drôle de potentiel de nuisance !

BIG KHOUYA
L’Algérie va se doter de documents d’identité biométriques, « comme les grandes démocraties occidentales » [sic], pour parfaire le fichage de sa population. Particularité locale : le demandeur de passeport ou carte d’identité devra remplir treize pages de formulaire avec des questions du genre « Qui avez-vous côtoyé à l’école ? Avec qui avez-vous fait le service militaire ? » Et aucune CNIL pour faire mine de contrôler la légalité d’un tel fouinage. C’est à destination des barbus et des femmes voilées –qui voient dans la biométrie une atteinte à la religion– que le sinistre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni, a délivré son argument choc lors d’une conférence de presse : « La biométrie est bel et bien citée dans le Coran. » Et ce n’est pas une contrepèterie.

JANN-MARC
Après 23 ans de placard, Georges Cipriani, ex-d’Action directe, devrait pouvoir, à partir du 14 avril, passer ses journées à l’air libre. Conditions parmi d’autres : ne pas aller se jeter un gorgeon dans un bistro et ne pas croiser ses anciens camarades. Quant à Jann-Marc Rouillan, après un passage au Centre national d’orientation de Fresnes, il est à nouveau au centre de détention de Muret. Mais merde, foutez-le dehors, à la fin !

MODERN DANCE
Ils seraient 570 348 collégiens et lycéens à aller se balader sur le groupe Facebook baptisé «  L’alarme incendie qui fait perdre 10 minutes de cours ». Déclinaison thématique, on peut aussi rendre visite au groupe « Rater le contrôle de maths quand la sonnerie retentit ». Sans oublier les convocations à des apéros sauvages, rassemblant sur la voie publique jusqu’à 3 000 participants (à Nantes en novembre dernier, avec comas éthyliques à la clé), au grand dam des autorités qui, comme à Montpellier, n’hésitent pas à avoir recours à des interdits préfectoraux. « On craint l’orgie », aurait déclaré la mairie de Rennes à l’annonce d’un apéro géant de 12 000 soifards pour le 25 mars. « Réseaux sociaux virtuels », qu’ils disaient. Et si c’était vrai ?

CARNET PUNK
Après Philippe Séguin, Eugène Terre’Blanche, Patrick Topaloff et Jacques Marseille, c’est au tour de Malcolm McLaren, l’ex-manager des Sex Pistols, de nous quitter.

TARNAC-LE-BEL
Ils se sont rencontrés en prison : un présumé terroriste et un présumé coupable de tentative d’homicide volontaire. Amitié liée, les agitateurs de Tarnac soutiennent maintenant les quatre inculpés de Villiers-le-Bel en vue de leur procès, le 21 juin. Ils sont accusés d’avoir tiré sur les flics lors des émeutes de 2007, suite à la mort « accidentelle » des gamins Mushin et Laramy. Les précédents condamnés ayant écopé de trois ans ferme pour jet de pierre, on craint donc le pire : un procès pour l’exemple, celui du « jeune de cité tueur de flic » – une cité aujourd’hui quadrillée en permanence par tous les corps de police. La tournée de soutien aux incarcérés de Villiers-le-Bel aura lieu du 20 mai au 15 juin 2010. Programme (à venir) sur http://fallaitpas.noblogs.org. Vaste est notre banlieue.

EXPERTISE
Dans un supplément publicitaire du Monde diplomatique de mai 2009, Gikas A. Hardouvelis vantait l’optimisme des banques grecques. Ce professeur au Department of banking and financial management du Pirée, excusez du peu, semblait posséder de véritables dons de voyance et affirmait que « ces risques sont beaucoup plus faibles en Grèce et dans la région » et ajoutait –non, ne riez pas– que « le secteur des banques grecques demeure optimiste, dépourvu d’actifs toxiques… » Comme dit le proverbe hellène : « Qui doit se noyer ne mourra pas écrasé ! »


BESSON FLINGUE
Le projet de loi sur l’immigration concocté par le ministère de l’Identité nationale socialiste (sans allusion à une quelconque idéologie : il était socialo, Besson, après tout) piétine allégrement le rôle du juge des libertés : si le texte est adopté, ce magistrat, qui examine, entre autres, la légalité des procédures engagées à l’encontre des sans-papiers interpellés, n’interviendra qu’au bout de cinq jours, contre 48 heures actuellement. Problème : dans l’intervalle, une expulsion peut être exécutée. Même illégalement, donc. Suffisait d’y penser. Dans ce projet, Besson invente également la « zone d’attente temporaire » ou encore l’interdiction de retour sur l’ensemble du territoire de l’UE pour une durée allant jusqu’à cinq ans. Pour une petite fouine, il a un drôle de potentiel de nuisance !

BIG KHOUYA
L’Algérie va se doter de documents d’identité biométriques, « comme les grandes démocraties occidentales » [sic], pour parfaire le fichage de sa population. Particularité locale : le demandeur de passeport ou carte d’identité devra remplir treize pages de formulaire avec des questions du genre « Qui avez-vous côtoyé à l’école ? Avec qui avez-vous fait le service militaire ? » Et aucune CNIL pour faire mine de contrôler la légalité d’un tel fouinage. C’est à destination des barbus et des femmes voilées –qui voient dans la biométrie une atteinte à la religion– que le sinistre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni, a délivré son argument choc lors d’une conférence de presse : « La biométrie est bel et bien citée dans le Coran. » Et ce n’est pas une contrepèterie.

JANN-MARC
Après 23 ans de placard, Georges Cipriani, ex-d’Action directe, devrait pouvoir, à partir du 14 avril, passer ses journées à l’air libre. Conditions parmi d’autres : ne pas aller se jeter un gorgeon dans un bistro et ne pas croiser ses anciens camarades. Quant à Jann-Marc Rouillan, après un passage au Centre national d’orientation de Fresnes, il est à nouveau au centre de détention de Muret. Mais merde, foutez-le dehors, à la fin !

MODERN DANCE
Ils seraient 570 348 collégiens et lycéens à aller se balader sur le groupe Facebook baptisé «  L’alarme incendie qui fait perdre 10 minutes de cours ». Déclinaison thématique, on peut aussi rendre visite au groupe « Rater le contrôle de maths quand la sonnerie retentit ». Sans oublier les convocations à des apéros sauvages, rassemblant sur la voie publique jusqu’à 3 000 participants (à Nantes en novembre dernier, avec comas éthyliques à la clé), au grand dam des autorités qui, comme à Montpellier, n’hésitent pas à avoir recours à des interdits préfectoraux. « On craint l’orgie », aurait déclaré la mairie de Rennes à l’annonce d’un apéro géant de 12 000 soifards pour le 25 mars. « Réseaux sociaux virtuels », qu’ils disaient. Et si c’était vrai ?

CARNET PUNK
Après Philippe Séguin, Eugène Terre’Blanche, Patrick Topaloff et Jacques Marseille, c’est au tour de Malcolm McLaren, l’ex-manager des Sex Pistols, de nous quitter.

TARNAC-LE-BEL
Ils se sont rencontrés en prison : un présumé terroriste et un présumé coupable de tentative d’homicide volontaire. Amitié liée, les agitateurs de Tarnac soutiennent maintenant les quatre inculpés de Villiers-le-Bel en vue de leur procès, le 21 juin. Ils sont accusés d’avoir tiré sur les flics lors des émeutes de 2007, suite à la mort « accidentelle » des gamins Mushin et Laramy. Les précédents condamnés ayant écopé de trois ans ferme pour jet de pierre, on craint donc le pire : un procès pour l’exemple, celui du « jeune de cité tueur de flic » – une cité aujourd’hui quadrillée en permanence par tous les corps de police. La tournée de soutien aux incarcérés de Villiers-le-Bel aura lieu du 20 mai au 15 juin 2010. Programme (à venir) sur http://fallaitpas.noblogs.org. Vaste est notre banlieue.

EXPERTISE
Dans un supplément publicitaire du Monde diplomatique de mai 2009, Gikas A. Hardouvelis vantait l’optimisme des banques grecques. Ce professeur au Department of banking and financial management du Pirée, excusez du peu, semblait posséder de véritables dons de voyance et affirmait que « ces risques sont beaucoup plus faibles en Grèce et dans la région » et ajoutait –non, ne riez pas– que « le secteur des banques grecques demeure optimiste, dépourvu d’actifs toxiques… » Comme dit le proverbe hellène : « Qui doit se noyer ne mourra pas écrasé ! »

TANT QU’ON A LA SANTÉ
Histoire de tester la toute nouvelle loi antibandes, les flics ont interpellé, le 4 avril, cent dix personnes lors d’une manif anticarcérale (autorisée), près de la prison de la Santé, à Paris. Soixante et un dangereux individus ont été placés en garde à vue. En effet, la loi du 2 mars 2010 punit la participation à un regroupement en vue de commettre des violences, destructions, dégradations. Et, ce jour-là, une vitre a été brisée. Désormais, les soirs de manif, on dira : « 30 000 interpellés selon les syndicats, 10 000 selon la police. »

VŒUX EXAUCÉS
Grenoble, printemps 2008. Des lycéens affrontent à plusieurs reprises la police lors de manifs. Denis Masliah et Vanessa Laime, journalistes du Dauphinélibéré (dit Le Daubé), sont raillés sur Indymédia pour s’être sentis « obligés de se torturer l’esprit pour trouver quelques traits d’humour afin d’agrémenter les informations brutes –jamais vérifiées– de la police. » Au passage, les pisse-copies se faisaient traiter de « lèche-cul-des-autorités ». C’était dit ! Et entendu. Faute de mettre le grapin sur Indymédia, c’est l’association Antigone qui eut droit, en décembre 2009, à une méchante descente de police dans le cadre d’une plainte qu’auraient déposée les deux journalistes susnommés. Susnommés ? Gare au procès !

CAGE D’ESCALIER
Évoquant, le 7 avril sur RTL, ses soucis avec ses petits camarades, Rachida Dati a affirmé : « Les éléments matériels ou tout ce qui peut être mentionné dans la presse, que ce soit des enquêtes ou que ce soit des écoutes téléphoniques, c’est absolument impossible… » Ah bon ! On regretterait presque qu’elle ne soit plus ministre de la Justice.

Brèves publiées dans CQFD n°77, avril 2010.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |