Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°012
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°012


HÉTÉROS FACHOS ?

GOUPILLON JUDICIAIRE

Mis à jour le :15 mai 2004. Auteur : Claude et Dominique.


« La religion est l’opium du peuple », nous expliquait récemment Karl Marx dans la backroom du Das Kapital, une boîte de Berlin. En tout cas, il est plus difficile de trouver de l’opium que des fanatiques fixés à l’eau bénite. Et, à moins de penser qu’il convient de pendre les curés avec les tripes des banquiers, on peut supposer qu’il existe un usage récréatif et non toxique de la religion (comme de l’opium). Mais certains abusent sans pour autant crever d’overdose : l’AGRIF (« Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne »), par exemple, se présente comme une association d’inspiration catholique. Présidé par Bernard Anthony, alias Romain Marie, ex-député européen du Front national et chef de file des cathos traditionalistes au sein de l’extrême droite, ce groupe de fanatiques, qui ne représentent qu’eux-mêmes, c’est-à-dire pas grand-chose, s’est fait une spécialité de faire des procès à tous ceux qui bougent sans dire amen. Les grenouilles sont des batraciens sans queue, paisibles et sauteurs, qui copulent sans capote. Les grenouilles de bénitiers shootées au vin de messe sont une espèce dangereuse prônant l’abstinence, la fidélité ou la baise sans préservatif. Ainsi, l’AGRIF a porté plainte contre Aides 31, association de lutte contre le sida, qui organisait chaque année à Toulouse, de 2001 à 2003, une « journée de la Sainte-Capote ». En mars 2003, l’affiche promotionnelle de cette action de prévention présente une image de religieuse avec le slogan « Sainte Capote, protège-nous ». L’AGRIF en pleure de haine, et au lieu d’attendre patiemment que le Seigneur fasse son boulot le jour de l’Apocalypse, porte plainte en référé contre Aides 31 pour que les affiches soient immédiatement retirées. Heureusement, les intégristes sont méchants mais pas intelligents, et ils devraient d’ailleurs déposer une réclamation au service après-vente du Bon Dieu pour avoir été livrés sans option cerveau.

L’association « Aides 31 » n’existe plus d’un point de vue juridique, seule l’association Aides aurait pu être poursuivie. Le juge des référés déboute donc logiquement l’AGRIF. Mais l’intégriste compense la bêtise par l’acharnement : l’AGRIF redépose plainte sur le fond. Entretemps, l’association Aides, dans un souci d’apaisement et de consensus mou, décide que l’édition de mars 2004 ne ferait plus référence à la religion et s’intitulerait « Le retour de la capote ». Mais l’AGRIF, hargneuse, ne lâche pas prise. La justice de France, fille aînée de l’Eglise, qui n’a jamais jugé utile de poursuivre ceux qui arboraient dans les manifs anti-Pacs des slogans comme « Les pédés au bûcher », se rappelant soudain que le goupillon n’est pas un gode, leur donne raison en première instance : le 29 avril dernier, l’ancien président d’Aides 31 et la coordinatrice sont condamnés à une amende de 1 000 euros avec sursis pour « injures raciales publiques envers des personnes en raison de leur appartenance à une religion déterminée ». Aides a fait appel. Il est évident que l’enjeu, quoi qu’en disent les plaignants, ne se situe pas sur le terrain de l’injure, mais bien sur celui de la promotion de la capote. « Errare humanum est, perseverare diabolicum. » L’erreur commise par Aides est de n’avoir pas persévéré. Utiliser des métaphores religieuses destinées à produire des messages de santé publique n’est ni plus ni moins que la meilleure des réponses à apporter au discours anti-préservatif mortifère et moralisant du pape et d’une minorité de catholiques allumés. Alors, mes bien chers frères, mes bien chères sœurs, prions ensemble pour que le chanoine apothicaire de la rue Ségur, Philippe Douste-Blazy, entende notre prière hystérique en latin de backroom : Sanctum Latexum gratis, Inferno per catholicum prosida, Contraceptionae et Avortamentum liberi, Amen et Awomen !

Publié dans CQFD n°12, mai 2004.






>Réagir<

> GOUPILLON JUDICIAIRE
zorg | 18 octobre 2004 |
Uhg ! d’un coté les curtons figés de l’autre Les bonnes conscience de l’hummanité et du social(aarggg…..gag). « AIDES »…..toi et le ciel t’aideras. Des polemiques politique d’integristes qui concerne qui ?. Des integrites en tout genre. Les malades et le public attend autre chose de plus éducatif,réel….les minorités sa gave a force.
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |